avatar

❥ Messages : 53
❥ Rubis : 0
Espace vide
∂6 Monde : Réel
∂6 Conte : Hercule
∂6 Identité : Hadès
∂6 Clan : Clan Neutre
∂6 Caractère : Taciturne, Froid, Mélancolique, Solitaire, Perdu
∂6 Âge : Euh...disons qu'il vit depuis très longtemps...
∂6 Profession : Il ne travaille pas pour le moment...
Espace vide
ஐ Avatar : Ralph Fiennes

Voir le profil de l'utilisateur http://ouat-rpg.forumactif.fr/t739-hades
"Mais où suis-je?!" [PV Maria Rodriguez]
Mar 24 Déc 2013 - 17:39

 
    


Hadès.
Il fut une époque ou du moins un monde dans lequel, ce nom faisait frémir les gens, les effrayait, les horrifiait. Un nom que nul ne voulait prononcer de peur de s'attirer sa colère. Hadès était en fait le dieu le plus craint et haï par les mortels. Autant il aurait pu comprendre leur frayeur dès qu'il apparaissait, les humains sont si stupides à ses yeux et sont si jeunes et ont tellement de défauts. Oh ! Il acceptait bien ce fait, il savait qu'ils n'étaient pas parfaits. Ils étaient même bien imparfaits, jeunes par rapport aux dieux et bien incompétents par moments.
Il comprenait parfaitement le fait qu'ils avaient peur de lui et il était vrai qu'il ne faisait jamais rien pour changer. Et puis...il était le dieu souverain du monde des morts, il avait une énorme responsabilité. Ce n'était pas comme s'il devait gouverner le ciel, la terre ou bien les océans. Son travail était bien plus imposant, plus rude.

Empêcher les morts de sortir des enfers était quelque chose d'assez aisé. Les criminels allant dans le Tartare n'en sortaient jamais et les bienheureux dans les Champs-Elysées pouvaient se réincarner selon leur bon vouloir; alors Hadès n'avait pas vraiment à trop s'en soucier, fort heureusement.
Empêcher les vivants de rentrer dans les enfers avant l'heure était une tâche un peu moins aisée. Combien avaient-ils été ces héros qui voulaient tous se prétendre plus forts que la Mort elle-même ou bien plus fort que le dieu gardien de ce monde ? Hadès ne les comptait plus mais admirait leur courage. Et leur bêtise. S'ils croyaient que c'était aussi simple de vaincre les enfers...Et vas-y qu'Orphée vienne chercher sa belle Eurydice ! Oh ! Hadès, n'avait pas été trop cruel et avait même été attendri par l'amour que portait le jeune homme à sa belle. Sauf qu'il avait été suffisamment crétin pour ne pas tenir compte des avertissements du dieu gardien du monde des morts. Ah !...des héros il en avait vu circuler. Des mortels débiles qui pensaient que tout était aussi simple parce qu'ils étaient des demi-dieux ou qu'ils étaient très réputés pour une de leur qualité. Hadès en était bien las. Mais ce n'était pas trop souvent et leur présence ajoutait un peu piment à sa vie infernalement monotone; parce qu'oui il s'ennuyait souvent.
Empêcher les Titans de sortir du Tartare ou des enfers tout simplement était une tâche extrêmement difficile. Bon en fait ils étaient bien enfermés au plus profond des entrailles de la Terre, depuis que Zeus, Poséidon et Hadès les y ont mis. Ce n'était pas bien compliqué de les laisser là, prisonniers à jamais car ils ne devraient plus jamais en sortir. Pour les libérer c'était tout aussi simple; il n'y avait qu'Hadès pour le faire. Et bien sûr, ce dernier n'aurait jamais pensé à avoir le faire un jour.
Aller punir les humains commettant l'hybris. Alors cela, c'était un des seuls moments où Hadès pouvait se rendre sur Terre et une de ses sources de divertissement préféré. Le problème c'est que cela a fini par lui coûter; les mortels en avaient peur et le détestaient. Mais était-ce sa faute à lui ? Les humains n'avaient qu'à pas se vanter d'être supérieurs aux dieux et les injurier et puis tout irait dans le meilleur des mondes !

D'ailleurs en parlant d'injures...Il se demandait encore pourquoi il avait été instauré - contre son gré - que si jamais les humains désiraient l'invoquer, il fallait le faire non pas en le priant ou autre chose...nan !...fallait jeter des malédictions et des injures.
Là...il n'avait pas tout compris à la logique de la chose mais cela avait été instauré ainsi. Même pas une petite prière gentille ou une petite demande sympathique. Non rien. Malédictions et injures. Comme une rustre blague de son frère Zeus.
Hadès l'a un peu mal pris ce jour-là - simple euphémisme, il a été énormément vexé et l'a rajouté à sa liste des cent raisons "Pourquoi je déteste mon frère Zeus"; ceci s'appelle de l'humour, il n'a effectivement pas de liste portant ce nom-là, c'est une simple liste mentale portant en réalité le titre de  "les cinquante raisons qui font que je déteste mon frère"...la narratrice que je suis s'enfonce...

Hadès se remémorait toutes ces fois encore qui ont fait qu'il avait de plus en plus basculé vers l'accomplissement de cet acte insensé.
Oh ! Au fond de lui il avait toujours su que rien ne fonctionnerait comme prévu, que tous ses rêves seraient anéantis par une tierce personne; Hercule en l'occurrence. Il aurait juste préféré que ce ne soit pas son neveu qui le stoppe. En fait, si cela n'aurait pas été quelqu'un de sa famille, il n'en aurait pas trop été peiné. Mais voilà, le destin a voulu que ce soit son neveu qui se mette en travers de sa route. Son neveu, ce jeune homme qui avait tout pour lui; la beauté et la détermination de sa mère, la force et le charisme de son père. Tss...Hadès en aurait presque été jaloux. Presque. Il l'a été quand Megara est tombée sous le charme du héros. Le dieu souverain des enfers a un peu pris feu ce jour-là - au sens figuré du terme hein !
Et s'il n'avait pas été un dieu digne et fier comme il l'était, il en aurait presque pleurer de rage. Un peu exagéré me direz-vous, mais la chose était pourtant vraie. Triste de ne jamais être aimé, désespéré d'avoir tout perdu parce qu'il n'a pas été capable de prévoir l'étendue de la malédiction jetée par cette mortelle là !...comme s'appelait-elle au juste ? Regina ?...La Méchante Reine, oui.
Celle-là, il la retenait. Un jour elle paierait, avait-il déclaré dans sa tête la première fois qu'il se réveillait seul dans son monde souterrain, après sa plus grande défaite. D'ailleurs il s'était mis à être en colère après tout le monde, à tout détester, tout haïr.
Puis finalement non. Il s'était dit que cela servirait à rien de se venger. Après tout, c'était de sa faute à lui s'il avait échoué. Déjà il n'aurait juste eu qu'à en parler à Zeus, de son problème de solitude et de ne pas savoir comment s'y prendre pour être apprécié des humains - et surtout des humaines. Car le connaissant, il aurait sans doute accepté, en le raillant quelque peu comme à son habitude; ah les petits frères...Et puis il n'aurait ainsi jamais accumulé toute cette haine, cette tension, cette colère en lui, il n'y aurait pas eu de plan machiavélique, Hercule serait directement devenu un dieu dès le départ et puis...et puis il y aurait pas eu d'histoire.

Un profond sentiment de désespoir l'avait envahi.
Quelques siècles qu'il était enfermé là-dedans, sans pouvoir sortir. Plein de monde là-haut avait été emporté avec la malédiction. Hadès se sentait vraiment seul. Il y avait bien Peine et Panique mais il n'en pouvait plus de les entendre parler ! Lui, il avait besoin de compagnie vivante et non malveillante. De toute façon, c'était bien au contact de ces créatures de cauchemar en tous genres qu'il était devenu peu à peu mauvais.
En quelques siècles il a eu le temps de s'assagir, de changer quelque peu. Il n'avait plus envie d'être seul. Juste besoin de voir quelqu'un, n'importe qui ! Même Hercule ou Megara, qu'importe mais quelqu'un !
Et c'est d'ailleurs ainsi qu'un beau matin - il a perdu toute notion du temps mais la narratrice qui raconte, non - bien qu'il ne puisse faire la différence là où il était, alors qu'il se morfondait une énième fois depuis quelques siècles, qu'une sorte de miracle se produisit. Enfin, miracle. Pour lui en tous cas, il le percevait ainsi.
Un portail venait de s'ouvrir, juste devant lui, alors qu'il marchait. Il avait été bien sûr surpris et s'était demandé s'il n'avait pas d'hallucinations ou que ce n'était pas un rêve; et il s'était même pincé et giflé pour vérifier. Mais c'était la réalité.
Un portail menant vers un autre monde. Autre monde voulant signifier, forcément des personnes vivantes. Autre monde, une nouvelle chance. Et il n'avait alors pas hésité une seule seconde à le franchir; et le portail s'était refermé juste derrière lui.

Et maintenant il se retrouvait là, tout seul, aux abords d'une ville d'un monde qu'il ne connaissait pas, debout, surpris, sa lance à deux fourches dans sa main; arme n'ayant rien de magique.
Première réaction de sa part d'ailleurs, fut de se protéger les yeux avec sa main. Quelques siècles qu'il vivait dans une certaine pénombre et qu'il n'avait pas revu la lumière d'Hélios...hum pardon, la lumière du soleil. Un soleil qui n'était pas au plus haut dans le ciel, mais sa lumière seule bien que faible en cette douce matinée qui débutait, fut suffisante pour aveugler le dieu souverain du monde des morts qui avait réussi à s'échapper de son monde souterrain qu'il considérait non pas comme son chez-soi, mais comme une horrible prison.
Et puis s'était alors posé une question, une question évidente dans son esprit.


-Mais où suis-je ? Quel est ce monde ?

Bon ok, deux questions, mais on ne va pas tergiverser là-dessus, merci bien !




Theme of Hadès:
avatar

❥ Messages : 13
❥ Rubis : 0
Espace vide
∂6 Monde : Réel
∂6 Conte : Le Bossu de Notre-Dame
∂6 Identité : Esméralda
∂6 Clan : Clan du Bien
∂6 Caractère : Cynique ❖ railleuse ❖ lunatique ❖ complexe ❖ libre ❖ drôle ❖ audacieuse ❖ orgueilleuse ❖ douce ❖ sociable ❖ maladroite ❖ anxieuse
∂6 Âge : 24 ans
∂6 Profession : Sans emploi sérieux
Espace vide
ஐ Avatar : Jessica Szohr

Voir le profil de l'utilisateur
"Mais où suis-je?!" [PV Maria Rodriguez]
Mar 24 Déc 2013 - 19:41

 
    


Aujourd'hui, nous sommes Mardi.. Ou bien Jeudi… Bon, quoiqu'il en soit , Maria était d'accord pour dire que nous étions un nouveau jour semblable à tant autre. Vautrée au fond de son lit, pas lavée, les cheveux décoiffé et encore en pyjama à 10h46 du matin. Une image d’elle pas très glamour je vous l'accorde.
La jeune femme profitai de ce qu’on appel « le chômage ». Et quel mot ! Un mot qui signifiai entre autre : « l’ennui » et Maria en avait horreur. Rester chez sois toute une journée, se tourner les pouces, sortir les poubelles, une vie bien trop monotone et sans intérêt. A 24 ans , elle rêvait d’une vie à deux cent à l’heure, bouger, danser, rire, rentrer dans des colères à en faire trembler les feuilles des arbres.. Pas à rester enfermée, cloitrée dans une pièce, tout le temps, sans savoir quoi faire c’est triste, déprimant, assommant  jusqu’à ce qu’un jour , on ce retrouve à parler toute seule devant une télénovelas   NON ! Elle ne voulait pas d’une vie comme ca. D’ailleurs, elle savait au plus profond d’elle même, -mais vraiment très profond hein-, qu’elle était pas faite pour vivre une vie passible. Et cela se ressentait même dans ses rêves. Depuis disons… Aussi loin qu’elle puisse s’en souvenir, ses rêves ont toujours fait l’objet de chose plus abracadabrante les unes que les autres.

Maria était arrivée à Storybrooke il y’a quelques jours et logeait dans un petit hôtel fort accueillant. Etrangement accueillant même. Mais bon , passons. Chaque ville a son lot de caractère et Maria était bien placée pour le savoir. Etant danseuse , elle en avait vu du pays ! Mais cela lui convenait très bien. Il faut dire qu’elle était pas le genre de femme à avoir un point de chute. Elle allait là ou le vent l’emportait. Pas de famille, pas d’attache ou très peu. Une véritable vagabonde.

11h06. La jeune femme décida enfin à sortir de son monde d‘ermite et de côtoyer des êtres humains. Marre de rester ici comme une vieille dame ! A plus tard les « Kyle » et les « Fernando » de séries télévisées à l’eau de rose ! Aujourd’hui , Maria est de sortie , et comptait bien faire le tour de cette petite ville.
Douche rapide, c’est encore les cheveux mouillés que Maria était sortie. En route pour aller prendre un café. Un noir et corsé , avec une goutte de lait. Oui oui.. La goutte de lait est très importante pour Maria. C’est une tradition bizarre chez elle. Pas deux ou trois, mais UNE.

Alors qu’elle marchait , elle entendit un bruit assourdissant. Curieuse, voire même étonnement curieuse, elle se dirigea vers ce son. Et là, c’est les yeux grand ouvert qu’elle vit une homme, en armure et une fourche à la main , planter là, essayant de se cacher du soleil. Pas très commun n’est-ce pas. La première impression de Maria fut de se dire * Tiens , il sort d’où celui la, d’un cirque,* Mais étrangement, cette armure lui paraissait être quelques chose de familier. Comme si elle en avait déjà vu de semblable auparavant. M’enfin…
Maria regarda autour d’elle. Pas de tournage à l'horizon, pas de caméra caché ? Bon , alors , cet homme avait surement une bonne raison d’être ainsi vêtu. Ou peut être qu’il lui manquai une case. Elle pencha légèrement la tête et marcha vers sa direction.

« Excusez-moi , vous allez bien ? »

C'était pas quelque chose qu'elle voyait tout les jours. Mh, il lui manquerait plus qu'un beau cheval blanc..... Et d'un petit passage chez le coiffeur aussi !



 
"On dit que les rêves sont les souvenirs d’une autre vie"
avatar

❥ Messages : 53
❥ Rubis : 0
Espace vide
∂6 Monde : Réel
∂6 Conte : Hercule
∂6 Identité : Hadès
∂6 Clan : Clan Neutre
∂6 Caractère : Taciturne, Froid, Mélancolique, Solitaire, Perdu
∂6 Âge : Euh...disons qu'il vit depuis très longtemps...
∂6 Profession : Il ne travaille pas pour le moment...
Espace vide
ஐ Avatar : Ralph Fiennes

Voir le profil de l'utilisateur http://ouat-rpg.forumactif.fr/t739-hades
"Mais où suis-je?!" [PV Maria Rodriguez]
Mer 25 Déc 2013 - 13:56

 
    

Le soleil l'avait aveuglé. Ce qui était assez logique si on tenait compte du fait qu'il avait passé les derniers siècles enfermé dans un monde souterrain sans voir une seule fois la lumière du jour.
Bien sûr les rayons lumineux brûlaient ses yeux étonnamment clairs, mais ce n'était que le temps qu'il s'y habitue. Passez plusieurs siècles dans l'ombre et vous verrez qu'au sortir de votre prison souterraine, le soleil bien que bénéfique brûlera vos jolies prunelles si vous n'y prenez pas garde puisque vous n'y étiez plus habitué ! Bref...
Passé l'aveuglement soudain, les yeux gris-bleus d'Hadès - deux magnifiques iris couleur argent mélangé à du topaze ou de l'aigue-marine - ne souffraient plus de cette lumière au départ incommodante. Et il put enfin admirer les alentours de là où il se trouvait.
Et la première chose qu'il vit, ce fut cette femme. Cette magnifique jeune femme au teint mat, aux jolies prunelles et aux longs cheveux noirs. En fait cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas remonté à la surface d'un monde quelconque, alors tout pouvait bien lui paraître beau. Mais là, franchement, il avait en face de lui une charmante créature - qui pour lui ne valait pas tout à fait Megara, mais vu que c'était la première mortelle qu'il croisait, il pouvait bien admettre que la jeune femme était belle. Sans lui dire. Qui sait ? Peut-être serait-elle effrayée. Lui aussi l'était un peu d'ailleurs.
 
Il se trouvait dans un monde différent et très certainement à une époque différente vu le nombre d'années passées là-dessous, il avait donc dû louper énormément d'évènements à coup sûr. Evidemment, Hadès n'est pas un idiot, loin de là. Et il se doutait bien que les réactions ne seraient absolument pas les mêmes que dans son monde à lui.
Bon...évitons de dévoiler qu'il est le dieu souverain du monde des morts, cela pourrait peut-être aider; c'est du moins ce qu'il pensait. Certainement à raison. Parce qui dit monde et époque différentes, dit forcément réactions différentes.
Et si, se demandait-il, ce monde n'avait jamais connu de divinités ? Ni de magie, ni rien d'autre de ce que lui avait jadis connu ?  
S'il disait être un dieu venu d'un autre monde - ce qui était pourtant véridique - qui sait ce que la jeune humaine en face de lui dirait ! Le prendrait-elle pour un fou ? Ou bien fuirait-elle, effrayée; et c'était bien là tout ce qu'il ne voulait pas causer. Ou le croire. Mais cette dernière possibilité pourrait bien être erronée.
Aussi se contenta t-il d'écouter ce que elle venait de dire.

 
« Excusez-moi , vous allez bien ? »
 
Sa voix.
Une voix magnifique, un doux son qui parvenait à ses oreilles. Je sais bien que vous devez croire la situation bien risible et ses sensations bien exagérées concernant Hadès; pourtant c'est le cas. Il y avait longtemps qu'il n'avait pas entendu la voix d'un mortel. Et vivant de surcroît. Il avait déjà bien du mal à y croire, qu'il était enfin libre.
Un autre monde, une autre chance, très certainement.
Le pauvre devait bien paraître risible, il s'en doutait. La jeune femme avait l'air surprise de le voir. Il observa comment elle était habillée, elle, et se dit que le code vestimentaire de ce monde et de cette époque ne devait absolument pas être le même que de là où il venait. Bon, ce sont des choses qui arrivent.
Puis finalement il répondit. Le pauvre avait l'air surpris lui aussi. Mais avec une certaine joie, ou du moins de l'émotion se lisant dans ses yeux. Et sa voix trahissait quelque chose en lui; l'on pouvait deviner que cela devait bien faire longtemps qu'il n'avait vu personne. Il avait l'air de quelqu'un qui redécouvrait le monde comme s'il ne l'avait jamais vu ou du moins ne l'avait plus vu depuis très longtemps. Le monde et des personnes.

 
-...oui...je vais bien...je crois...Où suis-je ? Quelle date ?
 
Quitte à avoir changer de monde et très certainement d'époque, autant savoir où il avait atterri, et à quelle date exactement.
Lui, il avait complètement perdu la notion du temps. Il se devait de retrouver cette notion. Il avait beau être un dieu, s'il pouvait éviter de passer encore à côté de quelque chose d'important; et il ignorait encore ce qui allait lui arriver...



Theme of Hadès:
avatar

❥ Messages : 13
❥ Rubis : 0
Espace vide
∂6 Monde : Réel
∂6 Conte : Le Bossu de Notre-Dame
∂6 Identité : Esméralda
∂6 Clan : Clan du Bien
∂6 Caractère : Cynique ❖ railleuse ❖ lunatique ❖ complexe ❖ libre ❖ drôle ❖ audacieuse ❖ orgueilleuse ❖ douce ❖ sociable ❖ maladroite ❖ anxieuse
∂6 Âge : 24 ans
∂6 Profession : Sans emploi sérieux
Espace vide
ஐ Avatar : Jessica Szohr

Voir le profil de l'utilisateur
"Mais où suis-je?!" [PV Maria Rodriguez]
Mer 25 Déc 2013 - 21:39

 
    


En quel année ? Voilà que monsieur le chevalier nous faisait un remake des « Visiteurs ». Un film que Maria avait vu il y a de cela quelques semaines sur le câble. Scénario qui ne pousse pas vraiment a la réflexion, répliques pas très poussées et des personnages pas vraiment charismatiques. Toutefois, Maria l’avait tout de même regardé en entier. Un film reste un film. Et puis, quand ont a rien à faire de sa journée, autant s’occuper , alors un film même le plus mauvais qui soit fait toujours l’affaire !

La jeune fille se tenait alors à quelques mètres de l’amnésique, en reculant d’un pas, ne sachant pas vraiment comment prendre sa réponse. S’agissait-il d’une blague de mauvais gout, où réellement d’un fou qui c’était échappé de l’asile. STOP ! Maria arrêta de divaguer. Elle se refusai d’être comme tout ces gens, tous suspicieux et méfiants , se ventant d’être meilleurs que les autres, ou plus honnêtes au point d’en devenir fou. Dans ce cas là, cet homme avait surement une bonne explication. Outre le fait qu’il était vêtu d’une armure,  il avait sans doute reçu un bon coup sur la tête.

« Eh bien.. Nous sommes à Storybrooke, une petite ville pas très loin de Boston.. à 4 heures environ en voiture je crois.. »

Maria avait penser qu’en précisant une distance avec une grande ville, il s’aurait se situé et de là, se souvenir de ce qu’il faisait là, habiller comme un clown. Il pourrait s'attirer des ennuis en traînant dans les rues avec sa fourche. "Bonjour je me balades avec une très grande arme blanche", tout les policiers de la ville vont rappliquer. Elle voit déjà les gros titre dans la rubrique fait-divers dans le journal de cette petite ville. "Fourche man, un homme traumatise Storybrooke avec son trident avec sa complice Maria Rodriguez, elle aussi fraichement débarquée dans notre ville" .Puis , elle continua.

« Et nous sommes en décembre 2013 »

Si vous cherchiez une réponse précise, ce n'est pas chez Maria que vous allez la trouver. Oui , Maria ne donnait jamais le jour de la semaine précise car elle ne le savait pas elle même. Elle n’avait jamais eu la notion du temps. Le mois oui,  l’année oui , mais le jour… veuillez repasser plus tard.

« Vous êtes sûre que ça va ? Je veux dire… Qu’est-ce que vous faite habillé comme ça, ont pourrait vous prendre pour un fou. »

C’est que qui s’appel aller droit au but Maria. En effet, elle n’était pas le genre de fille à tourner autour du pot, ou encore de vous prendre par des pincettes.



 
"On dit que les rêves sont les souvenirs d’une autre vie"
avatar

❥ Messages : 53
❥ Rubis : 0
Espace vide
∂6 Monde : Réel
∂6 Conte : Hercule
∂6 Identité : Hadès
∂6 Clan : Clan Neutre
∂6 Caractère : Taciturne, Froid, Mélancolique, Solitaire, Perdu
∂6 Âge : Euh...disons qu'il vit depuis très longtemps...
∂6 Profession : Il ne travaille pas pour le moment...
Espace vide
ஐ Avatar : Ralph Fiennes

Voir le profil de l'utilisateur http://ouat-rpg.forumactif.fr/t739-hades
"Mais où suis-je?!" [PV Maria Rodriguez]
Mer 25 Déc 2013 - 23:05

 
    


La jeune femme qui se tenait seulement à quelques mètres d'Hadès recula soudainement. D'un seul pas certes, mais ce fut suffisant pour que le dieu souverain du monde des morts pense qu'il lui faisait peur. Bon...soit...en somme toute logique il comprenait parfaitement. Peut-être le côté de sa question "Quelle date ?" qui devait gêner. Et probablement aussi ses habits actuels.
Confirmation, le code vestimentaire ne devait absolument pas être le même ici. Tant pis, il trouverait bien un moyen plus tard.
Là, l'étape la plus importante était de ne pas effrayer la mortelle juste en face de lui. Mais alors surtout pas. Mais il fut un petit peu soulagé qu'elle lui réponde.


« Eh bien.. Nous sommes à Storybrooke, une petite ville pas très loin de Boston.. à 4 heures environ en voiture je crois.. »

Une quoi ? avait pensé notre dieu du monde des morts préféré.
Un char, oui, il connaissait. Une voiture, pour lui, était juste inconnue. Normal me direz-vous. Mais pas pour la jeune femme si jamais il lui demandait.
D'ailleurs il n'avait même pas eu besoin de demander, son expression faciale parla pour lui; au moment où la jeune femme disait le mot "voiture", il haussa d'un sourcil. Bien sûr qu'il ignorait ce que c'était !
Bref...dans tous les cas il était renseigné sur le lieu. Une petite ville qui se nommait...Storybrooke. Un nom aux consonances qui lui étaient étrangères, mais qui ne lui déplut pas pour autant; il était un peu curieux en fait, depuis le temps qu'il était enfermé dans son effroyable prison souterraine.

 
« Et nous sommes en décembre 2013 »

Décembre 2013 ?!
Là aussi il se sentait perdu, ce qui se voyait à ses yeux. Quoi ?! A quoi correspondait décembre chez lui ?!...hum...
Et comme bien sûr ce n'était pas un idiot, il jeta un bref coup d'œil  aux alentours sans bouger de sa place. La lumière d'Hélios...hum...pardon du soleil, était assez faible; donc logiquement on était pas en été car ordinairement - ou du moins là d'où il venait - en été le soleil tape fort à cette heure-ci. On peut aussi virer le printemps de l'équation puisqu'il faisait malgré tout un peu froid; mais lui était assez résistant à pas mal de choses sans pour autant être invincible, et il sentait le froid malgré tout sans qu'il l'incommode pour autant. Donc soit automne soit hiver. Mais vu la clarté du jour et le froid ambiant c'était forcément l'hiver.
Donc le mois décembre correspond à un mois de l'hiver.
Et décembre chez lui, correspond au mois de son frère Poséidon, dieu monarque des mers et des océans.
Bon, c'était déjà un bon début, n'est-ce pas ?
 
Ensuite vint le problème de 2013.
Et là il se dit qu'il devait être vraiment très âgé et qu'il se faisait vieux.
...Non je déconne, Hadès me regarde pas ainsi s'il te plaît ! Merci...
(Hadès: Ceci s'appelle l'effet tisane, veuillez excuser la narratrice de son manque de discernement et de sens logique.)
En réalité il se dit tout simplement qu'il était resté un bon paquet de centaines d'années là-dessous. 2013.
Il était resté à tout casser, plus d'un petit millénaire apparemment, voire plus. Il n'avait pas vraiment la tête à calculer le temps passé sous terre maintenant. Il avait une autre priorité actuellement: Ne pas faire fuir la jeune femme.
Elle était certainement innocente et elle était la première qu'il rencontrait après de longues centaines d'années. Il n'avait pas envie de lui faire peur.


« Vous êtes sûre que ça va ? Je veux dire… Qu’est-ce que vous faite habillé comme ça, ont pourrait vous prendre pour un fou. »

Ah...Au moins elle sait démarrer en brut de décoffrage la jeune femme...Intéressant.
Par contre il ne savait pas trop quoi lui dire.
Lui dire la vérité ? Il se doutait bien que dans ce nouveau monde et à cette époque, il serait pris pour un cinglé directement. Et d'ailleurs elle devait sûrement le prendre pour un fou. Fou dangereux ? Avec son armure et sa fourche, très certainement.
Et là il se demanda intérieurement s'il n'avait pas mieux fallu ramener la kunée plutôt que sa fourche; sauf qu'il avait fait tout cela dans la précipitation et ne s'était même pas posé une question censée depuis.
 
Et il se dit qu'il aurait peut-être préféré tomber directement sur Megara ou Hercule dès le départ. Peut-être que cela aurait été plus simple. Ou bien même Rumplestilskin, tiens !...
Euh...à la réflexion, concernant le dernier cas, non. Une très longue histoire, je vous dirai cela dans un autre post ou un autre sujet.
 
Bref...que répondre à la jeune femme ?

 
-Et qui vous dit que je ne le suis pas ? osa t-il annoncer en un faible sourire sincère. Si je vous dis que je me nomme Hadès, je suis sûr et certain que vous ne me croirez pas; et pourtant la vérité est bien là.
 
Sa main droite serrait la lance à deux fourches, comme quelqu'un qui serrerait un talisman dans sa main pour se donner courage et chance; oui je sais, là vous allez me dire que le porte-bonheur est peut-être un peu gros mais là n'est pas la question, ne tergiversons pas que diable !
Le dieu souverain du monde des morts ne savait que dire, que penser. Il fallait bien tenter un tout pour un tout pas vrai ?
Tant pis, il passerait pour un cinglé, mais c'était mieux de passer pour un mortel fou que pour un dieu craint et haï n'est-ce pas ? Au moins aurait-il une chance de s'en sortir.




Theme of Hadès:
avatar

❥ Messages : 13
❥ Rubis : 0
Espace vide
∂6 Monde : Réel
∂6 Conte : Le Bossu de Notre-Dame
∂6 Identité : Esméralda
∂6 Clan : Clan du Bien
∂6 Caractère : Cynique ❖ railleuse ❖ lunatique ❖ complexe ❖ libre ❖ drôle ❖ audacieuse ❖ orgueilleuse ❖ douce ❖ sociable ❖ maladroite ❖ anxieuse
∂6 Âge : 24 ans
∂6 Profession : Sans emploi sérieux
Espace vide
ஐ Avatar : Jessica Szohr

Voir le profil de l'utilisateur
"Mais où suis-je?!" [PV Maria Rodriguez]
Sam 11 Jan 2014 - 23:57

 
    

Alerte, alerte Wouston ont à un problème. Maria avait vu dans les yeux de l’amnésique un énorme trou noir. Voire même, un véritable néant à faire pâlir le noir lui même. Des yeux profonds, mais d’un vide intense. On dirait qu’elle lui parlait une langue étrangère. Elle avait pourtant utilisé des mots très simple et compréhensif de tous, cependant, Maria voyait que le jeune homme était perdu dans ses pensés, perplexe, perturbé, déboussolé par sa réponse.  Le soleil se trouvait déjà haut dans le ciel,  et l’estomac de Maria commençait à faire des sienne. En effet, il y avait plusieurs étapes pour décelés la faim chez Maria. Ici, elle était déjà au troisième niveau. Je vous explique. Tout d’abord, Maria doit ressentir sa langue pâteuse. Tellement sec que même l’eau ne peut l’adoucir. Puis, arrive le moment pour le creux se fait de plus en plus présent. Le moment ou l’on sens son estomac rétrécir.. Vous voyez ?
Bon, arrive enfin le moment ou son estomac fait de petit bruit… Très discret dans un premier temps, qui s‘intensifierai petit à petit. Voila le niveau qu’avait atteint Maria, et elle espérait bien rester a ce stade là, car l’étape suivante la ferai mourir de honte puisque les bruits seraient semblables à des hurlement d’orque du Mordor ayant pas manger depuis des jours. Vous savez, ces êtres immondes , visqueux et mal odorant à la chercher de l’anneau unique de Sauron !! Bon…. Alors je vous laisse imaginez, ce n’est pas très jolie a entendre. Surtout venant d’une si jolie femme.

Encore si elle avait pris le café du matin. Son fameux café bien noir , avec non pas deux, ou  trois, mais une goutte de lait. Ni plus ni moins. Toutefois, un café reste peu consistant, mais c’est quelque chose !
Alors que l’égyptienne pensait qu’il serai mieux pour l’amnésique de le ramener au poste de police le plus proche afin qu’il soit mieux pris en charge par un professionnel, ou en tout cas par une personne plus approprié.  Surtout lorsque ce dernier commencait à.. disons a faire peur. « Et qui vous dit que je ne le suis pas » qu’il dit ! Même si l’homme affichait un sourire moqueur, ce sont des choses à ne pas dire à des gens que l’on ne connais pas, surtout lorsqu’on porte une armure ..
Maria ne répliqua pas, et se contenta d’un rire forcé et quelque peu gêné. N’allons pas provoquer un fou ! Toutefois Maria ne pu s’empêcher de lancer un :

« Si vous en étiez un , vous m’aurez déjà tué j’parie non ? »

Bon , je pense que tu pousse le bouchon un peu trop loin Maurice.. Euh non Maria. Non mais vous le croyez ? Un homme pour le moins, bizarre est là devant vous, et elle ne trouve rien d’autre à dire que ça ? C’est limite si Maria lui tendait une perche en lui disant’ Tiens ? Et si tu me tuais, c’est une super idée nan ?’
Par moment , il faudrait qu’elle l’apprenne à se taire celle là .. Maria était une fille imprévisible est quelque peu illogique. Et tout alla pas en s’arrangeant.

« Hadès ?.. »

Maria le regarda avec insistance. Comme lorsque vous êtes dehors et que vous croyez reconnaitre quelqu’un à l’autre bout de la rue..

« Beh dit donc… … Et moi je suis Blanche Neige, vous n'auriez pas vu mes sept nains ? » répondit finalement Maria

« Je suis désolé, c’est vraiment pas contre vous, mais c’est fou ce que vous me racontez la. C’est pour ça que vous vous baladez avec votre fourche ? Vous pensez etre Hadès ?..  Je veux pas vous blesser, mais si vous étiez vraiment ce Hadés, … Que faites vous ici ? Et pas entrain de veillez les morts? »

Maria était Esméralda, mais depuis la malédiction, elle ne se souvenait pas de son histoire. Mais ce n’est pas pour autant qu’elle avait oublié celle des autres ! Pensant toutefois qu’il ne s’agissait là que de banale histoire pour endormir les enfants le soir.



 
"On dit que les rêves sont les souvenirs d’une autre vie"
avatar

❥ Messages : 53
❥ Rubis : 0
Espace vide
∂6 Monde : Réel
∂6 Conte : Hercule
∂6 Identité : Hadès
∂6 Clan : Clan Neutre
∂6 Caractère : Taciturne, Froid, Mélancolique, Solitaire, Perdu
∂6 Âge : Euh...disons qu'il vit depuis très longtemps...
∂6 Profession : Il ne travaille pas pour le moment...
Espace vide
ஐ Avatar : Ralph Fiennes

Voir le profil de l'utilisateur http://ouat-rpg.forumactif.fr/t739-hades
"Mais où suis-je?!" [PV Maria Rodriguez]
Dim 12 Jan 2014 - 12:01

 
    

Hadès pensa qu'il devrait vraiment se la fermer de temps à autre. Mais, d'une part il n'avait jamais eu à le faire et d'autre part cela faisait tellement longtemps qu'il n'avait pas parlé à qui que ce soit d'intelligent et de censé; à dire vrai il se trouvait bien perdu dans ce nouveau monde, à peine arrivé.
Il sentait qu'il avait réussi à faire un peu peur à la jeune femme en face de lui. Il jura mentalement. Ce n'était pas son but ! Il essayait d'être...hum...comment dire ?...rassurant ? Un mot qu'il avait du mal à prononcer, même mentalement, le concernant; il n'avait jamais été quelqu'un de rassurant.
Sincèrement, il n'aurait pas pu tomber sur Rumplestilskin ?! Cela aurait été peut-être plus aisé. Ou pas...enfin bref...
Il prêta légèrement attention au fait que la jeune femme semblait avoir faim; il avait l'ouïe assez fine - un dieu n'a généralement pas trop de défauts physiques voire pas du tout; ou presque - et les très légers bruits que faisaient l'estomac de cette humaine ne le trompaient pas. Cependant il était surtout concentré sur le fait qu'il ne devait pas lui faire peur. Surtout pas; ce n'était absolument pas son objectif.
 
La jeune femme n'avait pas répliqué mais s'était contentée d'un rire forcé un peu gêné; il était persuadé qu'elle le prenait maintenant pour un fou, tant pis. Mais elle ne put s'empêcher de dire quelque chose qui le fit hausser un sourcil de surprise.

 
« Si vous en étiez un , vous m’aurez déjà tué j’parie non ? »

NON ! NON SURTOUT PAS ! NON ! JE NE VEUX PAS TE TUER !
C'était un peu ce qui se disait dans sa tête. Hadès n'avait nullement envie de la tuer et il le criait en son for intérieur, n'osant rien dire pour le moment, au risque de lui faire encore plus peur.
Et là, certains se diront: Mais attends...là dans ses pensées il la tutoie alors qu'il la vouvoie quand il lui parle vraiment dans la réalité ?!
Je rappelle juste qu'à l'époque et du monde d'où il vient, le vouvoiement envers une seule personne n'existe pas, tout le monde se tutoyait. Mais Hadès n'était pas un idiot et avait remarqué que les choses avaient bien changées en ce nouveau monde et cette nouvelle époque totalement inconnus à lui, dont le fait que la jeune femme le vouvoyait alors qu'il était seul; donc logiquement, il fait pareil, il la vouvoie et ne la tutoie pas. S'il pouvait éviter de lui faire encore plus peur, cela l'arrangerait beaucoup !


« Hadès ?.. »

Elle semblait avoir tilté à l'entente de son prénom et elle le regardait maintenant avec insistance. Elle le prenait donc vraiment pour un fou ?!
 
« Bah dit donc… … Et moi je suis Blanche Neige, vous n'auriez pas vu mes sept nains ? Je suis désolée, c’est vraiment pas contre vous, mais c’est fou ce que vous me racontez là. C’est pour ça que vous vous baladez avec votre fourche ? Vous pensez être Hadès ?..  Je veux pas vous blesser, mais si vous étiez vraiment ce Hadès, … Que faites vous ici ? Et pas en train de veiller les morts? »

Hadès n'avait jamais trop compris ce qu'était le principe de l'ironie, surtout lorsque c'était un humain qui l'employait. Mais là, il se doutait bien que la jeune femme avait nettement du mal à y croire: elle avait apparemment déjà entendu parler de lui, mais ne semblait pas être au courant que les dieux avaient réellement exister. Ou du moins, comme il n'était pas au courant que les dieux n'avaient existé en ce nouveau monde, mais n'étaient en réalité que les personnages des mythologies dont les aventures étaient relatées via livres et films.
D'ailleurs la dernière réflexion de la jeune femme était assez pertinente.
S'il était là, qui veillerait à ce que les morts ne partent pas du monde souterrain en son absence ?! Et...mer...mince !
Il jura de nouveau mentalement.
 
Et là que suis-je censé lui répondre ?! Qu'est-ce que je vais bien pouvoir lui dire ?!
 
Il semblait perdu. Ses yeux couleur aigue-marine n'affichaient rien d'autre qu'un air perdu. La jeune femme pouvait facilement sentir le fait qu'il n'aurait rien d'autre à répondre; oui, elle pouvait le prendre pour un fou.

 
-...eh bien...je n'ai pas d'autre nom...je crois...Et la folie ne signifie pas forcément vouloir tuer quelqu'un; je ne suis pas un meurtrier, je ne pourrais pas vous tuer voyons ! Et...
 
Il aurait bien aimé que ses pouvoirs fonctionnent correctement, mais dans ce monde, la magie semblait fonctionner très différemment; il aurait bien voulu faire apparaître une pomme et la lui donner pour qu'elle n'ait plus trop faim, mais c'était loupé. Il sentait que la magie était drôlement différente que du monde d'où il avait été enfermé ce dernier millénaire et que même conservant ses pouvoirs, il ne pourrait pas les utiliser de la même manière qu'auparavant; voire pas du tout.
Il s'approcha d'un pas en essayant d'être le plus rassurant possible.

 
-...et je suis désolé, sincèrement désolé si je vous effraie, ce n'est pas mon but; mais je ne me souviens absolument de rien d'autre. Est-ce que...vous pensez pouvoir m'aider à m'en sortir ou me mener à quelqu'un qui pourra m'aider à...retrouver la mémoire ?!
 
Il était sincère. Il ne voulait pas lui faire peur et ne connaissait absolument rien à ce monde. Il sentait que la jeune femme ne l'avait pas cru et qu'elle le prenait pour un fou, et il n'avait pas envie d'être de nouveau craint et haï. Juste qu'on lui donne une chance.
Ce monde était sa seconde chance. Il se devait de la saisir. Quitte à passer pour un fou amnésique, autant le faire jusqu'au bout; tant pis, il passerait pour quelqu'un ainsi et...advienne que pourra ! Il trouverait bien un autre moyen de s'intégrer, plus ou moins...



Theme of Hadès:



Contenu sponsorisé
"Mais où suis-je?!" [PV Maria Rodriguez]


 
    


Sujets similaires

-
» YASMINE ▽ J’suis gentil, j’suis gentil mais j’suis pas M. Ingalls !
» Je ne suis pas celle que vous croyez, je suis pire ... - sandra alexine merry-weather -
» « Je suis un artiste. » •• Représentant Artistique.
» Papa, c'est toi ? ▬ Ouais mais j'suis occupé là !
» Monter, descendre, gauche, droit .. Mais où suis-je ? -> Alecto


"Mais où suis-je?!" [PV Maria Rodriguez]
Page 1 sur 1
Vers
Mes Permissions