❥❥❥ Maître du Jeu ❥❥❥
❥ Messages : 105
❥ Rubis : 51
Espace vide
∂6 Monde : Ailleurs ;)
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Tous

Voir le profil de l'utilisateur
En peau de croco
Mar 28 Fév 2017 - 18:29

 
    






Participants : 1° Rumpelstiltskin / 2° Killian Jones
Début du RP : 08 02 2013 | Dernier Post :  28 05 2013

Contexte : Suite à son arrivée à Storybrooke Killian se présente à la boutique de Mr Gold affin de lui faire un chantage. Mais il fallait s'y attendre, ce n'est pas si facile que ça de s'opposer au vieil antiquaire.

Période de la journée : Milieu d'après-midi
Météo : Temps clair mais frais

Pour "En peau de croco", c'est parti !


❥❥❥ Maître du Jeu ❥❥❥
❥ Messages : 105
❥ Rubis : 51
Espace vide
∂6 Monde : Ailleurs ;)
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Tous

Voir le profil de l'utilisateur
En peau de croco
Mar 28 Fév 2017 - 18:38

 
    


KillianKillian ~ Rumpel

K illian n’avait qu’une idée en tête depuis des années : tuer le crocodile qui avait assassiné Milah et qui lui avait coupé sa main gauche lors d’un duel qu’il aimait à dire « truqué ». Les pirates avaient la rancune tenace, c’était bien connu, mais celui-ci ne faisait pas dans la dentelle. Il était comme une meute de loups infatigables, capables de suivre leur proie pendant des jours, des mois, simplement pour pouvoir y planter leurs crocs. Ceci dit, Hook ressemblait bien plus à un requin qu’à un loup. En d’autres termes, son goût pour le sang et la violence en général étaient sans borne... tout comme sa folie. A vrai dire, certains racontaient que ses voyages aux quatre coins du monde avaient eu un effet malheureux sur sa santé mentale. Et il n’y avait pas besoin d’être un génie pour savoir... que tout ceci était fondé ! Il fallait bien sûr prendre en compte son séjour à Neverland où habitait le très étrange et malicieux Peter Pan qu’il avait en horreur. Cette rencontre aurait été un des facteurs déclencheurs de sa folie profonde, bien qu’il reste très intelligent et futé dans son genre.Comble de tout, alors qu’il était enfin prêt d’atteindre son but, Cora lui avait interdit de transformer le crocodile en sac à mains pour bonne femme. Pourquoi fallait-il toujours qu’elle cherche à se mêler de tout, à contrecarrer ses plans et à le mettre en rogne?! Depuis leur rencontre au Pays des Merveilles, elle n’avait cessé de lui dicter ses actes, lui interdire bien des choses et le sermonner sans vergogne. C’était à croire qu’elle cherchait réellement à déchaîner l’orage en lui, ce qui ne serait pas étonnant venant d’une femme aussi étrange que Cora, la fameuse reine de cœurs et également, soit dit en passant, la mère de Regina. Les chiens ne faisant pas des chats, on comprenait pourquoi Regina était aussi désireuse de contrôler le monde et d’asservir les peuples. Une vraie famille de folles.

« Et bien, voilà bien une chose que je n’aurais jamais pensé faire de ma vie. »

se dit-il alors qu’il observait l’extérieur du magasin d’antiquité tout en tapotant son crochet du bout des doigts, 

« Cora, ma chère, si tu savais ce que tu me forces à faire. »

C’est alors qu’il se retourna doucement, se demandant soudain si la concernée n’était pas en train de l’observer comme à son habitude. Allez savoir.Lorsqu’il posa la main sur la poignée, Killian se força à refreiner les vieux démons qui l’habitaient. Il n’y aurait pas de tuerie pour aujourd’hui mais bel et bien une discussion entre hommes civilisés, du moins voilà ce qu’il avait prévu... après tout, Cora ne lui en voudrait pas si il tuait Mr Gold « par erreur ». Si ? Peu importe, Cora avait beau être puissante, elle n’en restait pas moins une femme et aucune d’elles n’avait jamais résisté au charme étonnant du pirate qui usait et abusait de son charisme.Le lieu semblait désert, pourtant il le savait, le crocodile était dans les parages. Le magasin avait cette odeur typique des bureaux de collectionneurs en tout genre. C’était un mélange de fragrances anciennes et d’odeurs plus subtiles et difficiles à identifier. Ça et là trônaient divers objets que l’on pouvait trouver dans de nombreux foyers et qui pourtant avaient tous une histoire (sur ce buffet se trouvait une vieille horloge bien entretenue malgré les années, sur cette étagère un ensemble de montres demeuraient bien à l’abri derrière une vitre nettoyée avec soin et, sur le mur d’en face on pouvait observer des tableaux de maîtres aux cadres dorés et fabriqués par de grands artisans).

« Il faudrait vraiment avoir l’esprit ravagé par des maux sévères pour aimer venir dans un tel lieu. Tout ceci n’est qu’un amas de poussière remplis de sentiments inutiles. Les gens ne connaissent décidément rien à l’originalité et à la vie. Il n’y a vraiment que lui pour aimer traîner au milieu de telles antiquités... pour se sentir en famille sans doute. »

Un bruit léger se fit entendre, venant de la pièce du fond où se trouvait sûrement Mr Gold depuis le début, concentré sur un quelconque travail ennuyeux. Les deux vieux ennemis étaient enfin réunis dans la même pièce, face à face, et pourtant, oui pourtant, il ne pouvait pas réclamer vengeance. Il ne pouvait qu’être un être passif, chose qui l’agaçait au plus point étant donné qu’il avait toujours été un homme d’action voire même un être impulsif et très irréfléchi dans certaines situations : la définition même d’un pirate.

« Et bien, il semble que le crocodile soit enfin sorti de son trou. Je suppose que ma visite te ravit au plus au point. Tout le monde réagit comme ça, j’ai l’habitude. Mais je ne suis pas venu pour parler de moi... en fait si. Disons que nous allons parler affaire si tu le veux bien, Gold. »

Hook s’avança doucement vers le comptoir et s’y accouda comme si de rien n’était. Après tout, il ne faisait que rendre visite à une vieille connaissance.

« Ton magasin est bien calme je dois dire. Je m’attendais à voir du monde et surtout cette... comme s’appelle-t-elle déjà ? Belle ? Oh Belle. Magnifique hein. »

  Et le voilà qui riait à gorge ouverte, imaginant son vieille ennemi au bras d’une jeune femme aussi magnifique que Belle. Ridicule petit couple que voilà. Depuis quand la belle s’amourachait de la bête ? Depuis quand l’amoureuse des livres craquait pour un crocodile hideux et lâche ? Car oui, le terme « lâche » était celui qui avait toujours été attaché à Rumpelstiltskin  depuis des années. Finalement, la guerre contre les trolls n’avait été que l’élément déclencheur, oui, l’élément qui avait permis à tout le monde de savoir que cet homme ne méritait en rien les honneurs. Il n’était qu’un être inférieur qui se comportait comme un insecte ou un serpent, rampant pour obtenir ce qu’il désirait, quitte à se faire écraser sous le pied des puissants.

❥❥❥ Maître du Jeu ❥❥❥
❥ Messages : 105
❥ Rubis : 51
Espace vide
∂6 Monde : Ailleurs ;)
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Tous

Voir le profil de l'utilisateur
En peau de croco
Mar 28 Fév 2017 - 18:50

 
    


RumpelstiltskinKillian ~ Rumpel

L orsque Gold entendis la petite clochette de la porte d'entrée, il ne s'attendait pas à cette visite. Mais pourtant ce n'était pas en soit une véritable surprise. Il était en effet difficile de tenir secret le moindre petit évènement survenu à Storybrooke. Notre ami, dans sa curiosité presque maladive mettait un point d'honneur à se mêler à toutes les histoires. C'était là la source de sa puissance, ce qui contribua pendant toutes ses années sans magie à le faire menaçant et craint de tous. Oui bien était-ce plus un respect dû à ses connaissances et à sa maîtrise de l'espèce humaine. Oui, eus vu de tous ses secrets qui comblaient son esprit, Gold était un homme d'expérience et de sagesse. Un maître des mots et de la manipulation qui ne se laissait jamais emporter vers l'impulsivité. Il valait bien mieux que cela. Et grâce à cette sagesse il avait su tous les exploiter et obtenir d'eux qu'il le laisse en paix. Jamais Gold n'était dérangé. Et bien qu'il soit détesté de tous, aucun n'aurait l'audace d'oser le provoquer... Du moins c'est ce qu'il avait vu jusqu'à ce qu'on lui rapporte la nouvelle.

Un étranger était arrivé dans la ville depuis quelques jours. D'après les dire c'était un homme grand et plutôt jeune. Tirant force de ses traits plutôt plaisant, l'homme au regard bleu perçant approchait les habitants de la ville les uns après les autres. La plupart avait ces manières grossières en horreurs. C'était un homme dont la forte opinion de lui-même semblait le devancer à chaque pas. Il n'était que mise en scène de sa propre personne et parlait beaucoup d'une manière presque théâtrale pour au final ne rien dire...

Gold avait en horreur ce type de personnage. S'il fallait se dire intelligent, il fallait en faire preuve en utilisant son temps et ses mots à bon escient. Comme lui en somme. Bien que Gold n'ai jamais vraiment apprécié quelqu'un, excepter la fragile compagne de son coeur : Belle, il avait pu noter chez quelques'uns la présence d'un de ces traits de caractère qu'il appréciait : la sobriété. Cela ne pouvait être que le mot qui pique placer juste au bon endroit comme avec cette épineuse Emma. Où bien la retenue suprême d'exploser ses pouvoirs à outrance, comme Régina. Oui, il y avait en ce monde, et surtout dans un périmètre rapproché au nombre de personne qui pouvait se prétendre bien plus menaçante que cet homme et pourtant... C'est lui qui se croyait invincible.

Ainsi c'était un homme qui était venu pour lui. Il le cherchait et pausait bien trop que question à son propos pour se montrer honnête. Gold n'avait pas accueilli cette nouvelle comme les autres, avec son habituelle excitation malsaine. Nen, il avait semblé affecté par son arrivée. Il avait abaissé le regard. Chose que d'ordinaire il ne faisait jamais, excepter devant Belle. Il abaissait la tête quand on s'approchait de trop près de ses secrets. Ses morceaux de son passé qui faisait en lui toute sa force mais aussi toute sa faiblesse. Ce nouveau venu semblait en savoir beaucoup sur lui, et cela n'annonçait rien de bon.

Sortant de chez Grany'z, notre homme avait semblé absorber par ses pensées, et très préoccupé. Il allait manquer de temps. Et il détestait ça. Les jours suivants, il se mit en tête d'en apprendre plus sur ce visiteur, sans pour autant exposer ses véritables raisons au grand jour. Gold était inquiet, et les jours suivants ne firent que confirmer ses soupçons. Ezra lui avait menti * . Crochet était arrivé à Storybrooke.

L'attitude préoccupée de l'antiquaire n'avait pas échapper au regard interrogateur de Belle, mais l'homme s'entêtait à garder ses précieux secrets et s'était montré d'effroyable humeur avec cette dernière. Belle avait pris un congé provisoire, profitant de sortir pour aller dieux ne sait où, discuter avec ses nombreux amis. Oui belle, elle avait un réseau social extraordinaire, elle semblait -à sa manière- elle aussi partager beaucoup de secret avec les autres habitants de la ville. Mais ces derniers temps, Gold n'en avait que faire, il avait d'autre chat à fouetter. Et un dont la griffe souhaitait l'atteindre en plein coeur plus particulièrement...

Depuis le matin donc, Gold se préparait à la confrontation qui, il le savait, allait être très proche. Il s'activait en réserve à cacher ses précieux secrets. Il mit à l’abri dans un coffre le précieux souvenir de son fils disparus, il rangea dans un tiroir sous un tapis le manuel dans lequel il écrivait tous ses accords. Oui il était actif à ne laisser derrière lui aucunes traces de faiblesse. Mais il restait en lui une pensée attristée comme en suspend : * Belle...* Il n'avait aucune idée de protection pour elle. En effet personne n'accepterait de la protéger sans condition, il n'y a que les amis pour ça, mais pour gold, amis est une drôle de notion...

La véritable surprise ne fut donc celle du visiteur, qui à sa réaction sembla en être déçus. Mais l'instant et la manière dont il choisit d'intervenir. Ainsi, il avait délibérément choisit de l'affronter seul, en tête à tête. Il était directement venu s'engager dans l'antre du crocodile de son plein gré. Une preuve de courage ? Certainement pas, cela lui ferai trop plaisir. Nen cet homme était un imbécile heureux. Trop impulsif pour parvenir à établir un plan sordide. Voilà tout. Il était prétentieux et se croyait fort. Grand bien lui fasse, cela n'en faciliterait que sa perte.

Gold, masqué de moitié derrière le rideau de l'arrière pièce, dévisageait son adversaire à la manière d'un prédateur étudiant ses zones d'attaques. Il était étrange de voir après tant de temps un homme qui avait si peu changé. Il avait tenté d'enfouir si loin derrière lui ses souvenirs cuisants de sa rencontre avec le pirate. Tant et si loin qu'il avait du mal à accepter que la réalité lui explose ainsi au visage. Il avait tant travaillé à cela, qu'il ne pouvait accepter que celui là vienne tout gâcher. Il n'était pas vraiment une menace en soit, Gold se refusait d'accepter l'idée d'en avoir peur. Mais le parasite pouvait entraîner dans sa chute une multitude de complications. Tel un moustique, il était venu se pauser sur son bras, tel une menace invisible. Et après lui avoir bu un peu de sang, l'homme pouvait l'éclater d'un simple claquement de main. Oui, mais il passerait du temps à se gratter bien après la mort de l'insecte. Oui, le parasite était là, vrombissant en l'air dans une chanson extravagante. Il se donnait en spectacle. Comme toujours. Mais bien que sa victime ne puisse rien faire dans l'immédiat pour lui régler son compte, sous peur d'avoir quelques séquelles... Il était pour lui hors de questions de se montrer intimidé par son étalage de provocation.

Jamais baisser la tête. Nen Gold, aussi sage qu'il fut, n'en restait pas moins qu'un homme. Un homme avait sa fierté. Il ne voulu pas même répondre à sa provocation au sujet du trou. Après tout celui qui avait été tenu à l'écart s'était bien lui (Crochet). Et c'est encore lui, aux dernières nouvelles, qui terrorisait tout le monde. Nen ?


C'est bon de te voir enfin raisonnable Hook. Je n'ai jamais douté qu'un jour tu y arriverais.

Gold ne s'écarta pas d'un pas du comptoir où il avait prit place, bien que l'autre soit venu s'affaler à quelques centimètres de son visage. Il ne voulait pas perdre la face. Il allait l'écraser par le poids de ses mots. Il allait remettre ce petit arrogant à sa place. Il comptait vraiment débarquer ainsi et crier BOUH à la face du monde ? Que pensait-il tirer de ses âneries à part des rires amusés de la foule. Gold eut un rire narquois et fini de s'essuyer les mains avec une serviette qu'il avait toujours dans les mains avant de la pauser (et non de la jeter) sur le comptoir. Sa main posée juste à côté de celle de l'arriviste.


Affaire dis tu ? Toutes rectifications faites, je crois que tu n'y es pas encore. Me voilà fort déçus.

Il lui jeta un regard des plus méprisants. Mais le sourire qu'il affichait depuis le début sembla se torturer un peu lorsque Hook évoqua la brunette qui comblait le vide de son âme. Un vide que Hook avait occasionné. Un amour que ce dernier riait une nouvelle fois, comme un nouvel avertissement. Des éclairs virulents remplacèrent le mépris des yeux de l'antiquaire. Il se pencha en avant jusqu'à souffler sa rage en pleine face du moustique. Bien qu'il n'ai nul doute que Belle ne suive la même route que sa défeinte Milah, il comprenait que Hook avait déjà percé à jour certain de ses secrets. Qu'il n'hésiterai pas à user de quelconque moyens pour l'atteindre. Et s'était lui qu'on traitait de lâche ?... Notre amis était profondément écoeuré et en colère.


Laisse là en dehors de tout ça veux-tu ? Ou peut être que ce n'est que sous les jupons que tu trouves la force de combattre ?


*Je rappel que Ezra n'a pas de souvenir de Kilian s'est pour ça qu'il ne l'a pas reconnu.

❥❥❥ Maître du Jeu ❥❥❥
❥ Messages : 105
❥ Rubis : 51
Espace vide
∂6 Monde : Ailleurs ;)
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Tous

Voir le profil de l'utilisateur
En peau de croco
Mar 28 Fév 2017 - 18:58

 
    


KillianKillian ~ Rumpel

I l était vrai que Hook avait toujours eu une grande estime de lui-même. Les gens gravitaient autour de lui depuis toujours, c’était un fait, mais qu’il le rappelle à tout le monde avait de quoi en agacer plus d’un. Etre le centre de l’attention était un peu comme une de ses attributions. Il était né leader et il le resterait peu importe la façon dont les gens cherchaient à le rabaisser avec quelques bravades et remarques qui glissaient sur lui telle de l’eau sur les plumes d’un canard. On le pensait idiot, trop entêté et enfantin pour réfléchir ne serait-ce que quelques minutes mais le capitaine était loin d’être bête. On ne naissait pas capitaine, on le devenait et ce n’était pas en menaçant des gens à tord et à travers qu’il avait acquis ce titre. Sa principale qualité était liée à son art de l’observation. Comme d’autres personnes, il était capable de lire en vous comme dans un livre ouvert, juste en vous posant quelques questions, sans même que vous ayez à y répondre : vos réactions faisant suffisamment l’affaire. Tout connaître de tout le monde était son point fort mais l’orgueil des gens le faisait généralement passé pour un être prétentieux et imbu de sa petite personne : comme il aimait à le rappeler, il n’y avait que la vérité qui blessait. Pas étonnant que tout lui monde lui en veuille.

La voix du crocodile s’éleva enfin, calme voire presque serein. Qu’il était loin le lâche en guenilles qui servait autrefois de mari à Milah. C’était bien la première fois que quelqu’un parlait de Hook en de tels termes : raisonnable. Si seulement cet imbécile de Gold savait ce que le pirate avait en tête... Le concerné s’installa derrière son comptoir, une serviette dans les mains tel un serveur venant prendre la commande d’un client. Les deux ennemis, bien qu’ils se haïssaient et ne pensaient qu’à une chose – s’entretuer – étaient étonnamment proches, leurs mains s’effleurant presque. Leurs mains objets de leur vengeance, ces mains qui avaient créé et détruit, qui avaient ressenti et souffert. Les mains d’un homme en disaient beaucoup sur son passé et ces deux énergumènes n’échappaient pas à la règle. Celles du crocodile étaient lisses et parfaites, telles les mains d’un potier qui passait son temps dans la glaise, à façonner divers objets inutiles mais qui confortaient les gens dans leur matérialisme. Celles de Hook au contraire étaient plus sombres et rugueuses. C’était les mains d’un marin, d’un homme qui avait passé son temps à faire des nœuds, à manier le sabre, à réparer des calles de navire et à tremper dans l’eau salée des plus sauvages océans. Et pourtant, les mains de ces deux là avaient en commun l’art de tuer. L’un usait de magie, l’autre d’armes blanches mais le résultat était le même : la mort, le vide, le néant.Mais c’est qu’il se croyait drôle le petit Rumpel avec ses remarques à deux galions. Crois moi si tu es déçu maintenant, tu le seras encore plus quand je t’aurais arraché la tête avec mon crochet. songea alors le capitaine, rêvassant presque à propos de tous les sévices qu’il pourrait lui faire subir s’il en avait seulement eu le droit. Le regard dédaigneux de l’ancien tisserand ne fit que le conforter dans son espoir de le voir un jour empalé, un air de frayeur encore installé sur son visage blafard et sanguinolent. Quelle était douce l’idée de la mort violente et néanmoins atroce, bien plus exquise que celle d’une mort presque agréable lorsque l’on s’endort pour ne plus jamais se réveiller.Hook ne put retenir un petit rire, méprisant à son tour lorsqu’il vit le sourire de Gold disparaître. Mais c’est qu’il serait inquiet le Ténébreux. Il aurait donc un cœur, oui il aurait un petit cœur qui battait pour une belle et jeune femme qui ne restait sûrement à ses côtés que pour les avantages financiers. Quelle autre raison aurait-elle de vouloir traîner aux côtés d’un être aussi abject ? Aucun selon les pensées de Hook qui n’avait jamais compris les histoires de romance et les petits surnoms affectueux des couples complètement gaga l’un de l’autre. L’inquiétude se transforma en colère, rendant Killian fier comme jamais. Et le voilà qui bombait le torse, fier de sa petite tirade et de son effet sur ce cher Mr Gold. Comme quoi, n’importe quel homme avait ses faiblesses, et cacher ses sentiments n’était pas chose aisée même lorsque l’on était le Ténébreux.On aurait pu croire que le capitaine était venu sur un coup de tête mais désormais il semblait clair qu’il savait depuis le début ce qu’il allait faire : rendre Rumpelstinskin fout de rage. Et pour le coup, il avait réussi haut la main, sans mauvais jeu de mots. Ce pauvre Rumpel suait presque de haine voire de peur que sa Belle devienne une propriété menacée par ce pirate mal élevé.Reculant un peu pour faire son petit discours, comme il en avait tant l’habitude, de façon un peu théâtralisée, les bras écartés tel un acteur se préparant à faire son monologue devant une foule Shakespearienne, Hook répéta en monta sa voix dans les aigus :
« Laisse là en dehors de tout ça veux-tu ? »

Un rire incontrôlable s’empara de lui tellement la colère de Rumple le rendait hilare. Il avait beau savoir qu’il parlait au Ténébreux, Mr Gold resterait à jamais le lâche qu’il avait rencontré ce jour-là dans la taverne alors que Milah était à leurs côtés en train de boire un verre avec eux. ‘Rentre à la maison je t’en prie. Pense à Bae’. Cet homme était d’un pitoyable, c’était à se demander comment son fils avait réussi à tenir le choc avec lui une fois sa mère partie. Oh, tiens, et voilà ce cher antiquaire qui parlait de combattre... lui qui savait à peine tenir un sabre lors de leur première altercation sur le navire de Killian. Pathétique petit tisserand tu étais, pathétiques petit antiquaire tu seras. Posant les mains – ou plutôt la main et son crochet – sur ses hanches en essayant de calmer son rire, Hook prit une profonde inspiration et retourna à son état de base. Un sourire narquois était désormais dessiné sur son visage, tandis qu’il fixait son éternel ennemi de son regard de braise, mis en avant par un léger trait de liner.

« Il me semble que pour l’instant, il n’y ait aucune raison de se sauter à la gorge. A moins que tu n’es une objection bien évidemment. Si je suis ici ce n’est pas pour parler de tes affaires de... hum... de cœur, si on peut appeler ça comme ça. Ceci dit j’avoue que je ne comprends vraiment pas ce qu’elle te trouve. Peut-être a-t-elle un côté amis des bêtes après tout. Brave fille... hum... Qu’est-ce que je disais... »le regard furieux de Gold le relança dans son long discours, inspiré par les pensées loufoques qui habitaient son esprit torturé et malade. Il revint prêt du comptoir et y posa ses deux coudes, se mettant à son tour tout prêt du visage du crocodile, « J’ai entendu dire que tu avais quelques problèmes... t’aurait-on dérobé quelque chose récemment ?»Nul besoin d’attendre la réponse, le visage de son interlocuteur parlait de lui-même,« Oh, alors mon flair ne m’a pas trompé cette fois-ci. Il semblerait que le crocodile ait quelques tracas.» 

Cette homme était un véritable moulin à paroles, qui ne cesserait de parler qu’une fois son corps sera tombé inerte sur le sol et son dernier souffle de vie envolé. Comment un équipage entier avait réussi à le supporter pendant de si longs voyages, c’était un mystère. Peut-être dirigeait-il seul son navire, après avoir tué chaque matelot... cela expliquerait en tout cas les histoires de bateau pirate. Mais, malheureusement non, Killian était perçu comme un homme respectable par les autres pirates et était même devenu un modèle pour nombreux d’entre eux. La logique des hommes voyageant parmi les mers égalait leur sens du romantisme. En d’autres termes, mieux valait ne pas essayer de les contredire ou même de les comprendre. Autant discuter avec un poulpe car celui-ci n’essayera sûrement pas de vous écorcher vif juste pour vous montrer à quel point la violence peut le rendre hilare... ou alors vous venez de rencontrer un poulpe très étrange.

❥❥❥ Maître du Jeu ❥❥❥
❥ Messages : 105
❥ Rubis : 51
Espace vide
∂6 Monde : Ailleurs ;)
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Tous

Voir le profil de l'utilisateur
En peau de croco
Mar 28 Fév 2017 - 19:05

 
    


RumpelstiltskinKillian ~ Rumpel

L 'antiquaire n'était pas dupe, il était rentré dans le petit jeu de provocation de son adversaire. Mais au contraire de l'homme à une seule main, Gold avait des principes. Aussi assoiffé de sang et de magie que soit la bête en lui, elle avait aujourd'hui quelque peu disparue, pour laisser place à un homme qui tentait de changer. Oui, changer. Il le devait à son fils Baelfire. Il revoyait encore et encore le regard de désespoirs qu'ils avaient échangés lorsqu'ils s'étaient quittés. Son derniers souvenir venant le hanter sur ces propres mots "nen, je ne peux pas, je suis désolé, je ne peux pas...". Certes, le poids des mots fait souvent sa force et son atout. Mais s'est aussi de ses propres lèvres que se perpétue encore aujourd'hui la source de ses cauchemars. Telle une menace bien plus terrible que toutes les guerres. Oui, le tisserand avait souhaité le protéger de la guerre et de la mort, mais c'était lui-même infligé la perte de son fils. Avec l'effroyable perspective de ne plus jamais le revoir. Ainsi après sa mère, le fils le quittait lui aussi. Mais la plus terrible des constatation était que c'était contre son gré. Oui, maintenant la magie et la bête qui le rendait insensible était plus loin. Notre ami se trouvait enfin libre. Découvrant le goût du possible. Il pouvait aimer à nouveau, il pouvait espérer, il n'avait plus que ce mot en tête : il le pouvait. Maintenant il le tentait. Il avait réussi à planifier un sombre plan afin d'arriver dans ce monde sans magie, mais c'était vu lui aussi pris au piège sans pouvoir aller rechercher son fils. Voilà pourquoi il voulait que la magie revienne, que la malédiction soit brisée, que tout ceci s'arrête. Il voulait retrouver son fils, lui dire que depuis 28 ans, il n'y avait pas une minute où il ne regrettait pas son geste. Oui, Gold avait perdu quelque chose, mais pas l'espoir de le retrouver.

Gold était un homme dont le coeur dictait bien plus qu'il ne le laissait paraître. Evidemment il savait que le coeur était synonyme de faiblesse, ce n'est pas par hasard qu'il enseignait à ses apprentis à l'arracher à leur victime pour les contrôler à distance. Le coeur était un outil fascinant et qui plus ait facilement manipulable. Oui Gold savait parfaitement tout cela, et tentait comme beaucoup d'autres de faire affiche de faux semblants. Lui cependant avait un atout de taille dans sa poche, il les terrorisait tous. Aucun n'avait le courage d'aller le regarder droit dans les pupilles pour s'y apercevoir qu'y brillait une petite étincelle de vie. Bien sûr beaucoup avais compris son attachement à sa domestique : Belle. La femme qui lui servait à faire ses courses et tout autre arrangements. On raconte qu'elle arrivait à obtenir de meilleurs prix et plus rapidement les paiements des nombreux loyers en possession du maître sombre. Bien sûr quand on demande gentiment... Oui mais la jeune femme permettait sans doute à notre homme d'occuper son temps de manière plus parallèle à une vie tranquille. Qui sait les petits arrangements qui pouvaient bien ce tramer aussitôt que cette dernière avait le dos tournée ?

Enfin personne d'autre n'avait lu en lui comme cet homme qui semblait s'amuser de ses réactions. Gold détestait perdre l'emprise de la situation, il crispa cette fois-ci très discrètement sa main gauche contre le côté caché de l'arrière caisse. Il l'avait aidé, il était rentrer dans ses filets tel un gros poisson. Pourtant il l'avait vu arrivé de loin le pécheur au infos et aussi futé se croit t'il, le poisson allait tenté de l'entraîner par le fond. Ainsi il savait pour le couteau sans savoir vraiment ? À l'évidence l'homme cherchait des pistes et s'éparpillait entre Belle et le reste. Qu'importait alors ce qu'il pouvait lui dire, il suffirait à l'antiquaire de jouer le jeu. Après tout il était rentré dedans nen ? Alors comment pourrait-il savoir qu'il l'amènerait sur une fausse piste. Gold n'était pas en reste côté stratégie, et il allait pouvoir s'en donner à coeur joie.

Encourageant de ses regards emplis de dégoût -chose qui n'était pas si difficile à mimer- l'homme vers une mauvaise piste, Gold tenta à sa façon de reprendre en main la situation. D'un imperceptible changement en lui, il avait reprit confiance et assurance et se riait à nouveau de son adversaire. L'imbécile ne verrait pas le coup venir, c'était impossible. Personne ne le pouvait.
Faisant le tour du comptoir afin de mettre de la distance entre eux, car il ne supportait pas d'avoir son visage de blasphème si près du sien, Gold reprit avec une virulence toujours appuyée de haine

Cela te rendrait-il jaloux ? Tu regrettes de ne pas avoir pus me le prendre toi-même. Il faut dire que tu m'en as déjà pris beaucoup. Mais rien ne peut atténuer ta soif de richesse n'est-ce pas ? Ce n'est pas que tu souhaites posséder. Ce que tu souhaites c'est clamer que c'est toi le voleur ! Pirate tu étais, pirate tu seras... Mais j'ai le regret de t'annoncer qu'en effet tu n'es pas l'heureux élu. Et que je ne fais jamais appel à qui que se soit. Et surtout pas à quelqu'un de ton genre.

* Le genre poivrot, qui vend son coeur sur le marché alcoolisé, qui tapine tout ce qui bouge et peut se faire dépouiller par la première catin venue...*

Songea-t-il avec un éternel dégoût. Il n'y avait entre eux aucun respect. Pourtant, Gold était capable de respecter beaucoup de monde, et même nombreux de ses ennemis, encore ces derniers s'en montrent-ils digne ... Mais lui ? Nen jamais. Cet homme n'était que bluff et mauvais coups. Il était lâche et volait ce qui ne lui appartenait pas par le sang ou la traîtrise. Sa vie n'était que embuscade, alcool, plaisir charnel aux quatre coins du monde, et mensonge de promettre son coeur ainsi à tord et à travers. Comment sa femme avait-elle pus accepter de se faire traiter comme un gibet, comme un numéro que l'on tire à la loterie et qui attendra le prochain tirage au sort ? Peut être avait elle fait même le plaisir d'autre membre de l'équipage... Oui, on le sait la vie d'une femme sur un navire n'était jamais de bonne augure aussi pénible que les croyances qui se véhiculaient sur le mauvais oeil qui les accompagnait...

La rancoeur et le poids de sa haine était-telle que perpétuer un exercice de style et de politesses déguisées avec crochet devenait très éprouvant pour l'antiquaire. À quoi bon cela pouvait-il servir ? S'il ne pouvait pas le réduire au silence dans la minute, encore pouvait-il l'éloigner de lui... Il n'avait jamais fait une si longue tirade et cela lui avait coûté. Désormais il avait mal à la tête, sous les rires insoutenables du perroquet rougeoyant qui lui faisait compagnie. Agacé de tant d'efforts qu'il voyait déjà vient, il se dirigea vers la porte et mis sa main sur la poignée.

Maintenant laisses-moi reformuler... Tu n'as rien à faire ici alors... Il désigna d'un basculement de tête la sortie.Et ceci n'est pas une invitation.

❥❥❥ Maître du Jeu ❥❥❥
❥ Messages : 105
❥ Rubis : 51
Espace vide
∂6 Monde : Ailleurs ;)
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Tous

Voir le profil de l'utilisateur
En peau de croco
Mar 28 Fév 2017 - 19:09

 
    


KillianKillian ~ Rumpel

S i l’on prenait la peine de se poser la question et de demander des renseignements aux gens ayant côtoyé Killian, on se rendait vite compte que cet homme était un véritable mystère. Tout le monde, ou presque, connaissait le pirate téméraire sans foi ni loi mais finalement, aucun ne savait d’où il venait. Il y avait certes des ragots à propos de sa vie passée mais dans le fond il était impossible de vraiment discerner le vrai du faux. Certains disaient qu’il était le seul rescapé d’une attaque de trolls. D’autres aimaient à raconter qu’il avait été élevé par des pêcheurs après que l’on ait retrouvé son landau sur le rivage. Il ne manquait plus qu’un brin de mythologie et les alcooliques du coin auraient été prêts à jurer que ce brigand était le fils de créatures marines sanguinaires sans respect pour les hommes et leur vie terrestre . Mais les questions existentielles demeuraient. Avait-il une famille? Avait-il un jour était amoureux avant même de croiser la route de sa douce et tendre Milah? Avait-il des frères, des sœurs ou des cousins? Le fait même qu’il soit pirate était une énigme car chacun racontait qu’il l’avait vu arrivé pour la première fois avec son équipage. C’était à croire que cet homme n’avait jamais existé en dehors de cette vie de marin, tel un fantôme sur un bateau apparaissant uniquement les nuits de pleine lune et que les légendes se murmurent au coin d’un feu tremblant. Une seule chose était sûre, son nom : Killian Jones. Et c’était bien assez car tout le monde savait qu’il fallait mieux ne pas traîner dans ses pattes, sous peine de vivre de malchance, un peu comme si sa présence seule représentait une dangereuse épée de Damoclès suspendue par un crin fragile juste au-dessus de votre tête alors que de son côté la fortune lui souriait, remplissant les cales de son bateau de mille et un trésor.

Revenons à notre crocodile. Hook avait l’art et la manière de toujours avoir un coup d’avance... ou du moins, il arrivait toujours à le faire croire avec brio. Ce cher Rumpelstiltskin pensait désormais que le pirate savait tout. Mais savoir quoi ? Visiblement, grâce à ce joli coup de bluff, Killian avait mis le doigt sur un détail important et n’hésiterait pas à en jouer à sa faveur, quoi que ce fût. Il lui suffirait désormais de poser les questions adaptées à des habitants à la langue bien pendue et le tour serait joué. Fier de lui, il ne put retenir un sourire en coin, pensant à sa vengeance qui arriverait à grand pas. A y regarder de plus près, peut-être était-ce pour cela que Cora lui avait interdit d’attaquer Gold. Peut-être avait-elle en effet des informations croustillantes sur cet homme ridicule qui se prenait pour le brigand du coin alors qu’il n’était bon qu’à marcher avec une canne et faire quelques tours de passe-passe pour éviter tout conflit.

Le temps s’était écoulé et pourtant les deux hommes se comportaient comme si leurs problèmes dataient de la veille. Dire qu’ils avaient la rancune tenace aurait été un bien faible mot en comparaison de ce qu’il se tramait dans leurs esprits malades et sadiques. Un dégoût mutuel les habitait et pourtant ils n’avaient jamais eu de discussion aussi calme voire posée que celle-ci. Du mépris, voilà ce qui flottait dans l’air et Hook ne se cachait pas pour exprimer à quel point son ennemi l’écœurait, se moquant de lui ouvertement, chose qui ne plaisait visiblement pas au concerné. Qui aurait aimé se faire ridiculiser de la sorte d’ailleurs ? Mais aussi fier et filou que soit le pirate, il ne remarqua pas que l’antiquaire venait de faire pencher la balance de l’autre côté, se jouant à son tour de lui. A qui reviendra le dernier mot ? Voilà une question qui n’aurait de réponse qu’une fois l’un des deux enterré six pieds sous terre... et encore rien n’était moins sûr.

Gold finit enfin par bouger, s’éloignant de son ‘invité’ et commença sa petite tirade. Tirade qui ne fit que confirmer les pensées de Hook : il y avait bel et bien quelque chose que ce lâche avait perdu, un objet qu’on lui avait dérobé. Aussi, au lieu de grimacer comme l’aurait fait un voleur ayant perdu son butin, le pirate se mit à sourire de plus en plus et échappa même un rire en songeant à ce qu’il pourrait faire grâce à cet objet inconnu et perdu. Selon lui, il ne faisait aucun doute que l’objet se trouverait désormais entre ses mains – quelque soit cette chose et sa valeur sentimentale – et qu’il pourrait se jouer de Rumpelstiltskin comme d’un enfant à qui l’on aurait volé son ours en peluche favori. Mais Gold avait raison sur un point : Pirate il était, pirate il sera... et malgré le ton méprisant qu’il avait pu mettre dans ses propos, cela ne faisait que grossir l’orgueil du concerné qui aimait plus que tout sa condition de pirate et de mercenaire. Il était un homme libre de tout, il était un leader et rien ni personne ne pourrait l’arrêter. Voilà pourquoi il était pirate et pourquoi il le demeurerait à jamais.

Rumpelstiltskin avait beau être malin, il n’en était pas pour autant patient, contrairement à Killian qui pouvait parler de longues heures et se jouer de quelqu’un pendant des jours voire des semaines. Et le voilà qui tentait de le mettre dehors en lui désignant la sortie... mais la discussion était loin d’être terminée voyons ! Le jeu ne faisait que commencer. La guerre des nerfs venait à peine de débuter.

« Serais-tu pressé crocodile ?»  Il fit mine de regarder une montre invisible à sa poignet et, tout en imitant les mimiques du Ténébreux du temps où il vivait à Neverland, ajouta « Tic toc mon cher, tic toc.» 

Aussi au lieu de suivre les indications de l’antiquaire, le pirate commença à déambuler parmi les rayons de la boutique et arrêta son regard sur une magnifique réplique d’un trois mâts. Hum joli pièce de collection que voilà. Mais il n’était pas là pour faire des emplettes et encore moins pour remplir le compte en banque déjà plein à craquer de son éternel ennemi. Continuant son avancée sans se préoccuper de ce que lui disait Rumpel – qui devait probablement le menacer de quelque façon – il aperçut un objet briller dans une boite fermée à clef, semblable à celle où étaient entreposées les montres de luxe non loin de là. A l’intérieur, un magnifique collier bleu, brillant comme les plus beaux trésors découverts dans les cavernes les plus mystérieuses, attendait patiemment un cou à parer. Et voilà que le pirate arborait une nouvelle fois un sourire en coin et arquait un sourcil en énonçant :

« Tu sais, en parlant de temps qui passe, je me demandais : cela fait combien de temps que tu n’as pas vu ta chère Belle ? Une vraie beauté. Je suis sûre que c’est une femme qui aimerait partir à l’aventure, rejoindre un équipage... et à quitter celui qui disait l’aimer mais n’a fait que l’abandonner comme un lâche »  Il haussa les épaules comme s’il venait simplement de poser une question des plus banales et ajouta « Peut-être que ça te rappelle quelque chose. Sait-on jamais.» 

Le regard qu’il lança par la suite à Mr Gold n’était plus du tout rempli de malice mais de haine. Oh oui, si seulement il pouvait lui arracher la gorge, planter son crochet dans sa poitrine pour en arracher son cœur encore chaud et battant et ensuite piétiner sa saleté de carcasse ! Cora, maudite soit cette femme qui le maitrisait tel un chien d’attaque avec une muselière. Maudite soit-elle et ses principes. Et tout ça pour quoi ? Il ne le savait même pas car cette mégère avait catégoriquement refusé de lui dévoiler ses sombres desseins. Certes, il fallait bien avouer qu’elle était plus sadique et machiavélique que ce cher pirate mais interdire à Killian de se venger alors qu’il en avait l’occasion était une torture qu’il ne tolèrerait sûrement pas très longtemps. Cela faisait déjà plusieurs années qu'il patientait, préparant sa vengeance dans le plus grand secret et voilà qu'une bonne femme se mettait en travers de sa route et lui ordonnait de ne pas agir. Mais depuis quand donnait-on des ordres à un capitaine ?!!

❥❥❥ Maître du Jeu ❥❥❥
❥ Messages : 105
❥ Rubis : 51
Espace vide
∂6 Monde : Ailleurs ;)
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Tous

Voir le profil de l'utilisateur
En peau de croco
Mar 28 Fév 2017 - 19:12

 
    


RumpelstiltskinKillian ~ Rumpel

S ans prendre la peine de regarder l'homme qui se tenait sur son côté, Gold revit en lui revenir les souvenirs d'un passé pourtant bien enfouis derrière de lourds secrets. Ici personne -ou presque- ne parvenait à reconstruire les morceaux du puzzle. Un fait dont jusqu'alors avait nettement profité le ténébreux. Ici, pourtant loin de lui faire confiance, au moins les gens étaient de son côté. À l'époque, notre pauvre tisserand avait été la proie d'humiliations répétées, de déshonneurs et de la peur même. Oui, il avait beaucoup souffert avant de devenir le "Maître Sombre". Il s'était ensuite fait une terrible réputation de justicier qui voulait rétablir sa vision de la justice. Une haine envers les femmes et surtout contre le pirate Hook qui était connue à travers les royaumes et différents mondes. Oui on se murmurait bien des choses au sujet du ténébreux, il était craint de tous et désormais à l'abri de se voir insulté. On le respectait. C'était là ça plus belle victoire. Il avait vaincu la peur. La peur de perdre.

Il avait gagné. D'un dernier regard, il savourait la notion de désespoir qu'il lut dans les yeux emplis de larmes de son adversaire. Bien que lui même souffre également d'avoir gagné au prix d'un tel sacrifice. Assassiner celle qu'il aimait depuis toujours, celle à qui il avait tout donné, jusqu'au plus profond de son coeur et sa confiance, nen cela n'était pas facile à avaler. Il se voyait monstre. Un monstre capable de tout pour vaincre. Mais bon sang que le goût de la victoire était bon et bien plus fort que celui de la mauvaise conscience ! Il aurait presque pu sourire à Crochet avant de disparaître dans un nuage de fumée emmenant le corps de la morte avec lui...

Oui Gold gardait chaque souvenir en mémoire fidèlement gravé en lui dans les moindres détails. Comme si, ils s'étaient quittés la veille... Il faut dire que dès lors chaque instant de sa vie continue d'être lié à ce chapitre. À ce secret qu'il gardait enfermé dans une cabane au bord de la mer... Un sentiment très fort s'empara de lui, il se sentait puissant et confiant ayant, dans sa poche, un instrument de pouvoir que Hook ne savait pas. Il serait si tenté de lui révéler son existence, juste pour lire à nouveau cette pointe de désespoir dans ses yeux. Un éclair fragile qu'il avait vu une seule et unique fois, mais qu'il avait tant apprécié regarder.

Hélas, il ne pouvait pas risquer de dévoiler à nouveau le visage du monstre qui avait été le sien. Il avait désormais bien plus à perdre que son honneur. Il s'était laissé surprendre par un évènement inattendu : l'attachement. Croyant avoir perdu celle qui était devenue si importante dans sa vie, il avait su vivre (c'est malheureux à dire) sans elle, gardant -grâce à son absence- le sentiment que le monde était contre lui et qu'il en était la victime. Oui, il avait continué à être mauvais, il n'avait pas mauvaise conscience. Cependant depuis que Belle était réapparue, il avait regretté son attitude et souhaitait montrer désormais un meilleur visage. Il tentait de se racheter une conduite pourrait-on dire. Pourtant ce n'était pas qu'il n'ai pas eu l'envie d'écraser la tête du moustachu qui lui faisait face dans le battant de sa porte qui lui manquait. Le désir était bien là, vibrant de passion et de fantasmes. Oui la patience lui faisait défaut. Notre ami tremblait en lui même de fureur et de pulsions sadiques. En proie au dilemme entre ce que lui dictait son corps et la raison de son esprit savant. Il savait qu'il devrait garder son calme mais l'exercice lui coûtait, menaçant d'exploser à chaque mot, notre ami parvient à prendre sa voix suave et provocante habituelle...

C'est que tu connais mon goût pour les conversations niaises... Mais va sy je t'en pris visite, tu pourrais qui sait peut-être trouver quelque chose qui fasse ton bonheur.Ajouta-t-il en le voyant s'intéresser à sa maquette du bateau.Mais rassure-moi tu n'es pas là pour me parler du temps qui passe, si ?

La main encore perchée sur la poignée, Gold se refusait à fermer la porte, il était profondément agacé mais parvint néanmoins à garder sa contenance ne faisant trembler de fureur que ses pupilles renfermées... Il plissa les yeux et ses sourcils avant de pencher la tête vers le sol, il n'arrivait pas à comprendre ce qui retenait le pirate. À l'évidence ce dernier le narguait en tournant en rond autour de son sujet sensible : la jeune femme qui recouvrait son coeur meurtri de haine sous un petit voile de miel tendre. C'était naturellement en songeant à elle, que Gold faisait tant d'efforts pour ne pas casser la figure à ce bouffon. Il se doutait qu'il n'allait pas si facilement le mettre à la porte, mais ne parvenait pas à accepter qu'on lui résiste. Il tentait de se réconforter en songeant à son atout qui l'attendait au bord de la mer, mais il n'arrivait pas à goûter la saveur du bien être sur sa langue. Tant que crochet était dans l'ignorance, il n'y avait aucun "échec". La partie pouvait encore durer longtemps, creusant en lui de profondes blessures et peurs. Quand tenterait-il de prendre sa reine ? Quel pion notre ami devait-il avancer en premier afin d'attirer son adversaire dans un piège. Le roi des pions blancs ne narguait, louchant beaucoup trop sur sa reine. Le cavalier noir se refusait de goûter à ce sacrifice. Bien que Gold se délecte de voir son adversaire tourner en rond, cumuler les coûts inutiles pour tenter de le déstabiliser, il redoutait qu'il ne s'attaque à lui par la plus grande bassesse qu'il soit. Après tout, il l'avait déjà fait, il n'avait pas hésité à le forcer à tuer Milah et à dire adieux à ce qu'il restait de lui d'humain...Qui sait s'il ne voudrait pas en faire autant avec Belle ? Cet homme ne pouvait avoir de coeur pour comprendre ce que son arrivée dans la petite ville allait provoquer. Les malheurs qui accompagnaient chacun de ses pas... Oui l'homme blessé n'était plus le tisserand mais un crochet à plumes rouges... Qui sait ce que son esprit revanchard lui dicterait ?...

Tandis que ce dernier évoquait à nouveau le sujet sensible du passé et du présent. Notre homme retint son souffle afin de ne pas exploser sa fureur. Il la reporta sur la porte qui alla se claquer brusquement contre le battant. Il ne répondit pas. Il fallait être plus fort que ces bassesses. Il n'avait aucunement peur que Belle le trahisse. Belle était digne de confiance, il avait pu lire en elle une étincelle qu'il n'avait jamais vue dans les yeux de sa propre femme. Oui, cette fille avait la chance d'être différente. Elle valait la peine qu'on se batte pour croire au changement. Oui Gold se battait. Pas contre un simple manchot dont seul l'arrogance pouvait le blesser, mais contre son vieil ennemi : lui-même ! Serrant les dents il lâcha d'un ton sec.

Tu ne sais même pas ce que ça fait d'être abandonné, comment peux-tu parler de ce que tu ignores, toi qui brise les coeurs comme d'autres écrasent des cigarettes... ? Arrête donc tes sensibleries, Belle est une femme trop intelligente pour tomber entre tes mains. ... Qu'est-ce que tu cherches vraiment en venant ici ? ... Nous savons tout deux ce que nous voulons. La vraie question, car tu sais ce qui m'en empêche, c'est la raison qui fait que toi tu ne tentes rien ... Je suis pourtant là. Alors va-sy !

Gold se rapprochait de lui, écartant les bras avec un petit sourire en coin sur la fin de ses mots. Il le tentait, il voulait que Kilian explose. Qu'il se batte. Ce dernier bouillonnait de rage, son regard lui seul suffisait à le faire deviner... Gold voulait percer le mystère de sa retenue, il ne parvenait pas à la comprendre. Il souhaitait mettre à jour les projets de son adversaire, afin de mieux pouvoir l'anéantir. Il fallait montrer aux habitants de Storybrooke le vrai visage derrière son sourire enjôleur. Il fallait les mettres de son côté. C'était le seul moyen de se protéger sans avoir à trahir sa promesse à Belle. Aujourd'hui plus que jamais, il allait respecter son contrat.

❥❥❥ Maître du Jeu ❥❥❥
❥ Messages : 105
❥ Rubis : 51
Espace vide
∂6 Monde : Ailleurs ;)
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Tous

Voir le profil de l'utilisateur
En peau de croco
Mar 28 Fév 2017 - 19:17

 
    


KillianKillian ~ Rumpel

L e pirate avait l’art et la manière de s’imposer quand sa présence n’était pas du tout désirée. Il aimait être présent et parader dans le simple but d’énerver la personne qui lui faisait face. Certains parlaient de sadisme, étant donné qu’il aimait jouer avec les nerfs de ses victimes, mais d’autres le considéraient plutôt comme un masochiste, cherchant à tout prix à se mettre tout le monde à dos... finalement, le capitaine était un peu des deux car pour lui tout n’était qu’un jeu de patience et de violence. Tel un chat jouant avec une souris qu’il ne mangerait peut-être même pas, il s’amusait avec sa proie, lui faisait connaître des hauts et des bas, lui donnait des coups pour la blesser mais jamais pour vraiment la tuer, histoire de continuer le plaisir et espérer une réponse de sa proie. Pour sa plus grande joie, Gold avait mordu à l’hameçon et tentait visiblement de refreiner ses vieux démons ; chose qu’il faisait tant bien que mal. Il ne faisait aucun doute que la douce Belle était derrière tout ça et qu’elle avait par conséquent réussi à domestiquer la bête. Le Ténébreux en était donc réduit à l’état de chaton, tout bonnement incapable de se défendre, montrant ses petits crocs et griffes naissantes. Une petite boule de poil insignifiante faisant face à un pirate téméraire ayant vécu des siècles sans jamais vieillir, ayant déjà tout perdu et étant prêt à rependre le sang pour le simple plaisir de le voir couler le long de son crochet aiguisé ; de magnifiques nuances de rouge se mêlant au métal brillant de son arme fétiche. Hum, rien que d’y penser, le pirate ne pouvait retenir un sourire machiavélique, manquant presque d’en frissonner de plaisir.

Son grand plaisir était donc de faire l’exact opposé de ce qu’on lui ordonnait, tel un enfant désobéissant à ses parents ou à ses professeurs. Dites lui d’aller à droite, il ira à gauche. Ordonnez-lui de sortir, il prendra alors un malin plaisir à rester pour le simple bonheur de vous voir bouillonner de rage. Il n’était pas bien compliqué de le manipuler si l’on savait comment il fonctionnait mais, avant toute chose, il fallait pouvoir contenir sa propre rage pour pouvoir réfléchir correctement et raisonnablement pour l’amener où l’on voulait, à la manière d’un berger réunissant son troupeau dans son enclos. Tout était donc affaire de patience et de méthode... deux éléments que l’on avait tendance à oublier dès que le pirate ouvrait la bouche, tant l’envie de le poignarder, le pendre ou l’immoler était forte.

Son ennemi de toujours fit mine de ne pas être gêné lorsque Killian se mit à déambuler parmi les rayons du magasin, observant chaque objet l’un après l’autre. Cependant, le crocodile semblait ne pas vouloir se séparer de cette poignée de porte qu’il serrait malgré lui avec force. Le concerné finit par pencher la tête vers le sol ce qui fit rire le pirate. On perd son sang-froid à ce que je vois. avait alors pensé le capitaine tout en continuant sa petite ballade parmi les antiquités. Pourquoi Rumpelstiltskin amassait-il autant de vieilleries pleines de poussière ? Peut-être pour être aux côté d’objets de son âge. Cette pensée fit rire discrètement le pirate qui se rendait alors compte qu’ils étaient tous deux des antiquités comparés aux jeunes âmes qui habitaient en ville. Peu de gens pouvaient se vanter d’avoir parcouru les siècles et d’être restés aussi bien conservés. Comme quoi la magie avait certains avantages et Neverland avait été un lieu d’une grande aide pour le capitaine qui y avait probablement perdu la raison. Quel âge avait-il ? Oh cela faisait bien longtemps qu’il avait cessé de compter car le temps n’avait pas la même emprise sur lui, par conséquent, le décompte des années était bien futile. Il avait l’expérience et les connaissances, voilà les seules choses qui importaient réellement.

Le crocodile inspirait profondément cette fois-ci, telle une cocotte minute prête à lâcher la pression. Que du bonheur pour ce cher Mister Jones qui n’en pouvait plus d’apprécier la situation. Vas-y crocodile, contrôle toi tant que tu peux, mais une chose est certaine : tu cèderas bien assez tôt. songeait-il en observant le collier sous ses yeux. Et, suivant ses pensées, Mr Gold finit enfin par perdre patience et lança sa tirade à la figue de Killian qui arqua un sourcil, la mâchoire serrée pour ne pas sourire sadiquement suite aux propos de l’antiquaire qui ne semblait même pas conscient de ce qu’il disait en cet instant. L’homme ne faisait que confirmer une chose : les charmes de Belle avait été comme un poison sur le Ténébreux. Il n’était plus que l’ombre de lui-même, un être faible et incapable de raisonner autrement que par son cœur. Il était faible.

La main de Killian glissa doucement le long de la boîte où était déposé le magnifique collier, ses doigts tapotant le bois qui protégeait cette merveille, tandis que son ennemi se rapprocher de lui, bras grands ouverts, le défiant avec audace. Oh oui, si les circonstances avaient été différentes, Rumpelstiltskin ne serait déjà plus qu’une carcasse dont même les charognards ne voudraient pas. Toute sa magie se serait déjà évaporée lorsque son cœur battant aurait découvert la froideur du métal formant le crochet du pirate.

Mais Killian ne céda pas. Il commença par se mordre l’intérieur de la joue, arqua à nouveau un sourcil et respira profondément avant d’énoncer :

« Cher crocodile, sache que tu n’es pas le plus dangereux en ville désormais. Il semblerait que tes anciennes connaissances soient à tes trousses, et là bien sûr tu auras compris je suppose que je ne parle pas de moi-même.» 

Il s’avança alors à son tour, se retrouvant tout prêt de celui qu’il haïssait et qu’il devait pourtant laisser vivre.

« Alors désormais il ne s’agit pas de ce que je veux... mais de ce que... Cora veut. » Il fit un pas en arrière, ouvrant à son tour ses bras en signe de défi, le sourire aux lèvres et ajouta, « Je te pensais pourtant plus malin que ça crocodile. Tu parles mais tu ne dis rien pour autant, quel paradoxe. Ne t’es-tu pas demandé comment j’avais pu arriver à Storybrooke ? Tu sais les portails inter-mondes ne sont pas vraiment très courants.  » 

Cédant soudain à ses pulsions, le pirate se rua sur l’homme – sa main entourant sa gorge, son crochet se plantant dans le tissu de sa veste sans toucher sa peau – et le souleva avec rage pour le plaquer à même le comptoir. Les yeux plein de cette folie meurtrière que beaucoup de gens avaient malheureusement pu voir par le passe, il rapprocha son crochet de la poitrine de son ennemi, dessinant de petits cercles comme pour lui indiquer qu’il hésitait à lui prendre son cœur en cet instant. Sa main quitta la gorge de Mr Gold et saisit la mâchoire de l’antiquaire, l’empêchant de parler aisément par la même occasion. Rapprochant son visage de celui de sa proie, l’effleurant presque, il lui murmura :

« Je suppose que Cora et toi avez beaucoup de choses à vous raconter depuis le temps. Garde ta chère Belle à l’abri car on ne sait jamais avec les femmes, crocodile, il arrive qu’elles se montrent plus cruelles et sans cœur que les plus sadiques des hommes. » Il s’éloigna doucement, laissant Mr Gold retrouver la terre ferme et se rendre présentable à nouveau et ajouta sur un ton plus calme mais néanmoins toujours menaçant, « Je ne suis pas venu pour réclamer vengeance... pas aujourd’hui. Prends cela comme un simple avertissement. Peut-être ne surveilles-tu pas le bon loup...» 

La phrase du pirate resta en suspens, comme une prophétie délivrée et raisonnant dans la tête du concerné. Le pirate avait beau dégoûter Gold au plus haut point, cela ne l’empêchait pas d’être moins dangereux que celle qui lui avait permis de venir ici. Se contentant de jouer les marionnettes aux ordres de Cora, le capitaine ne comptait cependant pas se faire voler son plus grand rêve : tuer Rumpelstiltskin. Aussi, mieux valait pour lui que son ennemi soit au courant de la présence de la reine de Cœurs. Cette femme était maléfique et complètement folle, avide de pouvoir, mais Killian ne jurait que par son propre orgueil et n’hésitait jamais à trahir les gens pour s’allier à d’autres. Le plus important était qu’il ait ce qu’il désire. Il fallait que Cora disparaisse s’il voulait pouvoir se venger, par conséquent, Rumpelstiltskin serait son meilleur atout pour se débarrasser de celle qui osait le tenir en laisse, l’obligeant à rester sur ses positions, bouillonnant de rage, rêvant de torturer et tuer son ennemi de toujours, ce cher crocodile.

❥❥❥ Maître du Jeu ❥❥❥
❥ Messages : 105
❥ Rubis : 51
Espace vide
∂6 Monde : Ailleurs ;)
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Tous

Voir le profil de l'utilisateur
En peau de croco
Mar 28 Fév 2017 - 19:24

 
    

[Je garde pour l'instant mon défis secret, je t'en dirais plus au prochain épisode. héhé
N'hésite pas à me demander toutes modifications. Razz ]


RumpelstiltskinKillian ~ Rumpel

"▬ Échec ! " Le jeu subtil d'intimidation entre les deux esprits stratèges prenait enfin une tournure intéressante. Bien qu aucun ne sembla en meilleur position que l'autre. Tout deux fixaient leurs regards dans le vide, dans un frémissement de leurs pupilles légèrement dilatées par la fureur. Une rage qui faisait trembler leurs esprits et leurs tentatives maladroites de mettre l'adversaire en faute. Écartant tout deux l'un après l'autre les bras, invitant l'assaut, nos deux adversaires se reflétaient d'orgueil dans le miroir subtile de l'imprévu. Tout deux si semblable se vouaient à une haine éternelle... Mais rien. ... Au tout au moins son adversaire n'avait pas encore choisit son prochain coup. D'un geste vaporeux il passa sa mémoire à la surface de chacun des pions avant de choisir sa tour.

Cora. Ce simple prénom d'une seule syllabe était bien connu du sorcier. Il incarnait une femme non pas dangereuse en soit mais tout simplement ambitieuse. Une ambition qui depuis toujours avait été destinée vers la réussite. Cora voulait régner en maître sur le monde. Un sentiment dont sa fille malgré tous ses efforts pour faire ne pas lui ressembler, avait hérité. Dans un passé plus obscur que beaucoup ne connaissent pas, Rumpelstiltskin fut le professeur de la diabolique femme. On ne sait réellement pourquoi, mais cet homme a toujours été comme attiré par les esprits compliqués de cette famille. La mère, comme la fille font preuve d'une force de caractère pour le moins fascinante. Ainsi Cora avait réussi à faire son entrée dans leur monde ? Voilà bien de quoi intriguer notre personnage, mais certainement pas l'effrayé. Elle contribuerait certainement à affaiblir Regina et sa malédiction. Nen ce qui l'inquiétait c'est qu'elle est décidée de s'associer à Hook. Ainsi elle avait mis un trait sur les liens qui les avaient autrefois unis et soutenait son ennemi dans ses espoirs de vengeance contre lui-même ?...

Le coup audacieux provoqua la surprise chez le maître des noirs. Le joueur se sentit comme saisit à la gorge par une lame invisible. Il était en danger. Il devait trouver un véritable coup de génie, mais le regard sombre de son attaquant dûment planté dans le siens laissait son esprit tétanisé. L'homme était si proche de lui qu'il l'empêchait de visualiser son jeu...

Incapable de répondre, Gold referma plusieurs fois ses doigts dans sa paume... Il n'arrivait pas à comprendre comment Cora avait pu s'associer à un homme aussi agaçant et arrogant. Ce petit moustique trop sûr de lui était qu'un insecte que le Ténébreux aurait pu écrasant d'un simple claquement de main. Inoffensif et tellement pitoyable. Cora évidemment. Seule Cora pouvait s'amuser avec un animal domestique comme lui. Elle devait le promener à sa guise et le laisser entretenir ses illusions. Elle avait toujours apprécié manipuler son entourage, comme lorsqu'elle lui avait demandé une potion capable d'envoûter le coeur d'un homme... Un puissant philtre d'amour. Oui, seule Cora représentait une menace. Un être vil et calculateur capable de tout traverser sans la moindre hésitation. Ne lui parler pas de pitié, cette femme n'a pas de coeur... La véritable question que Gold était pressé de poser était la suivante : quels étaient les véritables projets de Cora maintenant qu'elle était de retour ? Savait-elle comment Regina l'avait exilée au pays des merveilles ? Avait-elle des griefs contre lui ? Toutes ses interrogations lui brûlaient les lèvres, mais il ne pouvait les dires... De toute manière il doutait que l'homme en face de lui en sache une seule réponse. Cora était une individualiste. Elle avait toujours été un mystère. Voilà pourquoi, il n'en revenait pas qu'elle ait fait si piètre choix d'alliance.

Un sourire aigre répondit timidement à celui du perroquet rouge qui riait à gorge chaude. Dans sa frustration Gold ne put retenir un bon mot bien blessant qui eut pour effet de le piquer à vif.

C'est vrai que pour un pirate, tu ne sembles pas très douer pour les trésors... À tu fini par dénicher celui des enfants perdus ? J'ai bien entendu des rumeurs sur son existence et les multiples trous que tu avais creusé ... Enfait à peut prêt partout sur Nerverland non ?...

Il riât.

Après avoir concentré toute son attention sur sa reine, Gold s'était laissé embobiné et en avait oublié les précédents coups de son adversaire. Il ne s'était en effet questionné sur les moyens de son arrivée à Storybrooke. Était-ce là un signe de sa négligence ou accordait-il plus de pouvoir à Hook qu'en réalité ? Jamais ne sous-estimer un adversaire était une idée bien répandue, mais ce qu'il fallait aussi savoir c'est qu'il ne fallait pas trop les idolâtrés nomplu. À les songer trop menaçant, on est saisit par le doute, et on se trahit tout seul. La clef de la victoire n'était qu'une question de confiance en soit. Un sentiment que l'antiquaire avait vu s'évaporer devant l'assurance arrogante du perroquet rouge. Hook venait de tourner l'avantage à son profit. Force de contrôle, il conservait un esprit serein en parfaite condition de stratège. Laissant son adversaire songer à la capitulation. Toutes idées de victoire avaient presque disparues avant que ce dernier ne cède à ses instincts primaires...

L'homme au crochet se rua sur lui le soulevant en le tenant par la gorge avant de le plaquer sur le comptoir. Son visage haineux à quelques centimètres du sien, il appuya, appuya puis laissa glisser sa main sur la mâchoire de l'antiquaire qui s'apprêtait à dire quelque chose. L'empêchant alors de dire quoi que ce soit. Il dirigea de son autre main, ou plutôt son crochet, son attention vers la poitrine de l'homme, menaçant de l'écorcher vif. Il ne pris pas la peine de répondre à l'attaque de Gold, préférant pousser ce dernier dans l'inquiétude concernant Belle. Ce dernier en un sens avait raison. Cora était imprévisible tant que l'on ignorait ce qui pouvait la motiver. Et pour connaitre ses projets, il n'y avait d'autre moyen que de l'espionner. Mais comment pouvoir être sur deux front à la fois ? Il devait choisir une priorité. Mettre un des deux de côté pour l'instant...

Tapant d'impatience du poing sur la table, le dirigeant blanc fit vibrer le plateau de jeux, déplaçant quelques précieuses pièces sans qu'il ne dirige un regard vers elles... Déplaçant son fou devant le cavalier. Le joueur abaissa un regard inquiet devant le plateau et saisit son fou le reculant d'une case dans la diagonale en but de replacer son pion...

Hook le relâcha enfin, le laissant reprendre quelques couleurs sur ses joues devenues vivement pâles. Gold avait compris le message. Hook ne pouvait agir de son plein grief. Du moins pour l'instant. Il était encore sous le contrôle de la sorcière. Mais pour combien de temps encore ? Combien de temps avant qu'il ne s'aperçoive de sa duperie ? Nen Cora, ne pouvait véritablement être de mèche avec lui, elle devait forcément tramer d'autres projets dans son esprit ravagé. Et tard plutôt que tôt, Killian s'en apercevrait et deviendrait hors de contrôle.

Maintenant qu'une distance respectable s'était à nouveaux établie entre les deux joueurs, l'homme au pouvoir obscur penchât son attention vers le plateau de jeu dévasté par les récents évènements, il tenta de réfléchir à un plan. Un sourire vient se dessiner délicatement sur son visage au cours de ses observations...

Gold n'avait pas eu longtemps à réfléchir, les faiblesses de son adversaire après tout ce temps lui était bien connu. À vrai dire aucun des deux n'arrivait à garder ses secrets pour l'autre. Le point faible de Killian était les femmes. Jamais il n'avait su résister au beau sexe, et plus encore au sens du défit. Relevant la tête d'un air serein, Gold reprit la parole.

Je sais que j'ai affaire à un connaisseur. Mais je n'ai pas ce genre de souci car je prends garde à ne pas me frotter à celles qui ne faut pas, moi. L'antiquaire laissa planer le temps qu'il fallait pour que la curiosité s'installe dans l'esprit du jeune homme. Il y a ici, une jolie fleure, que le plus beau des jardinier n'arriverait pas à saisir sans se planter une épine. Je suis certain que même un grand coeur comme le vôtre ne parviendrait pas à lui faire entendre raison.

Notre homme reprit un silence en lui-même profondément jouissif. Il avait attisé l'intérêt de crochet et savait que très vite, il en obtiendrait ce qu'il voulait : un accord. Il était étonnamment calme. Reprenant très rapidement ses esprits après que Hook l'ai si malmené.

Le Cavalier noir était en mesure de prendre le fou à son propre piège. Comme quoi la patience fait art de manipulation. S'il ne s'était pas si brusquement dévoilé, jamais notre ami n'aurait su comment retourner la situation. Le plan en était à la fin simple et judicieux. Sacrifier sa tour, pour sauver sa reine et faire le " mat " ou soit "conservé sa tour et sa reine" et gagner la partie par un times'out.* Quelque soit l'issue, il était désormais gagnant ! Ne déplaçant nul autre pion, notre joueur pus intervertir les positions de sa tour et de son roi. Sortant ce dernier d'une mise en échec et plaçant d'un même coup sa si précieuse reine sous l'ombre salvatrice de la tour. Ce reculant sur sa chaise, il s'y adossa d'un air reposé. Ses inquiétudes étaient retombées, il était à nouveau serein. Il appuya sur le quartz chess clock (le chronomètre) qui faisait TIC TOC à leurs côtés, entraînant leur exercice de réflexion dans une rythmique angoissante... "TIC TOC TIC TOC..."

▬ " À toi de jouer "



Times'out.* : perte au temps : dans une partie d'échec à la pendule, un des deux joueurs peut être à court de temps de réflexion et finir par perdre pour dépassement de son quota.

❥❥❥ Maître du Jeu ❥❥❥
❥ Messages : 105
❥ Rubis : 51
Espace vide
∂6 Monde : Ailleurs ;)
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Tous

Voir le profil de l'utilisateur
En peau de croco
Mar 28 Fév 2017 - 19:29

 
    


KillianKillian ~ Rumpel

R umpelstiltskin parlait plus qu’il n’en avait l’habitude et pourtant chaque mot semblait être pesé, réfléchi et approuvé par un long processus de réflexion qui, néanmoins, se déroulait en quelques secondes dans son esprit malsain et manipulateur. Son corps avait certes quelques ratés – des tremblements preuves de son agacement, des respirations profondes quand il cherchait à contrôler le mal en lui, et bien d’autres expressions et gestes qu’il ne pouvait contrôler, ni même détecter. Le corps avait sa façon de s’exprimer et pouvait se montrer bien plus bavard que la parole elle-même. Un joli paradoxe quand on savait que l’être humain était connu pour sa capacité à créer le langage et la méconnue « co-gestualité » si appréciée par les linguistes. Même lorsqu’un homme ou une femme ne voulait pas énoncer un seul mot, ses membres et le reste de son corps se mettaient à bavarder, voire jacasser, sans qu’aucune contrôle ne puisse s’y imposer.

Lorsque que son ennemi commença à parler des enfants perdus, le pirate avait sentit son sang bouillonnant faire un tour mais il avait réussi, tant bien que mal, à maîtriser ses pulsions. Cela ne l’empêcha cependant pas de maudire intérieurement ce Peter Pan et toute sa clique de gamins insolents, idiots et irrespectueux. Combien de fois avait-il souhaité qu’ils meurent tous en tombant dans un de leurs propres pièges, qu’ils se fassent dévorer par des bêtes sauvages ou qu’enfin son épée se plante dans la poitrine de celui qui ne voulait pas grandir. Son sourire stupide disparaîtrait en même temps que son cœur cesserait de battre et il aurait compris, comme les autres enfants, que les adultes n’étaient pas les seuls à pouvoir mourir de façon atroce. Les enfants n’étaient que des insectes, des choses inutiles et faibles qui proliféraient comme des cafards et dont on ne pouvait jamais vraiment se débarrasser. Hook les avait en horreur, peut-être même plus qu’il ne détestait le crocodile qui lui avait coupé la main.

Mais comme tout bon pirate qui se respecte, Killian avait écouté ses instincts là où n’importe qui d’autres aurait tenté de les faire taire. En moins de deux l’antiquaire s’était retrouvé menacé par son crochet, dans l’impossibilité de se défendre ou même de parler. Il n’y avait rien de plus jouissif pour un mercenaire comme Hook que de voir la surprise, la terreur et la haine dans le regard de ses victimes. Il était finalement plus proche de l’animal que de l’Homme et tout ceci avait une explication bien logique, si l’on était capable de croire en une vie éternellement longue, s’étalant sur plusieurs décennies voire plusieurs centaines d’années. Neverland l’avait rendu irascible, impulsif et imprévisible mais ce n’était pas la seule raison. Déjà à l’époque où il ne connaissait pas l’existence de Milah, le capitaine Killian Jones impressionnait par son savoir-faire, son sang froid mais aussi par son absence de compassion. Bien jeune à cette période, il avait su se montrer plus odieux et tortionnaire que ses aînés. Le futur capitaine Hook était craint sur les océans mais aussi sur le continent, motivant de violents pirates et autres criminels à rejoindre son équipage. Il était de ceux que l’on admirait et que l’on craignait à la fois : l’homme séduisant au physique attirant, et la bête sanguinaire capable de torturer femmes et enfants innocents pour le simple plaisir de faire souffrir un homme lui devant des comptes. Disons simplement, que Killian avait le sens des affaires.

Une fois le reptile libéré de son piège et ayant retrouva la terre ferme, il continua son petit discours, prétextant qu’il n’avait pas de souci à se faire, allant même jusqu’à sortir une phrase énigmatique à propos de fleurs et de jardiniers. Mais que tentait-il donc de lui faire comprendre ? ‘Même un grand cœur comme le vôtre ne parviendrait pas à lui faire entendre raison.’ ... se prenait-il pour un de ces poètes incapables de gagner leur vie dignement ? Perdait-il donc la tête en croyant que Killian était sensible à de telles fadaises ?! Visiblement, l’air de Storybrooke n’avait pas arrangé le cas de ce très cher Mr Gold qui semblait dérailler plus que jamais. Rumpel ne semblait pas comprendre ce que la présence de Cora impliquait. C’était à croire qu’il ne voulait même pas protéger sa douce Belle. Etait-il insensible, fou ou juste ignare ? Peut-être même les trois ! D’après toutes les informations qu’il avait déjà pu récolter, Killian savait que le lien entre Gold et Belle était extrêmement profond, bien que cette dernière ne se rappelle visiblement pas de sa vie passée. Il serait aisé de la manipuler, de lui faire craindre Rumpel, de créer de la haine envers lui. Oh oui tellement facile. Mais le fait que l’antiquaire se croit en sécurité restait tout de même une énigme que le pirate comptait bien élucider.

Killian arqua un sourcil mais ne répondit pas, perdu dans ses pensées alors qu’il tentait de déchiffrer le message de son ennemi juré. Il ne faisait aucun doute que l’homme faisait référence à une femme, mais laquelle ?! Le défiait-il en croyant que son charme légendaire ne pourrait fonctionner sur l’une d’entre elles ? Croyait-il vraiment pouvoir gagner sur ce terrain ?! Il n’en était pas question et cela aurait été pure folie que de croire que le pirate pourrait perdre à un tel jeu. Après un silence, il énonça :

« N’essaie pas de jouer au plus malin avec moi Crocodile. Tu sais très bien qu’il n’y aucun domaine où tu puisses me battre, même si tu essayais avec toutes tes forces... je parle bien sûr de domaines sans magie puisque celle-ci n’est que tricherie et duperie, utilisée par les plus faibles, incapables de faire avec ce la nature leur a donné. » Il laissa un silence planer, fixant son ennemi et ajouta calmement, « Et tu sais très bien que lorsqu’on défit Dame Nature, il y a toujours un prix à payer... rarement celui auquel on pense. Alors je t’écoute. Qu’as-tu en tête qui te permette d’être aussi confiant ? » 

Depuis le début, Killian avait été persuadé que la présence de Cora aurait été une magnifique épée de Damoclès se balançant au-dessus de la tête de Rumpel. Mais le pirate n’avait pas prévu que l’antiquaire ignorerait royalement cette menace pourtant bien présente. Vieux fou ! A trop vouloir se croire invincible, il finirait pas se retrouver empalé par cette arme qu’il avait tant ignorée par le passé. Le destin avait sa façon de frapper à votre porte, de façon polie et prévenante, mais il refusait bien souvent qu’on lui ferme la porte au nez. Oui, le destin était un peu comme un hôte qui s’imposait chez vous et vous faisait regretter de l’avoir défié. Pas d’entourloupes avec lui, pas de tricherie. Le destin ne pouvait être évité ou changé. Tout était tracé depuis la nuit des temps et aucun homme, aussi puissant soit-il, ne pouvait modifier cela.

De même, chaque atrocité commise par le passé demanderait une vengeance appropriée. La mort de Milah ne serait pas oubliée, Killian en avait fait le serment ; sa chère et tendre méritait qu’on lave son honneur et le capitaine avait bien l’intention de parvenir à ses fins pour punir Rumpelstiltskin. Un cœur arraché en échange d’un autre, voilà l’idée poétique que le pirate avait imaginée. Celui de Milah ne battait plus, arraché par les doigts sales et honteux d’un crocodile décharné et poisseux, et par conséquent, celui de Mr Gold deviendrait lui aussi poussière. Tout n’était qu’une histoire d’équilibre dans ce bas monde. Lorsque l’on tuait de la sorte, il fallait savoir s’attendre à un retour de flamme... même si cela pouvait prendre plusieurs années avant de revenir pour vous frapper violemment.

Malgré la rage profonde qui l’habitait encore – sentiment qui ne l’avait finalement jamais quitté depuis la mort de Milah – Killian tentait de rester civilisé... tant bien que mal, vu la précédente saute d’humeur qui s’était emparé de lui. Pour se faire, l’homme commença à marcher dans la boutique histoire de s’occuper l’esprit tandis qu’il écoutait les propos de son ennemi de toujours. Se focaliser sur plusieurs choses en même temps lui permettrait peut-être – et là rien n’était moins sûr – de faire taire ses pulsions sauvages. Malgré tout, il n’était pas aisé pour un corsaire tel que lui de se maîtriser alors que toute sa vie avait toujours été bercée par des meurtres, des larcins et des batifolages de toute sorte.

Tout était une histoire de contrôle de soi... et cela ne durerait pas bien longtemps.

❥❥❥ Maître du Jeu ❥❥❥
❥ Messages : 105
❥ Rubis : 51
Espace vide
∂6 Monde : Ailleurs ;)
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Tous

Voir le profil de l'utilisateur
En peau de croco
Mar 28 Fév 2017 - 19:34

 
    


RumpelstiltskinKillian ~ Rumpel

I l y avait bien longtemps que notre ami n'avait pas connu tel animation dans son domaine. Bien qu'il ait tout d'abord pris son malmenage comme une insulte à sa personne, maintenant toute douceur ou presque réapparut sur son visage, il s’efforçait de ne pas se laisser envahir par la joie. Il venait de trouver une nouveau passe-temps qui promettait de divertir ses prochains jours... Il n'avait presque plus à se préoccuper de l'avenir. Enfin dire adieux à ses soucis était peut-être un peu prématuré sans oublier l'ombre de la dame noire qui venait se placer au premier plan de son tableau. Masquant toute la beauté du paysage et de ses espoirs de vie meilleure et de changement.... Il fallait s'y résoudre, il ne changerait pas. Il était un génie de manipulation, et se délectait de faire connaitre aux autres les douleurs de sa souffrance. Jamais il n'avait eu droit à son propre bonheur. Alors pourquoi devrait-il le laisser à d'autre ? En sommes quoi qu'il tente de faire, il y aurait toujours un être comme Jones avide de coups fumants et de gloire qui viendrait provoquer ses anciens démons. Gold était définitivement trop faible pour résister à la tentation de remettre ce petit prétentieux à sa place. Mais à terme jamais aussi pitoyable que cet homme qui ne dirait jamais non à un défi. Lui tenait en ses mains les décisions de son propre destin. Aujourd'hui c'est lui qui contrôlait à la force de ses petits arrangements l'avenir de ses congénères. Une petite bande de pantin crédule qui se gesticulaient au rythme et désirs du grand manitou. Et aujourd'hui le chef d'orchestre projetait l'acquisition d'une toute nouvelle marionnette : Hook. Et cela était toujours aussi jouissif de le voir à son tour passer à côté de sa dernière chance de survie. Gold n'était pas un monstre après tout. Jamais il ne tendait un piège sans laisser une ultime échappatoire à son gibet. Avoir sa liberté était une chose qui ce mérite, mais si par chance vous parveniez à éviter son traquenard, alors vous étiez à ses yeux l'être le plus fascinant au monde.

Voilà ce qui l'attirait tant chez la jeune adjointe au shérif. Emma, semblait indépendante et se refusait de prendre la facilité. Refusant encore et encore son aide, elle l'observait toujours de cet air profond et suspicieux. Oui, elle avait du cran la petite. Elle avait vu clair dans son petit jeu d'illusion. Mais hélas toutes bonnes choses avait sa part d'ombre. Ainsi si la belle dont la force de caractère ne lâchait face à personne même au nez de Regina, jamais elle ne parviendrait à croire à ce qu'on lui raconte. Là était le problème : Même August s'y pêchait. Le vilain petit canard (Swan) se refusait de se transformer en un magnifique cygne. Jamais elle ne croirait en sa chance de devenir la sauveuse. Et encore plus hélas à celle de briser un jour la malédiction qui les retenaient tous à Storybrooke. Le jour victorieux qu'il s'était depuis longtemps imaginé où il pourrait quitter son trou perdu et retourner auprès de son fils se faisait encore attendre. Tous ses espoirs personnels reposaient encore sur les épaules d'une femme qui refusait la réalité. Lui encore plus que tous les autres, était perdu.

Fort heureusement pour lui, l'exemple de ce bel état d'esprit fort mais à la fois autoritariste était le contraire même de l'homme qui lui faisait face. Un être méprisant dont l'égaux et le narcissisme le rendait très prévisible. À la vue du capitaine tentant d'échapper à sa propre préoccupation par des allés retours dans l'alignement des vitrines, comme s'il cherchait un exutoire pour se détendre, notre ami esquissa un petit sourire malicieux. La marque de l'assurance retrouvée ne quittant pas son visage, l'homme le regarda faire les cent pas dans son antre. Hook semblait préoccupé. Comme il l'avait si justement prévu sa petite phrase avait fait mouche dans l'esprit du capitaine. Le regard bleu d'argile de notre ami ne quittait pas un instant la silhouette en mouvement. Se déplaçant tour à tour de gauche à droite et inversement, il brillait d'un délicate émotion, mêlant un vif intérêt et un plaisir non dissimulé de voir l'autre en mauvaise posture et ne comptait pas en perdre une miette ni écourter ce petit cadeau du destin. Ainsi c'est après un long silence étudié qu'il consentit enfin à lui répondre.

Aurais tu oublié que je ne m'abaisse jamais à affronter un ennemi dans les capacités sont bien moins développées que les miennes ?... Je ne parle bien entendu pas de ton intelligence. Prit-il un net plaisir à ajouter sur un ton plus aiguë avant d'enchaîné très rapidement afin de clouer le caquet du jeune homme qui rougissait à vu d'oeil. Mais !, je ne serais pas à ta place aussi certain de gagner sur le jeu que je te propose.

Profitant que Killian marque un court arrêt et retourne la tête en sa direction un sourcil arqué comme signe de sa perplexité, notre ami releva également les siens voulant marquer par ce geste une invitation. Il voulait plus que jamais marqué l'intérêt de son adversaire, que celui ci prenne à cet instant enfin conscience de sa supériorité aurait été trop espérer, mais cela arrangeais au fond les plans du sombre personnage. Sinon comment accepterait-il de se jeter tout droit dans un piège ?! Oui, aussi pitoyable soit-il de profiter de son impulsivité, le petit coup d'éclat du pirate allait tourner ainsi en la faveur du cavalier noir. Killian ne pouvait rester indifférant, malgré tous ses efforts pour sembler au-dessus de ses provocations, tout dans son attitude illustrait le contraire.

Voilà donc ce en quoi cela consiste : Il s'agit d'une femme que tu devras rencontrer et que je suis certain tu prendras le tord de sous-estimer. C'est une femme de caractère comme nous les aimons tous deux. Mais tant qu'elle ne saurât pas qui tu es réellement, elle ne te fera jamais confiance. La question est donc évidente, il faut que tu lui dises qui tu es, d'où tu viens et comment tu as fais... Tout dans les menus détails et si tu parviens à la faire croire en cet autre réalitée que la sienne, en d'autres termes si tu parviens à t'approprier alors son entière foi à ce sujet, alors j'admettrais ma défaite.

Il retient un sourire trop expansif afin de ne pas effrayer son interlocuteur, il ne voulait pas le voir soupçonner une quelconque entourloupe. Il n'avait d'autre choix que de négocier une trêve pour sa tendre aimée. Le temps nécessaire pour se débarrasser de l'épineuse Cora. Aussi préféra-t-il faner la pudeur emprunte d'une légère tristesse de circonstance. Il abaissa le regard vers les chaussures du Perroquet rougeoyant. Après une toute légère pause, satisfait d'avoir su comme à son habitude trouver les bons mots, l'homme releva la tête vers le personnage en costume.

Alors ? Qu'en penses tu ?

Un visiteur importun aurait vu dans cette démonstration une charmante complicité entre ami. Un simple concours ou pari dans le but de ce taquiner... Mon oeil !!!... Après quelques mots échangés entre rires creux, les deux personnages -qui derrière chacune de leurs paroles cachaient des sous-entendus bien inquiétants- s'entendirent sur les menus détails de ce pari dangereux. Les closes et conditions y furent soigneusement précisés, en lettre d'or sur une feuille argenté que l'antiquaire s'était empressé de sortir d'une inquiétante machine à écrire... Un dit contrat en somme mais que aucun des deux ne songea à appeler de la sorte. Surtout pas le crocodile qui ne voulait pas alarmer l'ingénu capitaine. Son ennemi de toujours ne connaissait pas cette par dangereuse de son être calculateur et cela l'aiderait à parvenir à ses fins...

Killian avait donc un délais de 3 mois pour s'approcher de Emma. Timing durant lequel il devrait lui faire croire au pays imaginaire et en la réalitée des contes ! Ainsi quoi quel que soit la finalité de cette tentative, l'antiquaire sortirait vainqueur de ce pari osé. Dans un premier temps il aurait trouvé un moyen de protéger Belle du dangereux personnage pendant trois mois. Congé durant lequel il aurait tout le temps de comprendre les projets de Cora et voir même de se sortir de sa disgrâce. À vrai dire, il avait bien des charmes, dont il était certain qu'elle ne soit encore tout à fait indifférente. Bref en somme il serait libéré de ses inquiétudes et en plus Killian allait également lui rendre un second service en retour. S'il advenait à réussir. Hé oui, en admettant cette minime chance de succès, Killian aurait donc convertit la sauveuse à leur cause et donc cela ne serait plus qu'une question de temps avant qu'elle ne brise la malédiction, et que Rumpelstiltskin puisse aller trouver son fils. 2 Goldy / O Hook ... Mais il est bien sûr évident que ce n'est que pour éviter d'être dépourvu par l'imprévu que notre personnage soit à en envisager la possibilité... Il est indéniable que Kilian allait échouer. Emma ne saurait croire aux couleuvres d'un vantards de comptoir. Elle allait lui en faire baver. Et apporter au mage noir la plus belle victoire de toute : la protection de Belle. Ainsi après avoir pris soin d'écrire lui-même les derniers mots de ce nouveau contrat, alors que l'encre luisait encore sur les quelques lettres : "En cas d'échec, Mr Jones s'engage à ne pas toucher : -ni du doigt ni du crochet- Belle." que le sourire naissant sur ses lèvres serrées retenant tant bien que mal son excitation envahissante, l'antiquaire leva un index en l'air tel un écolier souhaitant poser une question.

Dans le cas contraire, que penses-tu me contraindre à t'accorder ?

Il eut l'envie de rire mais ne jugea bon de se laisser emporter davantage. Hook se rapprocha de lui expliquant ses propres conditions. Après avoir annoté distraitement quoi qu'avec toujours tout autan de professionnalisme les dernières closes du document, Gold retira la feuille et la tendit au jeune homme. Ce dernier saisit la plume et signa la close de se prochain malheur.


▬ " Échec et Mat ! "Le cavalier noir se leva de la tablé victorieux.

Merci pour ce rp  monkey




Contenu sponsorisé
En peau de croco


 
    


Sujets similaires

-
» La Peau et le Froid
» Les morts ont tous la même peau
» ★ Laisse moi effleurer ta peau de mes notes... ♫ [TERMINEE]
» Orks à la peau humaine
» La musique dans la peau


En peau de croco
Page 1 sur 1
Vers
Mes Permissions