❥❥❥ Maître du Jeu ❥❥❥
❥ Messages : 105
❥ Rubis : 51
Espace vide
∂6 Monde : Ailleurs ;)
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Tous

Voir le profil de l'utilisateur
Vernissage
Ven 12 Fév 2016 - 18:25

 
    



 
 

Participants : 1° Charlotte / 2° Flavie Lamarre / 3° X
  Début du RP : 27 01 2013 | Dernier Post :  03 02 2013

Contexte : Depuis que Scarlett est sortie de l'hôpital, elle s'est installée en collocation avec Amanda (Allias Wendy). Alors qu'il neige elle à envie de se promener, elle va alors découvrir qu'il y a une réception au musé et voudra à tout pris s'y inviter. C'est là qu'elle rencontrera Flavie Lamarre l'organisatrice du vernissage ultra privé...

Période de la journée : Soirée vers 18h
Météo : Légèrement neigeux
 

Pour "Vernissage", c'est parti !


❥❥❥ Maître du Jeu ❥❥❥
❥ Messages : 105
❥ Rubis : 51
Espace vide
∂6 Monde : Ailleurs ;)
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Tous

Voir le profil de l'utilisateur
Vernissage
Ven 12 Fév 2016 - 18:31

 
    


CharlotteFlavie ~ Charlotte

L e vent des deux derniers jours s'était enfin interrompu, laissant quelques flocons de neige fondue se déverser sur la ville. En ce climat plutôt doux pour la saison, la neige peinait à prendre sa place et s'était laissée attendre. Désormais présente, elle se faisait timide et recouvrait très lentement toutes les surfaces sous sa couverture blanche sans que personne ne s'en aperçoive... En ce début de soirée, il faisait déjà nuit noire, aucun enfant dans les rues pour lancer des boules de neige, aucun embouteillage à l'horizon, tout ici semblait calme et immobile comme si l'évènement important de ce jour se déroulait ailleurs...Mais au milieu de tant de calme, une petite silhouette silencieuse se promenait. Scarlett n'avait jamais eu peur du mauvais temps, elle trouvait toujours une source de distraction dans ses mésaventures. Ainsi si elle arrivait en retard à destination, ou si elle était trempée par les eaux, elle le prenait avec humour, et ce disait que cela rendrait ce jour inoubliable. Plus elle galérait, plus elle en riait. C'était ainsi.

Ne pouvant résister à l'envie d'être la première à inaugurer le manteau neigeux, Scarlett avait enfilé par-dessus son jean et ses bottes fourrées un épais manteau de peau avec une capuche. Elle saisit ensuite son bonnet et sorti de chez elle. Elle rabâtît sa capuche sur sa tête, elle aimait bien le contact de la fausse fourrure sur sa nuque, elle se senti immédiatement alaise dans ce cadre pour le moins inapproprié. Après quelques minutes, la nuit commençait à gagner du terrain et alors qu'il était à peine 18h, on peinait à distinguer les façades des résidences. Scarlett se décida à aller prendre un café chez Grany'z. Histoire d'en profiter pour sortir voir du monde et aussi se réchauffer. Ces derniers temps, elle n'avait mis le nez dehors et comptait bien en profiter encore un peu...

Mais sur le chemin son attention fut attirée par une intense activité sonore. Scarlett stoppa sa marche et se retourna pour en identifier l'origine. C'était au carrefour de la ruelle, on aurait dis qu'une multitude de gens s'y tenait... Intriguée, notre jeune fille, se dirigea dans cette direction et se retrouva face à l'entrée du musée.

* Un vernissage ?* Songea-t-elle en scrutant l'écriteau qui surplombait la façade de marbre brut...

Elle le tenait son évènementiel ! Il y avait ici une foule de personne qui parlait et se déplaçait en tout sens. Un peu comme si toute la ville entière s'y était donné rendez-vous ...Scarlett, qui n'était jamais réfractaire à quelques relations, se décida à entrée avec enthousiasme. Elle s'attaquait à retirer son épais manteau, lorsque un bras l'heurta à l'estomac et la bloqua de biais.

Nen mademoiselle, c'est une réception privée voyez vous ...

Scarlett retourna la tête vers l'agent de sécurité avant de le dévisager longuement. Pour qui au juste se prenait-il ici ? On est à Storybrooke tout de même et pas à Las-Vegas ? Scarlett tenta de le raisonner poliment mais il tenait tête. Laissant la jeune femme seule face à un mur de colère qui l'envahissait peut à peut.

Mais savez-vous qui je suis, Monsieur ?! Je viens de Manhattan ! Mon père est Julius Clavery, un éminent traider. En y réfléchissant deux secondes, je suis certaine que vous allez trouver une solution !

Ce n'était pas tant qu'elle s'intéresse plus que ça à l'art. C'est qu'il n'était pas encore né celui qui oserait dire lui dire : non ! C'était une question de fierté, rien de plus !

❥❥❥ Maître du Jeu ❥❥❥
❥ Messages : 105
❥ Rubis : 51
Espace vide
∂6 Monde : Ailleurs ;)
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Tous

Voir le profil de l'utilisateur
Vernissage
Ven 12 Fév 2016 - 18:42

 
    


Flavie
Charlotte ~ Flavie

L 'art..., la peinture...Flavie Lamrre n'avait que faire de ces idioties. Si la sulfureuse blonde se trouvait actuellement au musée à l'occasion d'un vernissage, elle n'y était que parce qu’elle avait conclu un marché avec le peintre. Bien loin de s'extasier devant des toiles abstraites, sans queue ni tête, la jeune femme attendait simplement les retombés financières. Il y a quelque années, elle avait accordé un prêt à un jeune marginal pour qu'il s'achète de quoi se lancer dans la peinture, en contrepartie d'un pourcentage. Quarante pour cent de chaque tableaux vendus dans le futur. Même si Flavie n'avait jamais rien compris à l'art, elle avait eu le flair pour dénicher une potentielle rentrée d'argent, et en voyant les premières toiles elle avait rapidement su qu'un bon nombre d'imbécile seraient surement prêt à en donner un bon prix.

Ce soir la jeune femme était particulièrement en beauté. Sa longue chevelure blonde était impeccablement remontée dans un chignon très bon chic bon genre, tandis qu'un voile en résille noir cachait à moitié son visage parfaitement maquillé. L'élégance était le mot d'ordre de la soirée, compte tenu de la présence de tout le gratin de Storybrokee. Pour l'occasion Flavie s'était offert une robe noire cintrée, agrémentée d'un fourreau lui recouvrant les épaules. Ce soir elle était certaine d'une chose, personne ne viendrait la concurrencer, elle était sans aucun doute la plus belle femme de la soirée, et la chasse à l'homme était ouverte.

Alors que la soirée était commencée depuis environ une heure, Flavie décida d'aller faire un tour au dehors, histoire de vérifier qu'il n'y avait aucun soucis avec la sécurité. Une liste d'invité avait été créée pour l'occasion et elle ne souhaitait pas voir n'importe qui rentrer. Arrivée dans le hall, ou une petite foule attendait pour le vestiaire, la jeune femme aperçut l'agent de sécurité en pleine conversation avec un joli brin de fille. Discrètement la banquière s'approcha afin de les écouter, intriguée par ce visage angélique.

Un sourire amusé se forma sur ses lèvres. Comment cette jeune fille pouvait elle croire même une seconde qu'elle était crédible. Flavie avait elle même dressé la liste des invités et si la fille d'un grand ponte de New York était en ville, elle n'aurait certainement pas manqué d'être informée.

Malgré tout, à première vue, la soirée risquait d'être relativement ennuyante. Joueuse, Flavie décida d'en apprendre un peu plus sur cette petite effrontée qui espérait s'incruster à son propre vernissage.

Laissez, je la connais, déclara t'elle tout en venant passer son bras autour de celui de la jeune femme.

Le vigile acquiesça d'un signe de tête et s'éloigna, sans doute craintif à l'idée d'avoir affaire à la banquière.

Flavie entraîna l'inconnue un peu à l'écart de la foule et se planta face à elle, un sourire faussement chaleureux accroché à ses lèvres.

Nous savons toutes les deux que ce Julius machin chose, n'existe pas...peu importe... ce qui m’intéresse est de savoir ce que vous venez faire ici... , dit elle calmement ses yeux perçant plongés dans ceux de l'usurpatrice.

❥❥❥ Maître du Jeu ❥❥❥
❥ Messages : 105
❥ Rubis : 51
Espace vide
∂6 Monde : Ailleurs ;)
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Tous

Voir le profil de l'utilisateur
Vernissage
Ven 12 Fév 2016 - 18:45

 
    


CharlotteFlavie ~ Charlotte

  E ncore emmitouflée entre son manteau et son bonnet, la jeune fille, qui n'avait pas eu le temps de se mettre plus à l'aise et avait juste rabaissée sa capuche sur ses épaules et ne laissait dépasser que son visage. Un visage qui empruntait des couleurs de plus en plus vives et qui se tranchait de plus en plus avec son manteau bleu. Il était comique de voir une si petite femme tenir tête de la sorte face à la masse pour le moins imposante de l'agent de sécurité. Mais ce que la foule qui la regardait d'un air outré ignorait alors, c'est que Scarlett était plus entêtée qu'une mule au bord d'une rivière. Jamais elle ne mettrait le pied dehors, pour cela il serait obligé de la soulever de force.

Pied bien ancré en terre, se faisant la plus lourde possible de manière à dissuader le vigile de faire un geste... La jeune femme mains sur les hanches s'apprêtait à répondre quand elle fut interrompue. Elle n'avait pas remarquée l'arrivée de la dame qui régla le problème en quelques mots. Elle s'approcha de la jeune fille d'une manière protectrice et la pris par le bras. Laissant Scarlett muette sous l'effet de la surprise. C'était une femme imposante de style et de grâce. Scarlett la dévisageait intensément comme si elle en avait les yeux éblouit. Elle la regardait dans les moindres détails devinant la couleur du trait qui entourait ses yeux jusqu'à la forme de ses barrettes dans son impeccable chignon. Lorsque la personne ne la regarda pas, Scarlett en profita pour admirer l'étonnante robe de soirée de l'inconnue. Elle avait toujours rêver d'avoir autant de prestance de cette personne. Ici on la regardait et on abaissait la tête à son passage... En un seul mot elle avait clouée le caquet de l'homme trop zélé . Et surtout, Scarlett n'avait jamais vu un chignon aussi beau. Pas une mèche ne bougeait. Tout était propre et soyeux sous les néons du hall. Elle pour arriver à ce résultat devait noyer sa tignasse sous un amas de laque. Si bien qu'elle s'étouffait et sentait l'odeur chimique pendant plusieurs jours. Et pire encore, la laque formait une deuxième couche sur ses cheveux, comme s'il avait gelé et elle s'en arrachait la moitié à chaque coup de brosse quand après elle tentait de se coiffer... Oui la beauté était emplie de douleur et de sacrifice et devant ce spectacle qui illustrait tous ses plus beaux rêves, la jeune enfant se sentait embarrassée.

Elle n'avait pas projetée de venir à une réception, et qui plus ait pas ce temps, il fallait avoir un sérieux grain pour passer une robe aussi ... légère... Nen, elle n'était pas en faute, elle ne savait pas c'est tout. Qui plus ait qui aurait pus lui apprendre ? Son père, lui était aux abonnés absent, quand a sa mère ?... À chaque fois qu'elle avait abordé le sujet, il esquivait avec dureté la conversation. Nen, jamais son père n'avait pris le temps de s'intéresser à elle. Jamais il n'avait voulu la prêter au jeu des cérémonies, et jamais elle n'y était conviée.

La source de son intimidation la perturba dans ses réflexions en tournant vers elle, un sourire appuyé... Mais si son air délicat semblait très amical ses mots en revanche se montrèrent abrupte et tout a fait hostile. Scarlett en fut choquée, et se senti insultée par ses sous-entendu. Sans doute avait elle fait cas de bonnes manières pour ne pas perdre la face devant ces invités, mais ce n'était pas sans que Scarlett n'y trouve son mot à dire. Si d'autre pouvaient se montrer hypocrite, elle, certainement pas ! D'un geste de dégoût elle se dégagea de l'emprise de la femme avant de relever vers elle, un regard sourcilleux et direct.

C'est à se demander d'où vous sortez... Sans vouloir vous manquer de respect ! Cela ne serait pas vous plutôt, qui aux yeux des grands n'existez pas ? Vous avez beau faire des milles et des cents pour vous donner l'impression de richesse, comme trier sur le volet les visiteurs d'une exposition par exemple ?... Il n'en reste pas moins que vous êtes à Storybrooke et pas à un banquet ministériel. Il n'y a à 20 km à la ronde que forêt et mer sans le moindre casino. Vous pensez jouer à quoi avec toute cette comédie ? Ces messieurs en costumes n'en reste pas moins que des mineurs ou des bûcherons. Ça vole pas très haut !

Scarlett s'était enflammée. Elle était comme ça, une nature très spontanée et mièvre. Avec des idéologies bien prononcées. Et capable de débiter avec toute la sauvagerie du monde un discours affligeant de naïveté. Scarlett croyait en un monde simple, où chacun vit en harmonie avec l'autre et se montre franc, sans double jeux... Profondément écoeurée devant cet étalage d'hypocrisie. C'était tous ces imposteurs qui se prenaient pour des notoriétés les menteurs... et qu'on lui retourne le reproche c'était le chapeau !

Je ne fais pas semblant. Je vois pas pourquoi je chercherais.

Acheva-t-elle sèchement en abaissant le regard.

* Ce sont les riches qui n'ont pas goût à l'argent * Songea-t-elle... En tentant d'apaiser sa colère.

Le petit brin de femme sautait presque sur place tant elle était parcourue de tremblements. Elle se sentait humiliée et rejetée. Elle n'arrivait pas à comprendre pourquoi. Ni ce qu'on lui avait reproché. Elle reprit la parole d'une voix beaucoup plus douce et discrète. Comme si, d'une certaine manière elle s'adressait à elle-même.

Je n'étais venu que pour regarder et passer un agréable moment avec des gens. J'en avais marre de ne pas sortir depuis deux jours...

❥❥❥ Maître du Jeu ❥❥❥
❥ Messages : 105
❥ Rubis : 51
Espace vide
∂6 Monde : Ailleurs ;)
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Tous

Voir le profil de l'utilisateur
Vernissage
Ven 12 Fév 2016 - 18:47

 
    


FlavieCharlotte ~ Flavie

T oujours trop sûre d'elle, Flavie Lamarre ne se gênait jamais pour rabaisser chacune des personnes qui pouvaient croiser son chemin. Notamment lorsqu'il était question d'une jolie poupée qui pouvait peut être lui faire de l'ombre. Alors qu'elle jetait un regard circulaire dans le hall,la sulfureuse blonde aperçut une jeune femme dont l'accoutrement laissait clairement à désirer. Jean, Bonnet, manteau à moumoute...croyait elle être aux quatre vingt ans de sa grand mère ?!

Sans attendre Flavie se précipita vers elle et envoya l'agent de sécurité se faire voir ailleurs, lorsqu'elle constata qu'elle avait affaire à une petite arriviste qui voulait rentrer en douce.

Sans passer par quatre chemin, la jeune femme tenta de tirer les choses aux clairs sans oublier de ridiculiser l'adolescente.

La réponse que cette dernière lui offrit, provoqua chez la banquière une colère noire qui pendant un millième de seconde lui crispa le visage. Sans pour autant se laisser avoir, Flavie laissa un sourire provocateur illuminer ses lèvres merveilleusement peintes en rouge vif.

Une fois la tirade de l'adolescente terminée, la banquière reste silencieuse un instant et en profita pour la dévisager. Peut être disait elle la vérité...Sans prendre la peine de lui répondre elle sortit son Blackberry de son sac et se connecta à internet. La jeune femme tapa le nom de Clavery sur Google et eu la confirmation des dires de la jeune femme.

Flavie se pinça les lèvres et releva les yeux vers son interlocutrice.

Autant pour moi, mademoiselle Clavery. Mais comme vous venez si bien de le dire il est assez rare de voir des personnalités venir à Storybrooke., lâcha t'elle faussement sincère.

Riche, belle, arrogante...Flavie la détestait déjà. Même si la banquière haïssait ce genre de fille, elle aimait encore plus l'argent, dès lors elle ne pouvait pas prendre le risque de passer à côté d'une très jolie augmentation sur son compte en banque.

Cependant vous comprendrez qu'avec une telle tenue, j'ai valablement pu croire que vous ne vouliez que picorez dans les assiettes, ajouta t'elle dans un petit rire moqueur.

Enfin maintenant que les choses sont claires entre nous, laissez moi donc vous faire visiter l'exposition. Peut être trouverez vous un tableau à votre goût..., dit elle tout en attrapant de nouveau et fermement le bras de la jolie blonde, l'entrainant alors dans la salle principale.

Une fois entrée, plusieurs regards se posèrent sur elles. Flavie salua poliment les convives qu'elle n'avait pas encore vu d'un signe de tête, gratifiant même certains d'un sourire hypocrites. Un serveur, passa devant elles et la banquière attrapa deux coupes de champagne sur son plateau.

Il vient de France, une fille de votre rang devrait savoir apprécier les bonnes choses..., déclara t'elle en lui tendant une des coupes.

❥❥❥ Maître du Jeu ❥❥❥
❥ Messages : 105
❥ Rubis : 51
Espace vide
∂6 Monde : Ailleurs ;)
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Tous

Voir le profil de l'utilisateur
Vernissage
Ven 12 Fév 2016 - 18:49

 
    


CharlotteFlavie ~ Charlotte

L a petite femme tenait bel et bien tête à une femme d'une forte impressionnante. Avec tout autant de style qu'à son entrée, « Elle » conserva son calme et dit d'une voix naturelle et feutrée qu'elle reconnaissait son erreur. Une passivité qui en disait long sur sa force de caractère. Une femme comme elle devait avoir l'habitude des confrontations de toutes sortes, et justement elle avait envisagée les projets de notre amie sous l'oeil le plus critique possible. Alors que pourrait-on lui reprocher ? Il n'y avait rien d'autre à dire ni à faire que de rester tel spectateur de son étonnante maîtrise d'elle-même. Un style duquel Scarlett avait encore tant à apprendre. C'était toujours son rêve, elle deviendrait aussi belle et respectée que cette personne. Mais à sa différence, elle, resterait honnête.

* Il n'y a rien de pire que le mensonge. ... ça vous bouffe de l'intérieur ses machins !...* songeait-elle en regardant le seul signe visible du malaise de la maîtresse de cérémonie ; le pincement subtil de ses lèvres...

Son interlocutrice devait bouillir de rage devant la provocation de la jeune femme, cela ne pouvait en être autrement. Personne ne semblait vouloir se confronter à son caractère. Les personnes qui les entouraient ne jetaient en leurs directions que de petits regards curieux. Sans vraiment s'y attarder de peur qu'on les envoient sur les roses. Oui, Scarlett devait-être la première à montrer de la voix, et à l'évidence ce n'était pas demain qu'elle s'arrêterait. Elle avait gagnée. Une fois encore.

Notre amie se détendit un peu, juste assez pour stopper ses tremblements. Mais sa respiration était encore rapide et son regard toujours aussi sévère. Elle avait très mal vécu ce mal entendu, et n'allait pas oublier de sitôt cette terrible insulte.

Et bien, d'avenir penser à ne pas si vite juger les choses à leurs apparences.

En elle, Scarlett admettait cependant que sa tenue laissait à désirer. N'importe qui se serait senti décalé face à toutes ses personnes si bien apprêtée. Et cette femme était tout simplement éclatante de beauté. Si bien que Scarlett après avoir -sans vouloir vraiment - fait une entrée très remarquée, commençait à se sentir mal à l'aise.

C'est ainsi que profitant de sa confusion, la dame en noir revient glisser délicatement ses mains entour de son bras, afin cette foi-ci de l'entraîner plus en profondeur dans le bâtiment. Avant de franchir l'autre pièce, elles marquèrent un arrêt auprès d'un autre homme qui s'occupe des vestiaires. Il demanda non sans un sourire très ironique, le manteau de la demoiselle, et alla le placer sur un porte manteau... Scarlett tira son bonnet vers le haut pour laisser sa chevelure lui retomber sur les épaules. Après quoi d'un mouvement presque inconscient de la main, elle fit gracieusement voltiger ses boucles blondes en l'air avant de les repousser derrière ses oreilles... Scarlett, avait les cheveux longs maintenant. Depuis cette fameuse nuit où elle s'était engagée vers un nouveau chemin, elle avait décidé de ne plus couper ses cheveux. Comme si cela pouvait mettre un peu plus de distance entre l'ancienne partie d'elle-même et ce nouveau visage qu'elle voulait à présent offrir à tout le monde. Scarlett avait pris en peu de temps un tout autre chemin, pleins de bons sentiments et d'espoir. Comme si, en seulement quelques jours, ses cheveux avaient fait d'elle une toute autre personne.

Lorsque son regard bleuté franchit la porte, elle fut saisie par l'impression de vide et d'espace devant ce blanc saisissant. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait plus éprouvée cette sensation. Ici tout était toujours très petits, si bien qu'on avait vite l'impression de s’installer les uns sur les autres. Mais aux côtés de la dame en noir, la jeune fille revivait avec une légère tristesse des souvenirs de son passé... Un monde duquel elle voulait plus que tout faire partie mais dont elle s'était toujours senti privée. Et cette fois encore...

Pourtant, c'était bien vers elle que les regards se retournaient. On semblait même lui adresser un salut. Un serveur les approchas et on lui donna sa propre coupe de champagne...

Scarlett, resta là le regard figé quelques secondes sur les petites bulles qui tourbillonnaient dans le verre en cristal avant de se ressaisir et d'avancer sa main vers le plateau. Cela lui semblait presque irréel. Elle semblât s'arracher un mot de ses lèvres timides :

Merci.

Elle goutta le précieux calice du bout de la langue. Le pétillement en bouche sembla la sortir quelque peu de sa rêvasserie. *De France ?* Ainsi cette dame se donnait véritablement les moyens de frapper fort. Si seulement elle savait que la jeune femme n'était pas même capable de discerner les choses par leurs saveurs. Son palet avait été habitué aux bonnes choses de la vie dès son plus jeune age sans même que celle-ci s'en aperçoive. Contribuant de faire d'elle une fille capricieuse et pénible. Oui tout ce qu'elle savait à présent c'est que depuis son arrivée à Storybrooke elle ne savourait rien, et ne trouvait aucun plaisir à manger. Tout lui semblait étonnamment fade. Mais fort heureusement, elle avait pus trouver un manque à gagner dans tout cela, elle avait trouvé des gens de coeur, une sorte de nouveau souffle qui l'entraînait enfin dans un monde où elle pourrait être maîtresse de la situation. Elle partageait enfin des vrais moments avec des gens autour d'elle et savait qu'ils ne l'auraient pas oubliée le lendemain matin. Oui ici, elle avait trouvé une saveur bien plus agréable qu'un repas gastronomique, bien plus enivrante que le meilleur champagne, elle avait trouvé une famille. Scarlett renforcés par la nature bienfaisante de ses pensées profondes, tourna le liquide dans son verre grâce à un mouvement du poignet comme pour juger de sa qualitée. Un geste tout à fait incongru pour un champagne, mais elle l'ignorait. Elle esquissa lentement et subtilement son tout premier sourire.

C'est parfait.

Elle rebut cette fois-ci d'une manière plus poussée une gorgée de son verre avant de reprendre la parole. Un dernier point la dérangeait, lui laissant une amertume sur le palet sans qu'elle ne puisse l'enlever. Comment cette inconnue pouvait-elle avoir autant de moyens et d'impact sur une petite ville comme Storybrooke ? Elle devait être une amie du maire ? On lui avait jadis parler de cette femme qui était craint de tout le monde, on lui avait dit de se méfier de la brunette. Mais fort heureusement, Scarlett n'avait eu à faire sa rencontre pour l'instant. Ho oui ! D'après ce qu'on lui en a dit, "Elle" et le maire devait bien s'entendre.
Elle eut un nouveau sourire délicat, et posa enfin la question qui la tentait depuis qu'elle avait posé les yeux sur elle.

Excusez-moi, mais, maintenant que vous savez qui je suis, moi j'ignore encore à qui j'ai affaire... Vous êtes ?



Contenu sponsorisé
Vernissage


 
    


Sujets similaires

-
» Vernissage & Contacts
» Ce soir vernissage exceptionnel || PV
» Un vernissage inoubliable... [feat Sakura] [Terminé]
» Vernissage de Dozen & Co
» La soirée du vernissage [PV - Terminé]


Vernissage
Page 1 sur 1
Vers
Mes Permissions