avatar

❥❥❥ Admin❥❥❥
❥ Auteur : Pepsy
❥ Statut : En Activité
❥ Messages : 365
❥ Rubis : 0
Espace vide
∂6 Monde : Fairytale
∂6 Identité : Rumpelstiltskin, La Bête, Le Crocodile
∂6 Clan : Clan du Mal
∂6 Profession : Prêteur sur gages et Marchand d'antiquités
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Charlotte
ஐ Avatar : Robert Carlyle

Voir le profil de l'utilisateur
L'heure de la vengeance a sonné. Acte 1
Lun 11 Fév 2013 - 12:47

 
    





Participants : 1° Rumpel / 2° Elliott / 3° Viviane / 4° Frankenstein / 5° Clochette (si possible)
Début du RP : 11 02 2013 | Dernier Post :  11 05 2013

Contexte : Rumpl a demandé à la fée bleue de l'aider à retrouver son fils. Elle a dit qu'elle ne pouvait pas. Le temps à passé depuis mais Rumpl est persuadé que la fée bleue refuse de l'aider mais qu'en réalité elle le pourrait. Il veut kidnapper Clochette pour faire pression sur la fée bleue.

Période de la journée : Dans la forêt à l'aube après une nuit d'orage.
Météo : Soleil rouge levant. La pluie vient de s’arrêter...

Pour "L'heure de la vengeance a sonné...(Acte 1)", c'est parti !

avatar

❥❥❥ Admin❥❥❥
❥ Auteur : Pepsy
❥ Statut : En Activité
❥ Messages : 365
❥ Rubis : 0
Espace vide
∂6 Monde : Fairytale
∂6 Identité : Rumpelstiltskin, La Bête, Le Crocodile
∂6 Clan : Clan du Mal
∂6 Profession : Prêteur sur gages et Marchand d'antiquités
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Charlotte
ஐ Avatar : Robert Carlyle

Voir le profil de l'utilisateur
L'heure de la vengeance a sonné. Acte 1
Lun 11 Fév 2013 - 12:56

 
    


RumpelstiltskinRP Groupé

E n ce petit matin, le soleil filtrait à peine ses rayons entre le feuillage des arbres... La forêt était calme et reposée de sa nuit pluvieuse et agitée. C'était un nouveau jour qui s'annonçait, un jour qui apaiserait bien des mots, un jour qui serait synonyme de renouveau. Marchant calmement d'un pas bien matinal, deux personnages seuls perturbateur de se calme profond se glissaient sur le sentier sinueux. Posé sur une branche, un petit rossignol les regardais quelques secondes avant d'entamer sa chanson. La nature se réveillait doucement, quelques gouttes de pluie gouttaient encore des feuilles des chênes.

Rumplestiltskin n'avait pas dormi de la nuit, mais son excitation remplaçait sa fatigue. Il marchait en songeant à ses sombres projets. Il appréciait grandement ses instants de calme avant la tempête, cela lui permettait toujours de réfléchir et de se préparer à ses confrontations. Oui, notre ami ne faisait jamais rien de manière impulsive, il était toujours préparé et aimait ponctuer le temps qui s'écoulait en sa compagnie de ses mots bien tournés. L'homme craint de tous les royaumes à la ronde en était aussi l'objet de respect pour son esprit érudit et toujours en avance. Comme si jamais rien ne pouvait le prendre au dépourvu. C'était son mot d'ordre, son mode de vie.

Il tourna son regard pour le moins perçant vers la sublime créature qui l'accompagnait. Lui adressant un petit sourire complice comme encouragement à poursuivre leur périple.

Nous approchons Viviane. C'est au pied de l'arbre creux que vous voyez là bà.

L'homme lui désigna l'objet de ses paroles. Et sorti du sentier pour retenir une branche qui bloquait leur trajectoire et faire passer sa compagne la première. Elle aussi n'avait pas dormi et la fatigue commençait à creuser ses joues un peu rosée par l'air frais. Pourtant, l'homme encapuchonné n'était pas inquiet, elle était plus forte que ne le laissait évoquer ses formes sulfureuses et charmeuses Oui Viviane n'était pas une femme en reste concernant la beauté naturelle. Elle était envoûtante à sa simple façon de vous adresser un sombre regard. Sa manière de bouger était déjà à elle seule puissante et assurée, rendant son personnage tout aussi admirable.

Rumpl, aimait bien sa force de caractère, avant même qu'il ne fasse sa rencontre, on lui avait parlé d'elle. C'était cela qui l'avait poussé à la voir. C'était cela qui avait été à l'origine de leur accord. Une simple curiosité qui s'était transformé en véritable arme de destruction. Viviane était une âme noire, blessée et révoltée comme la sienne. Ils partageaient au fond bien plus qu'un échange de poignée de mains. Il partageait la même vision de la vie. Ils se voyaient tout deux seuls contre tous. L'esprit noir du sorcier était déjà imprégné d'une perspective excitante : ils débutaient ainsi le début d'une alliance qui allait durer bien après la fin de cette journée.

Tout comme le ténébreux, Viviane parlait peu, et se montrait très réservée. Mais quand elle ouvrait la bouche chacun de ses mots se gravait au fer rouge dans l'esprit de la bête. Elle voulait tirer un trait sur son ancienne vie, elle voulait protéger son coeur de toute peine amoureuse. Elle avait aimé et était meurtrie. Sous ses airs terribles, l'homme ne pouvait que comprendre ce qu'elle ressentait. Mais elle ne lui avait pas tout dit. En échange de son aide pour geler son coeur, Rumplestiltskin avait demandé à la fée noir de l'aider à se venger de la fée bleue. Viviane lui avait alors parlé de leurs royaumes. Le pays des fées. De petites créatures bienveillantes, qui s'accordent à donner toujours des secondes chances autour d'elles. Incapable de comprendre la noirceur humaine, elles ne se méfient jamais des mauvais tours du destin. Et ne se réveillent que trop tard. Ainsi Viviane avait clos le sujet. Sans véritablement exposer les raisons qui l'avaient dissocié de ses bonnes fées. Le véritable let motiv qui avait d'elle celle qu'elle était aujourd'hui : une fée sombre et dangereuse prête à faire le mal, restait un mystère qu'elle gardait secret.

Notre ami n'en était que plus intrigué, il tentait d'en savoir plus. Mais après seulement une nuit à ses côtés, il était difficile voir totalement exclu de dire qu'il avait acquis sa confiance. L'homme savait qu'il pouvait compter sur elle, elle irait au bout de ce qu'ils avaient convenu ensemble. De toute manière elle n'avait pas le chois, mais il tentait également de cerner plus en profondeur la jeune fée. Il voulait savoir comment une fée pouvait ainsi sortir de sa route, changer de vie et en arriver à la perspective de trahir les siens. Cela ne devait pas être si évident que ça pour elle. Mais la jeune femme continuait d'afficher un visage calme et impassible. Rumplestiltskin n'avait pas encore geler son coeur, mais il se demandât amusé s'il la jeune femme ne l'avait pas déjà égarer en cour de route... Oui elle le fascinait.

Ils arrivèrent enfin au point de rendez-vous. Profitant de sa halte pour enlever les gouttes de pluie sur sa cape de voyage, l'homme affichait en lui une profonde assurance. Même si en lui grandissait l'impatience. Ils avaient marché vite, et le chat n'était toujours pas visible. Après tout c'était la tournure normale des choses, il lui fallait du temps depuis la veille au soir pour faire son larcin. Ce n'était pas un miroir ordinaire dont il était question. Cela devait coûter un certain temps et risque. Bien évidemment. L'homme en avait conscience, mais il exigeait toujours bien plus que la norme. Éternel insatisfait, il lui fallait toujours plus et toujours plus vite que prévu. D'un froncement de sourcil, il leva la tête vers le soleil rouge de l'aube. Tout était encore si calme, voir trop.
avatar



Invité
L'heure de la vengeance a sonné. Acte 1
Lun 11 Fév 2013 - 23:22

 
    


ElliotRP Groupé

L e soleil se levait à peine sur le pays enchanté. Tout était calme et paisible. Les habitants s'éveillaient peu à peu. Les chats s'étiraient en repensant à leur nuit pleine de malice, les honnêtes marchands rêvaient encore à leur journée pleine de promesses. Si un seul d'entre eux s’était donné la peine de regarder par la fenêtre la lumière inonder la campagne, il aurait sûrement remarqué ce sombre cavalier qui traversaient champs, ruisseaux et villages tambours battants. Obéissante, la monture ne faisait pas paraître sa fatigue. Sa robe tachée de boue laissait deviner les mille et un fourrés par lesquels elle avait bien pu passer. L'écume lui montait aux lèvres par moment. Mais alors, elle se souvenait de l'étreinte des cuisses de son cavalier et se remettait à la tâche. Ce n'était pas si souvent qu'on lui confiait une mission, elle voulait la mener à bien. Et puis son maître lui avait bien fait comprendre que son rôle était important, qu'il savait qu'aucun autre cheval ne pourrait faire cela. La jument ne voulait surtout pas décevoir son maître.

Le Chat Botté était impressionné de la célérité de son destrier. Il n'en demandait pas tant. Mais en même temps, il éprouvait une certaine fierté à voir ce bon vieux canasson se donner à corps perdu dans cette éreintante courses. Une chose était sûre, lorsque tout cela serait fini le fier animal aurait une ration double d'avoine et pourrait se prélasser dans son abri autant qu'il le voudrait. Cela lui réchauffait le cœur à chaque fois, lorsque l'un de ses animaux se pliait en quatre et dépassait ses propres limites pour lui rendre service. Il glissa sa main le long de l'encolure de la monture afin de marquer sa gratitude. Il aurait aimé prendre une pause. Une heure ou deux tout au plus, histoire de laisser la jument reprendre son souffle. Mais il avait une livraison à faire. Le genre de livraison qui ne pouvait pas attendre. L'objet tant convoité était serré tout contre lui, précautionneusement emballé dans une épaisse couverture. D'habitude, le Chat Botté ne travaillait que pour lui-même. Mais cette fois, il n'avait pu refuser l'offre. Et, sur son honneur, il jurait de livrer l'objet dans un état impeccable.

Toute cette histoire avait commencé quelques jours auparavant. La nuit allait être agitée et un faon avait trouvé le moyen de se fracturer une patte. Tobias avait repéré l'animal à proximité de sa maison au cœur de la forêt enchantée. Le faon était accompagné au loin de sa mère qui semblait lui indiquer de la tête le chemin à suivre. C'était un comportement plutôt étrange pour un animal sauvage, mais Tobias s'y était habitué. Les animaux de la forêt avaient compris que le jeune homme n'était pas leur ennemi. Bien au contraire. Très calmement il s'était approché du faon et avec douceur lui avait caressé la tête. Une fois l'animal en confiance, Tobias le prit dans ses bras délicatement et le ramena à son domicile. Il venait à peine de terminer l'attelle pour le faon que son instinct l'avertit d'une présence à proximité. Ce n'était pas animal, mais ce n'était pas totalement humain non plus. Promptement, le Chat se saisit d'une épée qu'il avait près de lui et sortit d'un bon de sa maison. Autour de lui, tout semblait calme. Le faon était en train de dévorer les baies antidouleur qu'il lui avait préparées, les chats regardaient la scène avec interrogation et le cheval, dans son abri, semblait rêvassait l'air de rien. Pourtant, son instinct ne le trompait jamais.

Lorsqu'il vit le curieux personnage apparaître face à lui, il ne fallut pas longtemps au Chat pour le reconnaître. Il ne l'avait encore jamais rencontré, mais sa réputation le précédait. Ainsi donc, le Ténébreux venait lui rendre visite. La plupart des habitants du royaume auraient été terrifiés à cette simple idée. Mais pas le jeune Tobias, bien au contraire. Il ressentait le fait de voir débarquer le fameux Ténébreux dans son humble demeure comme une sorte d'honneur. Il n'y avait aucune raison valable pour que Rumplestiltskin apparaisse à une créature sans importance dans ce bas monde. Cela signifiait donc que sa propre réputation était faite, que son nom et le récit de ses actes s'était propagé bien au-delà de ce coin de la forêt enchantée. Cependant, Tobias ne laissa rien transparaître du sentiment de fierté qui l'habitait et adressa au Ténébreux son regard le plus suspicieux possible. Il ne souhaitait aucunement le vexer, il savait pertinemment ce que cela pourrait lui coûter. Mais il était important en cet instant de faire preuve de toute l'arrogance et la malice dont était capable le Chat Botté. C'était ainsi qu'il construirait sa propre légende.

Bien évidemment, Rumplestiltskin n'était pas dupe du petit jeu auquel se livrait le jeune homme, mais il eut la décence de ne rien en laisser paraître. Après tout, il n'avait pas fait le déplacement jusqu'à ce coin reculé de la forêt enchantée pour remettre à sa place un présomptueux jeune homme. Non, loin de là. Assez rapidement Rumplestiltskin se présenta et expliqua la raison de sa présence au Chat qui n'en perdait pas une miette. Le puissant Ténébreux avait besoin de ses services. Avant même de savoir de quoi il s'agissait, Tobias faillit accepter. Mais il se souvint à temps qu'il ne fallait pas conclure de contrat avec le Ténébreux à la légère. La discussion qui suivit fut des plus cordiales, et Tobias se permit même quelques jeux d'esprit afin d'amuser Rumplestiltskin. Même si en réalité c'était son propre stress qu'il souhaitait atténuer. Heureusement pour lui, il était un très bon bluffeur, et à aucun moment il ne laissa transparaître un quelconque embarras.

Ce que lui proposait Rumplestiltskin était des plus simples de son point de vue. Dérober un miroir, a priori magique, à un vétéran de la guerre contre les géants. Le vieil homme possédait quelques artefacts magiques qui empêchaient le Ténébreux d'agir par lui-même, c'est pourquoi il avait besoin des talents du Chat. À première vue, s'en prendre à un retraité n'avait rien de bien excitant. Mais ce vieil homme était des plus méfiants et savait parfaitement comment protéger ses trésors. Prendre le miroir n'était en soit pas compliqué. Non, la vraie difficulté résidait dans le fait d'entrer dans la maison du vieil homme qui, d'apparence pourtant modeste, s'apparentait plus à une forteresse gardée. Pour cela, Rumplestiltskin proposa de l'or au Chat. Autan d'or qu'il désirait. Il fut tenté d'accepter le marché, mais après une courte réflexion il conclut que ce n'était pas d'or dont il avait besoin.

Rumplestiltskin, je vais signer ton contrat. Mais tu dois changer les conditions de notre marché. Je ne veux pas de ton or, je me débrouille très bien tout seul pour m'en procurer. Non, ce que tu vas m'offrir c'est... ton aide. Oui, c'est cela. En échange de ce miroir, j'aurais droit à une requête. Tu ne pourras ni refuser, ni me tromper. J'ai besoin d'un peu de temps pour être sûr de ce que je te demanderais. Mais peu importe toute la magie que cela nécessitera, tu devras accepter.

Le Chat eut peur l'espace d'un instant que Rumplestiltskin refuse son marché à la vue de la tête qu'il faisait en écoutant ses conditions. Après tout, il devait sûrement exister d'autres voleurs prêts à accepter ce genre de contrat pour bien moins. Mais à sa grande surprise, le Ténébreux lui adressa une sorte de « sourire » et accepta le marché. Il faut dire qu'il était assez pressé de mettre en route ses plans, et ce miroir lui était primordial pour atteindre son but. Après avoir lu consciencieusement le contrat, Tobias apposa sa signature au côté de celle de Rumplestiltskin. Ce dernier lui indiqua alors où se rendre pour trouver le miroir et à quel endroit il devrait être. Après une dernière politesse, le Ténébreux disparu comme il était apparu, avec rapidité et magie.

S'il voulait honorer sa part du marché, Tobias n'avait pas de temps à perdre. Avec empressement, il termina de soigner la patte du faon, laissa à disposition de quoi manger pour les chats et alla sceller sa jument. Son esprit filait à toute allure. Il réfléchissait tout à la fois à la façon qu'il allait employer pour tromper le vieil homme et à la récompense qu'il réclamerait au Ténébreux. Les idées, les envies et les petits plaisirs se bousculaient dans sa tête. Cela faisait tellement longtemps qu'il espérait que ce genre d'occasion se présente. Oh non, il ne laisserait pas cette chance lui échapper. Perdu dans ses pensées, la route lui sembla bien plus courte que prévu. La maison où trouver le miroir ne devait être qu'à quelques minutes maintenant. Il demanda à son cheval de s'arrêter et mit pied-à-terre. C'est cet instant précis que le ciel choisit pour éclater. Un orage se préparait, la pluie commençait à tomber. Cet enchaînement parfait de circonstance fit sourire Tobias. Si même le temps était avec lui, cette mission ne pouvait être qu'une réussite.

Le jeune homme se pencha avec douceur sur sa jument, lui murmura quelques mots à l'oreille et lui caressa la patte avant droite. Puis, tirant délicatement sur la longe, il reprit la route à pied. Comme par enchantement, la fière monture de Tobias se mit a boiter. Cela ralentissait considérablement leur marche. Très rapidement, le jeune homme se retrouva entièrement trempé par la pluie torrentielle. Chacun de ses mouvements produisait un ridicule petit bruit spongieux. Le spectacle était des plus pitoyables. Mais c'était exactement ce qu'il recherchait. On commençait à apercevoir la maison recherchée au détour d'un virage. Le pas traînant, Tobias se dirigea vers la porte. Une fois devant, il attendit plusieurs minutes. Puis finit par toquer timidement. Il distingua vaguement un bruit de chaise que l'on déplace suivi d'un raclement de gorge peu engageant, et enfin le loquet de la porte s'ouvrir. Un homme rondouillard aux rares cheveux blancs lui ouvrit la porte. Tobias remarqua tout d'abord son épaisse barbe extrêmement fournie puis enfin son œil mort qui malgré tout semblait le fixer.

Monsieur, excusez-moi de vous déranger. Je sais qu'il est tard, mais mon cheval est blessé, la pluie... accepteriez-vous d'offrir l'hospitalité à un simple voyageur ?

Le Chat lui adressa un large sourire qui aurait fait fondre le plus dur des cœurs. L'homme le dévisagea longuement et conclut son inspection par un crachat au sol.

Et où tu vas comme ça ?

Tobias exprima une certaine angoisse et regarda autour de lui avec inquiétude.

Je … et bien j'ai quitté mon poste à la scierie il y a une semaine et je vais chercher bonne fortune ailleurs.

Le silence qui suivi sa phrase sembla durer une éternité. L'homme le fixait intensément, à l’affût. Il finit par émettre un affreux raclement de gorge.

Va mettre ton cheval dans la grange, y a un peu de foin.

Tobias lui répondit par un immense sourire plein de gratitude et s’exécuta immédiatement. La grange était plutôt en sale état, mais cela conviendrait pour la nuit. Au moins, sa bonne vieille jument serait à l'abri de la pluie et de l'orage qui arrivait.

Tandis qu'il préparait son cheval à passer la nuit, le Chat entendit un léger froissement derrière lui. En se retournant, il se retrouva nez à nez avec la pointe d'une lame bien aiguisée malgré son grand âge apparent.

Maintenant mon gars, tu vas me dire la vérité.

Tremblant, le Chat leva lentement les mains.

Mais, M'sieur, je vous assure que...

La lame s'était dangereusement rapprochée de sa gorge. L'homme le regardait froidement. C'était certain, il n'hésiterait pas à lui trancher la gorge. D'un geste incertain, Tobias ouvrit son manteau et commença à fouiller dans sa poche. Il en sorti un bout de papier plié qu'il tendit à l'homme. Quelques goûtes de sueurs commençaient à perler le long de son cou, à quelques millimètres de la lame. L'homme dépliant promptement le papier et le lu avec attention de son seul œil valide. Puis il éclata de rire. Le papier était une affichette annonçant qu'une expédition se montait à quelques kilomètres de là. Une nouvelle chasse au monstre.

Mon gars, si tu veux partir à l'aventure, va falloir t'habituer a avoir une lame contre la gorge. Allez, dépêche toi, vient te mettre au chaud. Tu ne vas pas aller bien loin si tu t'chopes une pneumonie.

L'homme laissa Tobias planté là et retourna dans la maison tout en riant à gorge déployée.
L'homme s’appelait Pier et avait été un sacré forgeron dans le temps. Ça, c'était avant qu'il perde son œil. Il raconta à Tobias tout un tas d'histoires du temps où il accompagnait volontiers le premier aventurier qui demandait son aide. Le garçon l'écoutait avec intérêt et le relançait à chaque fois que le récit s'interrompait. Il buvait ses mots et poussait de grands cris d'exclamation ou de crainte lorsque cela était nécessaire. En accompagnant chaque nouvelle histoire d'une tournée de bière. Pier lui raconta sa rencontre avec les sirènes, ses chasses à la wyvern, ses combats contre les géants. Jamais Tobias ne faiblissait dans son admiration. Il gagnait la confiance du vieil homme à mesure que le temps passé, mais la bière ne suffisait pas pour autant à lui faire baisser sa garde. Tobias voyait le temps passé à l'horloge et cela l'inquiétait. Il devait agir rapidement. Autour de lui, il y avait plusieurs miroirs. Mais il ne savait pas lequel désirait Rumplestiltskin. Il finit par se proposer pour préparer un repas. Il avait avec lui quelques baies aromatiques qui sauraient ravir les papilles de Pier. L'ancien aventurier accepta volontiers son offre et alla s'étendre dans un confortable fauteuil en indiquant l'endroit où se trouvait la cuisinière à bois.

Le Chat avait bien des baies aromatiques sur lui, et il se fit un plaisir à les répandre dans l'omelette baveuse qu'il préparait. Tout cela semblait tellement appétissant. C'est aussi ce que pensa Pier en voyant arriver son assiette. Il se jeta sur l'omelette et l'engloutit en un rien de temps. Dix minutes plus tard, il sombra dans un puissant sommeil à base de psychotropes. Cela allait durer un moment, assez pour laisser à Tobias le temps d'inspecter les miroirs de la maison. Et la tâche se révéla ardue. Mais qu'est-ce qu'un homme aussi laid pouvait faire d'autant de miroirs ? Au bout de trois bonnes heures, Tobias fut cependant intrigué par l'un des miroirs se trouvant dans la chambre de Pier. Déjà, il se trouvait sur la table de chevet. Il était assez petit pour loger dans un sac de voyage, d'apparence plutôt simple, en étain à première vue. Mais pourtant, sa présence ne pouvait échapper au regard du Chat. Il s'assit sur le bord du lit et saisit entre ses deux mains le miroir. Il manqua aussitôt de le lâcher. Ce n'était pas son reflet qui apparaissait dans le miroir, mais une forêt luxuriante totalement différente de la forêt enchantée. Il n'en avait jamais vu de pareil. Un drôle d'animal s'agitait, une espèce de petit humain tout poilu. Ça devait être ça un singe, il n'en avait jamais vu, mais en avait entendu parler. Le singe se sauva, un enfant à ses trousses. Puis plus rien. Juste la forêt, ou plutôt la jungle. Quelques branches qui s’agitaient de temps en temps. Sûrement un autre singe.

Enfin, le Chat avait trouvé ce qu'il cherchait. Soigneusement, il emballa le miroir dans une couverture et alla retrouver Pier qui dormait d'un sommeil sans rêves. Il y avait tant de belles choses dans cette maison, la tentation était forte d'attraper une petite babiole et de la glisser dans sa poche. Mais il avait perdu assez de temps comme ça. À pas de loup il s'approcha du vieux forgeron et le secoua vivement. Celui-ci sembla le regarder tout en étant ailleurs. Tobias approcha son visage du sien.

Tu vas tout oublier. Tout. Sauf une chose. C'est le Chat Botté qui a percé tes défenses. Nul n'est plus malin que le Chat Botté.

Sur ce, il tourna les talons et se dépêcha d'aller rejoindre le Ténébreux à l'endroit de leur rendez-vous.

Une fois arrivé à l'orée de la forêt, le chat regarda autour de lui. Il avait un mauvais pressentiment, mais n'avait également pas le temps de s'arrêter. Il était impatient de rejoindre Rumplestiltskin et de lui apporter son précieux miroir. Il chevaucha encore quelques instants dans la forêt et s'arrêta à proximité d'un ruisseau. Son cheval pourrait se désaltérer et se reposer suite à cette folle course. Tobias ne prit même pas la peine d'attacher la jument. Il savait pertinemment que quoi qu'il arrive, elle le retrouverait. Puis il s'enfonça plus profondément dans les bois. Il prenait soin malgré l'urgence de sa tâche de brouiller sa piste et d'emprunter des détours. Rumplestiltskin pouvait bien attendre quelques minutes de plus. Et puis, il n'avait pas encore décidé ce qu'il allait demander en retour. Plusieurs options se présentaient à lui. Grâce à ses pouvoirs, rien n'était hors de portée du Ténébreux. Il pouvait demander un titre, un château, et les jouissances qui vont de pair. Mais cela dit, sa vie dans la forêt lui plaisait. Il pouvait peut-être demander un pouvoir à Rumplestiltskin, quelque chose qui pourrait l'aider dans sa vie de tous les jours. Comme, pourquoi pas comprendre le langage des animaux. Son osmose avec la nature était déjà arrivée à un certain point, mais il en voulait plus. Ou alors, il pourrait demander un sort qui protégerait enfin efficacement la forêt des braconniers, bûcherons et autres vandales. Il avait presque atteint le point de rendez-vous et ne savait toujours pas quoi demander. Cela dit, il était notifié dans le contrat que sa requête ne devait pas forcément être immédiate. Il avait encore tout le temps d'y réfléchir.

Tels les félins qu'il affectionnait tant, Tobias s'approcha sans bruit de Rumplestiltskin et de la personne qui l'accompagnait. Une femme de toute évidence. Et de grande beauté à ce qu'il semblait. Sans bruit, le Chat découvrit le miroir tant convoité de sa protection de tissus et s'approcha encore un peu plus. L'espace d'un instant, il manqua de glisser tant le sol était humide. La simple pensée de briser par mégarde le miroir le plongea dans une si soudaine tourmente qu'il prit la décision de s'en débarrasser rapidement. Il s'annonça plus tôt que prévu raclement de gorge et commença à marcher à pas normal.

Il semblerait que j'ai ce que vous attendez. Je ne dirais pas que ce fut facile, mais certainement pas aussi éprouvant que vous me l'aviez annoncé Rumplestiltskin. Tenez. Prenez-le.


Tobias présenta avec insistance le miroir au Ténébreux, espérant ainsi remplir sa clause du marché le plus vite possible. Et de la même manière, se débarrasse de la responsabilité qui incombait au porteur du bien si précieux et si fragile.
avatar



Invité
L'heure de la vengeance a sonné. Acte 1
Mar 12 Fév 2013 - 22:26

 
    


Viviane/FlavieRP Groupé

E lle leur avait demandé de l'aide, juste un petit coup de pouce afin de délivrer l'homme qu'elle aimait à en mourir. Naïve...oui elle l'avait été croyant que celles qu'elle avait toujours considérées comme ses sœurs pourraient comprendre ce chagrin qui la dévorait toute entière.  Pour seule réponse celle qui se faisait encore appelée la fée Viviane, avait eu droit à quelques rires chantants et à des regards dégoulinants de compassion. Une fée ne pouvait pas aimer...ce plaisir était réservé aux mortels, il était temps pour elle de reprendre ce pourquoi elle était apparue dans ce monde : aider son prochain.  Trahie, abandonnée, montrée du doigt et jugée par ses propres condisciples.  

Le désespoir qu’elle avait ressenti face à la perte de son bien aimé puis ce sentiment d’abandon semblait la ronger de jour en jour. Le chagrin laissait place à la douleur, à l’envie de destruction de tout ce qui pouvait correspondre au bonheur. L’aura, dont la couleur rappelait celle du soleil chaud de l’été qui l’avait toujours entourée durant ses longues années, s’était atténué pour finalement laisser place un halo rouge comme le sang. Les larmes avaient cessé de couler, laissant son corps complètement desséché et son âme définitivement corrompu  par la haine et la vengeance.

La venue du Ténébreux sonna en elle comme l’ultime moment de revanche. Un contrat avait été passé, il lui offrait la possibilité de ne plus jamais ressentir le moindre sentiment d’amour en lui gelant définitivement le cœur et elle lui offrait son aide pour la capture de la fée bleue. Ce marché était parfaitement honorable, cependant ce que Rumpelstiltskin ne savait pas c’est que la dame du lac en retirait deux avantages. Il lui offrait la fin de son éternel blessure mais également l’opportunité de se venger de celles qui l’avaient traité comme une paria. Elle allait les faire souffrir, leur faire ressentir la douleur qu’elle-même avait connue et qui avait finalement eu raison de sa bonté et de son humanité.  Ses éternels sourire allaient enfin disparaître de leur visage et leurs yeux allaient enfin refléter la peur.  

Cette seule idée semblait faire battre ce qu’il restait de son cœur meurtri. Voilà bien longtemps qu’elle n’avait plus sentit le sang pulser dans ses veines et un sourire démoniaque avait trouvé sa place sur ses lèvres. Sa beauté semblait même être amoindrit par la lueur de folie destructrice  qui brillait dans ses yeux d’un bleu perçant. Ses longs cheveux blonds étaient finement tressés et accrochés en chignon sur sa tête. Pour l’occasion elle avait revêtue ses plus beaux atours ou du moins ceux qu’elle avait pris aux cadavres qui gisaient dorénavant au fond de son lac. En ce jour elle s’était même permis de porter sa plus belle tiare dont les diamants étincelaient parfois  lorsqu’un rayons de soleil un peu trop cavalier osait s’aventurer sous la longue cape qui la protégeait de la pluie.

« Ce n’est pas trop tôt », cracha-t-elle sans prendre la peine de regarder son compagnon.
Ses pieds s’enfonçaient dans le sol détrempé, chaque pas laissant entendre un bruit de succion épouvantable. Ses bottes réussissaient à peine à maintenir le bas de son corps au sec, son pantalon en toile noire souffrant de quelques tâches de boue.

Un fois arrivée au point de rendez-vous,  Vivianne se figea et observa les alentours minutieusement. Voilà longtemps qu’elle n’avait pas quitté son lac et se retrouvé ainsi dans cette immense forêt la rendait nerveuse, elle s’y sentait presque vulnérable.

« Il n’est pas là ! Auriez-vous misé sur le mauvais cheval ? », Lâcha t’elle hautaine, découvrant sa tête, sa capuche reposant dorénavant négligemment sur ses épaules.

Soudain un craquement attira son attention. Sur ses gardes, prête à se défendre, la jeune femme fit volte face. La silhouette d'un homme se dessina à l'ombre d'un grand chêne. Se dernier avançait droit sur eux avec vraisemblablement quelque chose dans les bras. Discrètement Viviane jeta un coup d’œil au Ténébreux  ne sachant pas si c'était l'homme qu'ils attendaient.

Ses doutes furent rapidement levés lorsque l'inconnu arriva à leur hauteur et tendit un miroir. Sans gêne la méchante fée dévisagea l'homme et un mince sourire étira ses lèvres lorsqu'elle constata qu'il était plutôt agréable à regarder. En d'autre circonstances elle aurait aimé lui jouer son tour habituel mais en l'espèce elle ne pouvait décemment pas tuer un complice.
avatar



Invité
L'heure de la vengeance a sonné. Acte 1
Dim 17 Fév 2013 - 19:13

 
    


FrankensteinRP Groupé

D epuis ma mésaventure avec le chat botté, il m’arrivait de faire le tour de mes pièges la nuit. Je pensais ainsi éviter des rencontres inopportunes. Je m’étais amélioré dans l’art de la discrétion aussi, afin de ne plus me faire surprendre aussi facilement. Je n’en étais sûrement pas arrivé au niveau du chat botté, mais je commençais à me débrouiller quand même.
Je ne l’avais d’ailleurs plus jamais recroisé depuis notre première « rencontre ». Cela me surprit donc, alors que je me désaltérais au bord de la rivière, d’entendre en pleine nuit du bruit et de reconnaitre dans la silhouette qui se dessinait celle du chat botté.
Instinctivement, je me tapis dans le buisson le plus proche, espérant qu’il ne me verrait pas.
Que faisait-il ici ? En pleine nuit ? Il semblait d’ailleurs aux aguets. Il tenait quelque chose dans ses bras, je ne pouvais pas voir de quoi il s’agissait. Il descendit de son cheval qu’il laissa libre.

Il ne s’éternisât pas au ruisseau, donc il ne cherchait pas à boire. Il continuât à pied. Je décidais de le suivre sans bruit. Après tout, il était maître dans l’art de la poursuite cachée, si j’y arrivais cela confirmerait mes progrès. Dans le cas contraire … j’aviserai.

Il n’était pas pressé, prenant le temps de cacher ses traces. Je ne suis pas sûr, mais je crois bien que nous avons fait des détours, m’avait-il repéré ? Cherchait-il à me semer, ou tout du moins à semer un quelconque poursuivant. Il prenait trop de précautions pour ne pas éveiller plus encore ma curiosité.

Nous arrivions enfin à destination, deux autres silhouettes apparaissaient. Quand le chat botté arriva près de l’une, il tendit son paquet et j’entendis très distinctement le nom de Rumplestiltskin. J’étais abasourdi, que faisait le chat botté avec une personne comme le ténébreux, comme aimait l’appeler certaines personnes ? Que contenait ce paquet ?

J’hésitais encore à me montrer, je ne connaissais pas la troisième personne. Je tentais de m’approcher, suant à l’idée de me faire repérer. J’exultais de pouvoir observer sans que les autres s’en aperçoivent et en même temps un grande angoisse m’étreignait si jamais je me dévoilais.
Je réussis à m’approcher en prenant mille précautions, je pus m’apercevoir que la troisième personne était une femme. Elle ne dit rien à l’arrivée du chat botté, semblant plutôt le jauger du regard. Il ne faisait pas encore assez jour pour que je puisse la voir nettement, mais sa silhouette ne me disait rien.

Je me posais un tas de question, la présence de Rumplestiltskin ne présageait rien de bon. Je pris le parti de continuer à me faire discret et tenter d’en savoir plus. Même si je doutais de mes compétences de suivre maintenant trois personnes au lieu d’une notamment le ténébreux sans que personne ne s’en aperçoive. Ma chance pouvait résider dans leur préoccupation. Ces trois là ne s’étaient pas donné rendez-vous dans la forêt en pleine nuit par hasard. Il y avait quelques vilenies en préparation.
avatar

❥❥❥ Admin❥❥❥
❥ Auteur : Pepsy
❥ Statut : En Activité
❥ Messages : 365
❥ Rubis : 0
Espace vide
∂6 Monde : Fairytale
∂6 Identité : Rumpelstiltskin, La Bête, Le Crocodile
∂6 Clan : Clan du Mal
∂6 Profession : Prêteur sur gages et Marchand d'antiquités
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Charlotte
ஐ Avatar : Robert Carlyle

Voir le profil de l'utilisateur
L'heure de la vengeance a sonné. Acte 1
Mer 20 Fév 2013 - 20:54

 
    


RumpelstiltskinRP Groupé

M aintenant immobilisé depuis plusieurs minutes, la fatigue et l'impatience se faisait ressentir sur nos deux compères. La ravissante jeune femme en fit juste démonstration en lâchant hautainement quelques mots qui exprimaient une certaine déception. Ne laissant aucune colère l'envahir le sombre magicien abaissa son tête vers la jeune femme et se contenta de lui adresser un sourire calme et narquois. Oui, il était confiant. Il savait au combien sa réputation était faite et qu'il n'avait plus rien à prouver à personne. Il savait donc très bien que le porteur qu'il avait choisit pour se procurer la clef de leur passage était quelqu'un qui ne pourrait pas manquer à son devoir. C'était pour ça qu'il l'avait choisi. Cet homme avait un égaux démesuré, et pour lui l'honneur apportait bien plus que toutes autres choses. Il lui avait d'ailleurs démontré en refusant son or contre ce service... Oui le ténébreux ne craignait aucune complication, il s'était bien préparé, il avait un plan, et son heure de vengeance arriverait bientôt. Il avait juste hâte de sentir sa caresse glacée sur ses lèvres, son ivresse qui coule le long de votre gorge et vous enflamme le coeur. Oui, notre homme était d'une charmante humeur rien qu'à l'idée d'avoir très bientôt son outil de maître chanteur.

Cette idée machiavélique lui était venue d'un coup, tandis que Viviane lui parlait du royaume des fées. Lui ne pouvait s'enlever cette abominable fée bleue de la tête. Il la revoyait encore avec son visage mièvre et ses plates explications... Ainsi elle ne pouvait rien faire pour l'aider à retrouver son fils ? Mensonge ! Elle le dégoûtait au plus profond de son âme brisée. Jamais une femme ne semblait comprendre ce que ressentait notre ancien tisserand. Jamais aucune ne s'était soucié de savoir que derrière ses yeux rougis par le sang et la vilenie, se tannait un coeur. Une conscience qui n'avait que pour unique raison de se battre que son amour pour son fils. Oui, le ténébreux n'était pas un mauvais homme, simplement un homme avec ses faiblesses qui souhaitait le meilleur pour son garçon. Il était comme pris au piège, enchaîné à un monde qui l'éloignait de la seule personne qu'il aimait. Il souffrait, et cela personne ne semblait le comprendre. Pire encore on ne voulait aucunement l'aider. Voilà ce qui nourrissait sa haine envers les autres, voilà ce qui provoquait tant de colère et de malheurs autour de lui. Voilà pourquoi sa signature sur un papier au côté d'un autre nom laissait sur cette autre personne une empreinte malsaine et malfaisante. Comme la menace qui vous apporte son quotidien de malheurs. Oui, Rumplestiltskin prenait un réel plaisir à faire souffrir les autres, comme on le faisait souffrir lui même. Et il aimait plus encore l'idée de soumettre ses soins particuliers à la petite idiote de fée qu'il enlèverait à son royaume, et plus encore à la meneuse de leur espèce qui serait forcée de répondre à ses attentes. Il était certain que ses actes n'allaient pas la laisser indifférente, il était certain qu'elle tenterait quelque-chose. Mais quoiqu'elle décide cette personne allait être à ses pieds, et cette personne serait la fée bleue !

Après un long silence, Rumplestiltskin cessa de scruter les environs à la recherche de son coursier et dirigea son attention vers Viviane. Bien qu'il eut souhaité en savoir plus sur ces raisons personnelles de prendre part à cette affaire, il avait senti qu'elle n'était pas prête à tout lui dire. Le magicien savait faire don d'empathie avec les autres, c'est ainsi qu'il parvenait à mieux les manipuler. Il se résolu donc à taire pour l'instant la question qui lui brûlait les lèvres et à attendre un meilleur moment. L'occasion viendrait, il en était certain où elle serait un atout majeur dans ses projets... Il la regardât pourrait-on dire avec gentillesse si on ne voyait pas l'expression sadique qui emplissait son regard de bête. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait plus regarder quelqu'un d'un autre air que celui là, il l'avait envahit comme une cicatrice qui vous transforme le visage. Brutalement, et à jamais. Autrement soit dit, il lui exprima un regard attentif...

Vous savez cet homme : Pier, je le connais très bien et je sais exactement à quel usage il a soumit le miroir. Vous pouvez être certaine qu'il n'a subi une seule éraflure. Il sera bien assez puissant pour nous voire passer tous en une seule foi. Mais... Je me demande si vous ne devriez pas prendre un peu d'idromel avant...Sans vouloir vous offenser, vous avez une mine affreuse très chère.

La marche et surtout la nuit qu'ils avaient passé sous le terrible orage les avaient tout deux marqué. Ainsi peut être devraient-il profiter du retard de Tobias pour se ménager un peu plus. Le miroir était un objet magique très puissant mais aussi réputé pour être impitoyable. Ainsi pour l'ouvrir il fallait posséder de puissantes capacités magiques et une force mentale sans détours. Il fallait croire en ses rêves. La solution était là, tout simple mais attention pas si évidente que cela. Aussi puissant soit le ténébreux, il lui était impossible de le faire fonctionner à lui seul. Viviane était là pour ça. Entant que fée, elle possédait le pouvoir qui associé à celui du ténébreux briserait la barrière métallique de l'objet enchanté. La clef était là, aucun des deux n'y arriverait seul, c'est en unissant leurs forces qu'ils pourraient aller dans le pays imaginaire. Mais le voyage ne serait pas sans coût. Le pays des fées, "Neverland" comme elles l'appellent est un royaume imaginaire où personne ne peut vieillir, ni rajeunir. Il est en quelque sorte une bulle de verre sous laquelle des êtres magiques sont enfermés à l'abri du temps. D'après ce que le sorcier en avait entendu dire, le temps passé là bas ne se faisait pas ressentir, mais lorsqu'un habitant de ce royaume "Neverland" venait à quitter sa bulle de verre, il payait le prix fort du temps et se voyait vieillir à une vitesse surprenante. L'idée de voyage n'était donc pas à prendre à la légère ni sans préparation. C'est pour cela qu'il lui tendait sa petite fiole argentée. Elle ne contenait pas un simple sirop de groseilles. C'était la vie qu'il tenait en bouteille. Une vie prévue pour deux, du moins c'est ce qui était convenu...

Mais tendis que la fée avançait sa main vers le subtil mélange des pas assurés et des raclements de gorge se manifestèrent, interrompent leur conversation intimiste. D'un coup d'oeil discret, la demoiselle échangea un regard avec le ténébreux afin de connaitre l'identité de l'importun. C'est avec une vivacité surprenante que l'homme encapuchonnée fut demi tour afin de constater que c'était l'homme qu'ils espéraient. Réellement enthousiaste à la vue du petit tas de couverture qu'il serrait dans ses bras, Rumpelstiltskin rangea discrètement sa fiole dans la poche intérieure de sa cape de voyage avant de le rejoindre à mis course. Son courrier empresser de se débarrasser de sa mission s'attelait tout en marchant à déballer l'objet tant convoité. Fort heureusement l'homme qui espérait beaucoup du miroir n'avait pas vu que son porteur avait manqué de glisser à terre et d'abîmer ainsi le fragile instrument. Tant d'efforts auraient été si vain... Mais nen, fort heureusement c'est bien indemne qu'il éteignit la mains calleuse de son nouveau propriétaire.

C'est un réel plaisir de vous revoir. Je vois que je ne me suis pas trompé de maison. -L'homme afficha un sourire appuyé lorsqu'il saisit le paquet dont les couvertures laissaient à présent apparaître quelques reflets... Merci.

D'un geste sec, il saisit le miroir et laissa choir sans la moindre délicatesse les couvertures dans la boue... Il releva l'objet à la hauteur de son regard, l'objet émit une lumière violacée qui illumina le visage ridé du magicien. Le forçant un bref instant à plisser les yeux, éblouit... C'était une vision étrange de voir un visage que d'ordinaire on voyait si peu. Bien souvent à l'abri de sa capuche, l'homme prenait un net plaisir à ne laisser apparaître que son sourire noir et cruel. Personne ne devait accéder librement à son regard. Ses yeux oui, son seul signe de faiblesse. Le seul endroit dans lequel tout peu basculer en une seule seconde. Malgré toute la terreur qu'il peut inspirer, en de rare occasions c'est à travers ses yeux que l'on aurait pu voir l'homme qui vivait à travers la bête. Fort heureusement jusqu'alors personne n'avait pus. Mais à la lueur violacée qui se diffusait sur ses traits, on pouvait voir qu'il était émut. Il possédait dans ses mains le premier instrument de sa vengeance. Elle commençait dès maintenant, ils étaient prêt. Mieux que ça, ils étaient lancés !...

Il passa un index sur le rebord du miroir, comme s'il essayait de comprendre ce qu'il avait sous les yeux. Il savait pourtant très bien ce que c'était. Mais après tant d'attente, il avait du mal à croire qu'il l'avait bien. Tandis que son regard fixait toujours le balancement des feuilles des arbres de l'autre monde, notre homme se senti pris par un doute. Bien que le chat soit dit futé, il était étrange qu'il soit arrivé en retard et surtout sans la moindre égratignure. Bien qu'il est au premier abord été très admiratif des dons de l'homme félin, à présent c'est avec quelques regrets qu'il se laissait emporté par plusieurs soupçons. Cela sentait mauvais. Bien que notre ami ne soit pas reconnu pour sa propreté délicate, il était capable de sentir une odeur nauséabonde lui pendre au nez. Vous savez cette étrange impression qui vous fait dire : "Stop ! Ça pue le coup foireux !" Hé bien voilà en d'autres termes ce que Rumpl songeait à présent. Inquiété de voir Tobias si confiant voir trop prompt à se débarrasser de l'instrument. C'était comment dire : trop rapide. Tournant son regard vers la source de ses tourments, il fronça un sourcil. Fait qui grâce à la lueur du miroir n'échappa pas au jeune garçon.

J'oserais espérer qu'après tant de facilités notre accord ne subira aucunes complications inattendues. Il faisait référence aux nombreux gardes de Pier qui auraient pu suivre les traces du voleur... Sans être capable d'imaginer que ces craintes soient aussi justifiés à l'instant même où deux yeux dans un buisson les observaient depuis quelques minutes... Confiant pour quelques instants le miroir à la fée afin qu'elle le prépare à leur étrange manipulation, mais aussi pour qu'il puisse s'adresser au porteur en privé.. Rumpelstiltskin s'approcha de Tobias et le pris à l'écart afin de faire le point. Venant sans le savoir ce placer juste à côté de Whale/Frankenstein...

Maintenant, je compte sur vous pour garder tout ceci pour vos bêtes et personne d'autre. Sachez que quoi que vous me demandiez j'y concéderais à la condition que de mon côté mes projets ne se trouvent pas contrarier par votre faute. Nous l'avions convenu ensemble je vous rappel : aucun de nous deux ne devras piéger l'autre. N'est-il pas ?
avatar



Invité
L'heure de la vengeance a sonné. Acte 1
Jeu 28 Fév 2013 - 10:56

 
    


ElliotRP Groupé

U ne chose était certaine. Bien que l'orage fût maintenant terminé depuis un bon moment, l'ambiance restait électrique. De toute évidence, le Chat était attendu avec impatience. Il devait bien le reconnaître, voir le Ténébreux en si charmante compagnie avait quelque chose de cocasse. Il se serait volontiers fendu d'une remarque assassine, mais craignait un tantinet les conséquences de ses bons mots en présence de Rumpelstiltskin. Aussi s'abstient-il. Il se contenta de rendre son sourire à la jeune femme qui lui faisait face. Techniquement, Tobias n'était pas à considérer comme un Don Juan, mais la chose lui procurait néanmoins un certain plaisir. Il aimait à comparer l'excitation provoquée par les jeux amoureux à la bouffée d'adrénaline qu'il ressentait à chacun de ses mauvais tours. Même si la récompense était tout autre, la satisfaction était toujours au rendez-vous. Finalement, tout cela n'était-il pas qu'un jeu de dupe ? Il ne se gêna donc pas pour scruter des pieds à la tête la jeune femme, cherchant à saisir qui elle pouvait bien être. Bien qu'elle fût tout à fait ravissante, il sentait néanmoins émaner de sa personne une puissance terrifiante qui dans une tout autre situation lui aurait fait détourner le regard. Mais en cet instant précis, cela lui était tout simplement impossible.

C'était sans compter sur l'intervention de Rumpelstiltskin. Le Ténébreux l'avait remercié et venait de se saisir du miroir d'un geste brusque. Ce mouvement soudain et vif fit sortir Tobias de sa torpeur et bondir son cœur. L'espace d'un instant il crut qu'il avait échappé le miroir. Cette simple perspective provoqua chez le jeune homme une profonde nausée. Mais rapidement effacée par le puissant soulagement de se sentir enfin débarrassé de son fardeau. Dorénavant, ce qui pourrait arriver au miroir n'était plus son affaire. Il avait accompli sa part du marché, la suite ne le concernait pas. Le Ténébreux pouvait bien faire ce qu'il voulait de cette breloque, il n'en avait rien à faire. Il se sentait extrêmement léger et ne pouvait contenir le sourire satisfait qui envahissait son visage tandis qu'il regardait le Ténébreux étudier avec attention le miroir. À présent, tout cela n'était plus son problème. Mais alors, pourquoi sentait-il ses tripes se nouer soudainement ? Il tenta bien de chasser les mauvaises pensées de son esprit, mais c'était plus fort que lui. Il avait regardé le miroir, avait vu ce qu'il cachait. Ce monde étrange, luxuriant, et pourtant si paisible.

La curiosité était un bien vilain défaut. Encore une fois, le Chat en faisait la douloureuse expérience. Il savait que tout devait s'arrêter maintenant, qu'il était temps pour lui de réfléchir à sa récompense. Il aurait dû saluer tout le monde et rentrer chez lui. Mais non, il voulait savoir. Qu'allait faire le Ténébreux de ce miroir ? Qu'était-ce que ce monde étrange ? Que venait faire la femme dans tout cela ? Les questions lui brûlaient les lèvres. Cependant, il savait pertinemment qu'elles seraient malvenues. Sa tâche était terminée. Alors, pourquoi continuait-il à se torturer ainsi l'esprit ? À vrai dire, il avait ressenti pour le royaume au-delà du miroir une profonde sympathie. C'était tellement différent de ce qu'il connaissait, et pourtant. Son attachement avait été immédiat. Et si le Ténébreux souhaitait détruire ce monde ? Devait-il l'en empêcher ? C'était absurde. Il ne pourrait rien faire contre Rumpelstiltskin. Il n'était que le Chat Botté. Insignifiant face à la puissance du Ténébreux. Mécaniquement, il enfouit ses pensées altruistes au fin fond de son esprit. Il y avait longtemps qu'il s'était juré de ne plus se mêler des affaires du reste des mortels. Cela ne lui apportait que des ennuis. Tant pis pour les habitants du monde inconnu. Ils se débrouilleront seuls avec les désirs de Rumpelstiltskin.

À cet instant, il remarqua que la « joie » du Ténébreux s'était effacée au profit d'un regard des plus soupçonneux. Tobias savait pertinemment qu'il en était la cible. Pourtant, il s'arrangea pour ne rien laisser paraître de l'angoisse que pouvait lui inspirer  Rumpelstiltskin. Il comprit que le Ténébreux s'inquiétait de possibles complications. D'un revers de la main, Tobias balaya les craintes de l'homme.

Je sais ce que je fais, ne vous inquiétez pas. Vous n'avez rien à craindre du vieux. Je m'en suis occupé...

Tobias dévoila alors un large sourire satisfait. La confiance et l'autosuffisance illuminaient son visage. Il était sûr de son fait. Pier ne pourrait rien contre eux. Bien sûr, il avait dévoilé son identité. Mais avec l'expérience, le Chat était devenu un maître dans l'art de disparaître. Même si sa fuite avait été particulièrement rapide, il avait pris les précautions nécessaires. Durant sa folle course à travers la campagne il s'était assuré de ne pas être suivi et, une fois entré dans la forêt, c'était certain, il avait distancé tout poursuivant éventuel. Et puis, même s'il acceptait de reconnaître qu'il aurait pu être plus soigneux dans ses déplacements une fois dans les bois, au fond de lui il savait que Pier ne serait pas un souci pour l'instant. Non, vraiment, Rumpelstiltskin n'avait rien à craindre de ce côté. Malgré tout, Tobias ne pouvait s'empêcher de trouver la réflexion du Ténébreux particulièrement vexante. Après tout, ce n'était pas pour rien qu'il l'avait engagé. Avait-il l'air d'un amateur ? Certainement pas. Sa réputation n'était plus à faire. Et par le passé le Chat avait eu à affronter des dangers bien plus terribles qu'un vieillard suspicieux. Assurément, en cet instant précis le Chat était particulièrement fier de lui. Et tout son être transpirait cette insolente arrogance qui pouvait le caractériser par moments.

Toutefois, cela ne sembla pas impressionner le Ténébreux qui se débarrassa du miroir et l’entraîna à l'écart. Autant de proximité avec ce dangereux personnage était pour Tobias tout à la fois particulièrement gratifiant et dérangeant. Le jeune homme avait toutes les peines du monde à résister à la tentation de dévisager Rumpelstiltskin. Ce visage monstrueux l'horrifiait et pourtant provoquait chez Tobias une certaine admiration. Quelle étrange créature vraiment. Il se demandait bien comment le Ténébreux était devenu le Ténébreux, mais se garda de poser la question. Peut-être que Rumpelstiltskin accepterait de répondre, mais il n'était pas certain d'apprécier la réponse. Il pressentait que derrière ces terribles pouvoirs se cachaient des motivations terrifiantes et d'épouvantables sacrifices. Ce n'était pas ses affaires, aussi se limita-t-il à écouter ce que le Ténébreux avait à lui dire.

C'était vrai, il était temps de penser à sa récompense. Le Ténébreux précisa ses conditions. Mais il n'était même pas venu à l'esprit de Tobias qu'il pouvait tenter de doubler Rumpelstiltskin. Même si cela faisait partie de sa nature, il accordait une trop grande importance à sa propre vie pour tenter quoi que ce soit dans ce sens. Aussi oublia-t-il cette simple pensée aussi rapidement qu'elle était venue. Et puis, de toute façon, le Ténébreux n'était qu'un court épisode de son existence, il n'y avait donc aucune raison que son souhait lui porte atteinte. Non, c'était vers une autre personne que ses désirs de vengeance se dirigeaient. Le Chat n'avait pas oublié, et il savait que tant que l'affreuse créature qui se cachait dans les bois serait vivante, la forêt et ses habitants ne seraient pas totalement à l’abri de ses actions insensées.
Rassurez-vous Ténébreux, je n'ai aucunement l'intention de vous piéger. Ma colère est destinée à quelqu'un d'autre...

Son air était grave et concentré. Tant d'idées de châtiments possibles lui traversaient l'esprit qu'il lui était difficile de choisir. Il pouvait demander au Ténébreux que son ennemi soit transformé en chat sylvestre, mais cela aurait été un trop grand honneur. Il pouvait chercher un moyen de le condamner à mille et un tourments, mais il lui fallait alors quelque chose de vraiment spécial. Il pouvait très bien se salir les mains lui-même, mais il savait que ce que le Ténébreux pourrait lui offrir serait bien meilleur.

Je suis vraiment désolé de vous faire attendre pour honorer votre part du marché, mais je ne suis pas encore sûr de ce que je veux. Cependant, soyez certain que vous serez le premier à connaître mes désirs. Maintenant, je crois qu'il est temps pour moi de vous laisser. J'imagine que vous avez un tas de choses à faire avec ce miroir...

Le jeune homme s'inclina élégamment dans le but d'effectuer une révérence, geste inattendu de sa part. Au fond de lui, il devait bien le reconnaître, il était plutôt satisfait d'avoir pu se mêler à ce curieux projet dont finalement il ne savait rien. Mais il avait le sentiment que sa tâche avait été essentielle. L'air de rien, il aimait le travail bien fait et sa part du contrat avait été un sans-faute. Il espérait juste que maintenant Rumpelstiltskin ne lui jouerait pas un mauvais tour et effectuerait également sa part du travail en temps voulu. Tobias avait entendu plus d'une fois les récits des pièges tendus par le sorcier, et il espérait bien ne pas tomber dedans. Mais il n'y avait aucune raison pour que cela arrive. Il avait été honnête, un contrat les unissait, et le Ténébreux respectait toujours ses contrats. Maintenant, il fallait que le jeune homme soit prudent dans ses souhaits. Il savait très bien que la magie noire du Ténébreux était capricieuse et pouvait se retourner contre lui facilement. D'ailleurs, c'est pour cela qu'il avait commencé mentalement l'élaboration d'une liste de souhaits possibles. Il ne lui restait plus qu'à la poser sur papier afin d'étudier méticuleusement chaque point et peser les pour et les contres.

C'était en partie pour cela qu'il était assez pressé de rentrer chez lui. Depuis qu'il avait apposé sa signature au bas du contrat, le Chat n'avait pas eu un moment de répit. Et une chose était certaine, pour ce genre de décision rien ne valait un bon feu réconfortant et un chat qui ronronne sur vos genoux.  Car, même s'il adorait l'aventure, le Chat devait reconnaître qu'il avait un petit côté casanier. Cela lui avait pris tellement de temps pour trouver un lieu où il se sente enfin chez lui qu'à présent il avait parfois du mal a en rester éloigné. Il savait pertinemment que la forêt pouvait très bien se débrouiller sans lui. Mais en même temps, il ressentait toujours ce petit pincement au cœur qui lui rappelait qu'il était temps de rentrer. Aussi décida-t-il que l'heure était venue et s'apprêta à tourner les talons. Cependant, il jeta un dernier regard à la jeune femme qui accompagnait Rumpelstiltskin. Non, vraiment, voir une si charmante personne auprès d'une si hideuse créature était surprenant. Toutefois, elle n'avait pas particulièrement l'air d'être là contre sa volonté. Le Chat savait très bien que les apparences pouvaient être trompeuses. Aussi douce avait-elle l'air, si elle s'était associée à Rumpelstiltskin ce n'était pas particulièrement bon signe. Il lui adressa cependant un rapide signe de la tête ainsi qu'un léger sourire et s'éloigna rapidement des lieux.

La forêt semblait des plus paisibles malgré le complot qu'elle abritait en son sein. Elle devait être habituée à voir ce genre de contrat se nouer. Toutefois, Tobias ne pouvait s'empêcher de trouver l'air particulièrement lourd à mesure qu'il s'éloignait du lieu de rendez-vous. Il savait très bien ce que cela signifiait, mais ne voulait pas l'écouter. Lorsque son instinct l'avertissait, il avait parfois l'envie d'appuyer sur un bouton pour que cela s'arrête. Mais s'était impossible. Aussi s'arrêta-t-il et prit une grande bouffée d'air. Quelque chose lui avait échappé. Trop absorbé par sa rencontre avec Rumpelstiltskin, il n'avait pas été assez attentif. Il devait faire demi-tour. Mais il n'en avait pas envie. Tout ce qu'il désirait maintenant s'était de s'allonger au chaud et enfin retirer ses bottes trempées. Cependant, il savait que si quelque chose arrivait, quelque chose qu'il aurait pu prévenir, le Ténébreux pourrait l'en tenir pour responsable. Le sorcier n'était pas réputé pour son bon caractère et sa mansuétude.

Le Chat avait tous ses sens aux aguets mais il était maintenant trop loin pour sentir quoi que ce soit. Avec beaucoup de calme, il ferma les yeux et tenta de se remémorer la scène afin de comprendre ce qui lui avait échappé. Il revoyait la jeune femme, Rumpelstiltskin, le miroir, la forêt. Mais pas seulement. Il sentait quelque chose d'autre, quelqu'un. Oui, c'était ça. Ils n'étaient pas trois au rendez-vous, mais quatre. Rumpelstiltskin était-il au courant ? Ce n'était pas certain. Le Chat devait agir, vite. Il n'avait aucune idée sur l'identité de l'étranger tapis dans les bois, mais tout son être l'avertissait que cela n'était pas bon pour lui. À pas feutrés, il retourna fit marche arrière, usant de toute son astuce pour être aussi discret que possible. Tobias allait devoir être particulièrement malin cette fois afin de tourner les choses à son avantage. Il ne lui restait que quelques centaines de mètres à parcourir jusqu'au lieu de rendez-vous. Il savait que c'était de sa faute, il s'en voulait de ne pas avoir été plus prudent lorsqu'il avait pénétré dans les bois. Encore une fois, son trop-plein de confiance lui avait encore joué un vilain tour. Il était tellement impatient de se débarrasser du miroir qu'il n'avait même pas imaginé qu'on pouvait le suivre. Mais il allait régler cela. Comme toujours.
avatar



Invité
L'heure de la vengeance a sonné. Acte 1
Dim 3 Mar 2013 - 18:04

 
    


FrankensteinRP Groupé

D epuis ma mésaventure avec le botté, j’avais changé ma tenue quand j’étais dans la forêt, j’avais opté pour une tenue qui me permettaient des gestes plus souples. Ma tenue de médecin n’était effectivement pas des plus appropriée, le tissu fait de coton rigide, protégeait utilement des produits lors des expériences mais ne permettait pas des mouvements sortant de l’ordinaire. Je bénissais ma tenue cette nuit, le tissu moins épais n’entravait pas mes mouvements. Je réussis à suivre le botté en étant le plus discret possible. Vraisemblablement j’avais fait des progrès car à aucun moment il ne se retourna ou s’arrêta pour vérifier qu’il était suivi ou alors sa mission était telle qu’elle prenait tout l’espace dans sa cervelle de moineau.
Je souriais intérieurement de me sentir le chat et qu’il soit la souris.
Je me tapis dans un fourré alors qu’il arrivait à destination, se débarrassant bien rapidement de l’objet qu’il portait, à croire que ce dernier lui brulait les mains. Il échangeait des mots avec le ténébreux mais j’étais trop loin pour les entendre. Je regardais comment me rapprocher quand je les vis bouger et venir vers moi, Rumplestiltskin et le botté.
J’ai reculé instinctivement au risque de me dévoiler alors que pour l’instant tout se passait bien. Ils étaient si proches de moi qu’ils auraient pu entendre mon cœur qui battait comme un fou dans ma poitrine. Les décharges d’adrénalines alertaient tous mes sens pour la survie, je m’aperçus que je retenais ma respiration, je tentais de la reprendre le moins bruyamment possible en ouvrant grand la bouche, ils ne semblaient pas vouloir partir de suite et je ne pouvais rester ainsi sans respirer.
Je repris donc ma respiration tout doucement, priant qu’ils ne m’entendent pas. S’ils arrivaient à me découvrir je pourrais bien périr sans avoir le temps de m’expliquer.

J’entendis le Ténébreux menacer le botté si leur affaire ne se tournait pas comme il avait prévu. Une idée commençait à germer dans ma tête, je tenais peut être enfin ma revanche sur ce maudit chat botté. L’échec cuisant qu’il m’a fait subir était encore très frais à ma mémoire. Je ne comprenais d’ailleurs pas l’alliance de ces deux êtres, c’était pour le moins déconcertant. Le chat botté si prompte à s’en prendre à ceux qui font du mal aux animaux, que faisait-il avec le Ténébreux, personnage que la mort même des humains importait peu, je ne comprenais pas ce que l’un pouvait apporter à l’autre, pour moi ils ne pouvaient avoir un but commun qui expliquait cette union.
J’allais aussi, par la même occasion pouvoir démontrer au Ténébreux que la magie ne pouvait pas tout.
Mais pour cela il fallait que je me découvre et j’hésitais encore.

L’autre inconnue était la femme, devais-je m’en inquiéter ou non ?
Etait-elle dangereuse ? Plus ? Moins que Rumplestiltskin ?

L’objet qu’elle tenait entre les mains attira aussi mon attention, il suscitait chez moi la curiosité du scientifique. Je n’avais pas encore réussi à faire revenir mon frère d’entre les morts, du moins la dernière tentative n’avait pas eu la couleur escomptée. Mais j’étais sûr que je pouvais trouver ici la dernière pièce du puzzle qui me manquait. Donc je devais connaitre tout, cela nécessitait quelques efforts de ma part.

Cet objet, serait-il cette dernière pièce ? Je ne pouvais pas passer à côté d’une occasion.
Ma décision était prise, je devais prendre part à cette aventure.

Le botté prenait congé, j’attendais un peu qu’il soit suffisamment loin et en prenant un air sûr je sortais du buisson où je me tenais doucement et d’une voix doucereuse :

Quelle drôle d’idée de s’adjoindre les services de cet homme quand on veut qu’une affaire reste secrète.

Je scrutais la réaction de Rumplestiltskin ainsi que celle de la femme. Le risque était grand, mais je sentais qu'il en valait la chandelle et je comptais sur l'effet de surprise pour ma survie.
avatar

❥❥❥ Admin❥❥❥
❥ Auteur : Pepsy
❥ Statut : En Activité
❥ Messages : 365
❥ Rubis : 0
Espace vide
∂6 Monde : Fairytale
∂6 Identité : Rumpelstiltskin, La Bête, Le Crocodile
∂6 Clan : Clan du Mal
∂6 Profession : Prêteur sur gages et Marchand d'antiquités
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Charlotte
ஐ Avatar : Robert Carlyle

Voir le profil de l'utilisateur
L'heure de la vengeance a sonné. Acte 1
Mar 5 Mar 2013 - 22:14

 
    


RumpelstiltskinRP Groupé

U n craquement sec d'une brindille se fit entendre, laissant nos deux amis faire un silence suspendu... Le Ténébreux, qui avait un oeil très furtif, balaya les environs sans qu'il ne puisse voir un intrus. Mais ce qu'il ignorait justement c'est que la menace était si prêt de lui, qu'il ne pouvait l’apercevoir sans abaisser le regard... Mais il la ressentait. Une étrange tension enveloppait tout son être, comme si on le fixait. Peut être était-ce sa trop grande envie que tout les évènements de la journée se déroulent pour le mieux qui le rendait plus nerveux, voir paranoïaque ? Mais pourtant, il n'avait rien à craindre. Il avait élaboré avec toute son éternelle rigueur. Rien ne pouvait lui échapper, rien ne pourrait le surprendre. En deux jours à peine, il en avait appris plus que quiconque sur le monde de Nerverland et sur les étranges petites créatures qui l'habite. Oui, le pays des fées n'avait maintenant plus rien d'imaginaire, c'était une réalité. Une réalité qu'il touchait du bout des doigts... Un coup d'oeil vers sa compagne, qui adossée à un arbre se concentrait sur le miroirs magique parvient à le tranquilliser. Il n'avait rien à craindre. Ils étaient prêt. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres fines et sèches tandis qu'il retourna la tête en direction de Eliott. Avant qu'il soit interrompu, le jeune garçon très sur de lui avait assuré qu'ils ne subiraient aucune menace de Pier. Tout allais pour le mieux donc. Il fallait se détendre,tout ses doutes devaient être du à sa hâte de passer dans l'autre monde. Il ne restait plus qu'à faire cas de patience. Oui, Viviane ne pouvait pas ouvrir le passage avant le déjeuné... Retournant donc son attention vers le jeune homme, il l'entendit dire qu'il en voulait à quelqu'un d'autre. C'est avec une légère surprise, confondue au milieux de beaucoup de curiosité que le ténébreux esquissa un plus ample sourire, tout en remuant les doigts comme une araignée tisserais sa toile imaginaire...

Vraiment ?... Vous devrez donc me dire de qui il s'agit afin que je puisse agir a proprement parlé.

Tenta-t-il dans une manière déguisée de lui soutirer plus amples informations. Mais l’instinct félin de ce drôle d'animal ne se laissa pas surprendre. Et c'est sans quitter son assurances que ce dernier lui avoua souhaiter d'avantage de temps à réflexion sur sa requête. Le sorcier noir, ne savait pas vraiment s'il devait prendre la nouvelle comme un compliment envers ses talents, ou comme une menace de se voir réduit à faire une chose qui lui s'opposerait à ses valeurs propres... La destruction ne pouvait être faite que vers les injustes. Il fallait en quelque sorte mériter que notre homme se déplace pour vous... Il fallait lui imposer un défis à sa hauteur. Le ténébreux n'avait pas de temps à perdre. Que cela soit à cet instant précis, ni après cette journée. "Le chat" l'avait bien compris aussi préféra-t-il s'éclipser après de brèves salutations bien humbles et respectueuses. Sous la capuche, l'homme au sourire noir apprécia grandement sa manière de lui faire ses adieux, ce gas était semblait-il impressionné, et savait accorder le respect qu'il lui devait. Cette juste reconnaissance auprès des autres, était suffisamment rare pour être appréciée par Rumpelstiltskin. Regardant s'éloigner son porteur avec une légère nostalgie, l'homme n'ajouta rien et préféra faire le point en son esprit sur ses projets...

L'ombre noire du sorcier demeurait comme penchée sur ses songes lorsqu'une autre silhouette se dessina juste derrière lui. Se manifestant dans un art visiblement étudié. Bien que l'importun est adopté une voix doucereuse, elle causa chez notre ami un vif sursaut de surprise. La silhouette encapuchonnée tenta de reprendre sa contenance avant de faire face à son adversaire. Rumpl, plus que tout autre personne, détestait les surprises. Et encore moins aujourd'hui. Ses yeux se dilatèrent à la vue du visage de l'autre homme. Le ténébreux le connaissait, mais n'arrivait pas à comprendre la raison de sa présence. Whale n'avait rien d'habituel au tumultueux paysage des contes. C'était une créature très différente qui conservait une grande part d’incrédulités au regard du dark one. Il avait autrefois tout ignoré de la magie, et avait encore beaucoup à en apprendre, rien n'en était moins sure ! Au fond déjà, l'homme ne le portait pas dans son coeur, de cet être que le temps n'enfermait pas dans ses barrières, émanait comme un malaise. Le malaise justement le regardait avec un sourire mauvais. Il évoqua Eliott... Ainsi c'était à cause de lui qu'il était là ?!... Le sourire que le Ténébreux avait autrefois esquisser de bonheur disparue totalement de son visage. Il sembla changer quelque peu de couleurs, se couvrant de rouge... Il souhaita adresser un premier jet de paroles bien senties à se dernier mais fut arrêté par la jeune femme qui s'était déjà avancée, le miroir toujours en main... D'un air encore plus sévère qu'auparavant, elle s'adressa à lui d'une manière virulente.

" Je ne crois pas que nous ayons étés présenté... C'est si amusant de vous voir apparaître comme par magie. Tel un petit rongeur qui aurait trouvé de quoi se mettre sous la dent... " Un sourire encore plus mauvais se dessina à son tour sur son visage. Le trio ne donnait ainsi pas un spectacle très agréable, plutôt une vision de calme avant la tempête. Viviane, n'attendait qu'un geste de la part de Rumpelstiltskin pour lui sauter à la gorge. Rumpelstiltskin, lui se laissait plonger dans la fureur. Une rage pas totalement dirigée contre l'homme de science, mais plus contre celui qui venait de les quitter...
" Et peut on savoir comment vous êtes arrivés là ? Auriez-vous oubliez de m'annoncer son invitation Rumpelstiltskin ? "

Afin de faire la lumière sur les questions qui à la manière de Viviane, inquiétait son esprit, le Ténébreux prit la parole. Il était peut prompt à accueillir cette personne dans ses projets. Or Whale, semblait avoir entendu ses précédents mots avec le chat. Il n'en pouvait être autrement, il s'était tenu juste à côté... ! Il en savait désormais trop, pour être écarter de l'affaire. Prenant cette nouvelle avec une très désagréable humeur, Rumple se promis d'aller trouver le botté pour lui faire payer son imbécillité. Tous ces plans étaient remis en jeu. Un jeu dont Whale souhaiterait forcément faire parti. Cela faisait bien longtemps qu'ils se connaissaient tout deux et le ténébreux savait parfaitement à qui il se confrontait.

Whale, en voilà une surprise... Ainsi nous aurions une connaissance commune... Reste à savoir ce que à présent tu espères de moi ... Comme tu as pus le voir, il ne s'agit ici que de magie, et je doute que cela t'attire aujourd'hui plus que par le passé, n'estce pas ?... Alors dis moi, qu'espère tu maintenant au juste ?
À la fin de ses mots, tentant de retrouver son sang froid, notre ami fit geste à sa collaboratrice de rester calme.
avatar



Invité
L'heure de la vengeance a sonné. Acte 1
Sam 9 Mar 2013 - 18:34

 
    


ElliotRP Groupé

D e toute évidence, la Forêt Enchantée n'appréciait pas particulièrement l'étrange conspiration qui se nouait en son sein. Les êtres vivants qui peuplaient la forêt avaient déserté les lieux. Cerf, lapin, oiseau, aucun ne montraient signe de vie. Tobias ne savait pas si cela était imputable à la présence du Ténébreux. Mais de son propre ressenti, il savait que Rumpelstiltskin n'attirait pas particulièrement la sympathie des êtres à sang chaud. Toutefois, l'absence de vie aux alentours compliquait la tâche du Chat. Il espérait bien retourner au lieu de rendez-vous avec le plus de discrétion possible, afin de découvrir la nature de l'étranger qui avait mis en alerte ses sens. Pour cela, il usait de toutes ses connaissances en matière de déplacement en milieu forestier. Chacun de ses pas était mesuré et étudié. Il prenait grand soin de ne pas marcher sur un sol glissant ou une branche cassante. Après tout, il était supposé s'être effacé. Il n'était pas certain de la réaction du Ténébreux si celui-ci le découvrait en train de les espionner.

Si seulement son sixième sens bien particulier ne l'avait pas alerté, il serait déjà en route pour sa petite maison au cœur de la foret. Le cœur léger, à réfléchir à sa récompense. Mais voilà, ce redoutable instinct existait, et il lui était impossible de l'ignorer. Il ne saurait dire quand il avait fait son apparition exactement, c'est comme s’il avait toujours été là. Ses manifestations étaient diverses, mais elles le prenaient toujours aux tripes. L'obligeant à voir parfois ce qu'il préférait ignorer par facilité. Cela commençait toujours par une étrange sensation physique. Quasi indécelable. Comme un courant d'air qui vous traverse. Cependant, avec le temps et l'expérience, le courant d'air se transformait peu à peu en bourrasques dévastatrices. Probablement parce qu'il y était devenu beaucoup plus sensible. Ensuite venaient les autres manifestations physiques. Les poils qui se hérissent, le cœur qui se met à battre plus rapidement, la température qui s'élève, l'estomac qui joue au yoyo. Autant de signes pour alerter Tobias que quelque chose allait se produire et qu'il était temps de s’intéresser à tous ses sens. Effectivement, Tobias avait alors l'impression que son ouïe, sa vue, son odorat étaient bien plus efficaces que d'habitude dans ces moments, il pouvait percevoir par tous les pores de sons êtres les microscopiques perturbations de l’atmosphère. Une présence, une odeur, un souvenir. Tout cela devenait alors évident pour le Chat. Ce n'était pas forcément précis. Mais il savait que quelque chose devait attirer son attention. Alors, il cherchait à tout prix à découvrir quoi. C'est pourquoi à présent il n'avait d'autres choix que de revenir sus ses pas.

Et il ne le regretta pas. Rumpelstiltskin et la mystérieuse femme avaient été rejoints par une vilaine petite souris. Whale se tenait là, discutant calmement avec le Ténébreux. À vrai, il n'y avait rien de surprenant à ce qu'ils se connaissent. Whale devait être le genre de curieuse personnalité que le célèbre sorcier aimait à connaître. Cependant, sa visite ne semblait pas prévue. Était-il possible que le triste sire l'ait suivi ? Il regrettait maintenant amèrement sa négligence. S'il avait tranché la gorge de ce vilain personnage à leur rencontre, il n'en serait pas là. Il avait été naïf de croire que la correction infligée à Whale allait suffire à le tenir à l'écart. Il était pourtant au courant que la clémence était un luxe qu'il ne pouvait se permettre. Assurément, son adversaire allait tenter de lui nuire auprès du Ténébreux. Le Chat ne pouvait pas laisser cela arriver. C'était comme signer son arrêt de mort. Inconcevable pour le jeune homme. Il n'était pas encore décidé à tirer sa dernière révérence. Dans tous les cas, le Ténébreux n'allait pas apprécier ce retournement de situation, c'était certain. Tobias crut déceler une certaine colère assombrir son visage. Ce n'était pas bon signe du tout. Il n'osait imaginer le sort que Rumpelstiltskin lui réservait dorénavant. Il devait à tout prix trouver une solution pour sauver sa peau de chat.

Pour cela, il avait bien une idée. Encore une de ces entourloupes farfelues qui peuplaient son esprit tordu. Ce n'était pas certain que cela fonctionne cependant. Car Rumpelstiltskin était un être bien plus malin que la moyenne, il ne serait pas simple de le flouer. Mais Tobias pouvait essayer. Il devait impérativement retourner la situation à son avantage s'il voulait éviter mille et une tortures. Pour cela, il devait faire croire qu'il avait connaissance des liens entre le Ténébreux et Whale et que tout était prévu depuis le début. C'est pourquoi il avait laissé l'homme s'approcher. Il voulait qu'il soit présent pour pouvoir réclamer sa récompense. Car c'était contre lui que le Ténébreux devait user de sa magie pour honorer sa part du marché. Or, sachant que les deux hommes se connaissaient, Tobias ne voulait pas craindre un refus du Ténébreux. C'est pourquoi il avait laissé Whale venir à eux, afin d'être sûr et certain qu'il aurait sa récompense.

Non, c'était idiot, Rumpelstiltskin n'avalerait jamais de telles couleuvres. Afin de faire passer son mensonge, le Chat devait y mêler un peu de vérité. C'était le seul moyen d'être convaincant, il le savait. Il devait reconnaître qu'il avait été suivi à son insu, même si cela lui coûtait. Il devait avouer sa défaillance à ce niveau, mais promettre que cela ne se reproduirait pas et qu'il avait une solution efficace pour régler tout cela. Maintenant que Whale s'était jeté dans la gueule du loup, il y avait deux possibilités. Soit Tobias mettait fin à ses jours, et tout était réglé, soit le Ténébreux acceptait de remplir sa part du contrat et transformait l'homme en idiot du village. Ainsi, tout le monde était content. Les plans Rumpelstiltskin pouvaient reprendre et Tobias pouvait jouir jusqu'à la fin des temps de voir son terrible adversaire réduit à l'état de légumineux. Le Ténébreux ne pouvait lui refuser.

Il était temps pour le Chat de mettre à exécution ses plans. Il s'était rapproché suffisamment du petit groupe pour pouvoir percevoir très clairement la fin de leur conversation. Il se trouvait juste derrière Whale. C'est bien ce qu'il espérait, le Ténébreux n'était pas ravi de la présence de Whale. Tobias devait s'appuyer dessus pour parvenir à ses fins. Il caressait avec tendresse le pommeau de son épée. Sous peu, elle allait devoir se montrer utile. Sans faire de bruit, il la sortit de son fourreau et se releva doucement. Pour l'instant, il était encore dissimulé par les broussailles et branchages environnants. Il n'avait plus qu'un pas à faire pour saisir sa chance de se tirer de ce pétrin. Avec beaucoup d'assurance, il sortit calmement de sa cachette et s'avança vers Whale en silence. L'homme lui tournait le dos, c'était un avantage. Sans montrer la moindre crainte, Tobias leva son épée et positionna la pointe de la lame contre la colonne vertébrale du savant. Il appuya très légèrement. Pas assez pour blesser l'homme, mais suffisamment pour entailler le délicat tissu qui constituait la tenue de Whale.

Whale, je te déconseille fortement de tenter quoi que ce soit. Sauf si tu n'es pas dérangé par l'idée de passer le restant de tes jours en chaise roulante.


C'était tellement tentant, il le tenait à sa merci. Un simple mouvement du poignet et le voilà définitivement débarrassé de la vilaine souris. Il aurait dû le faire depuis bien longtemps, cela lui aurait évité bien des soucis. Mais le Chat était conscient que ce n'était peut-être pas ce qu'attendait Rumpelstiltskin. Aussi, retenait-il son geste. Il regarda le Ténébreux avec un petit sourire au coin des lèvres. C'était le moment d'être convaincant.

Je m'excuse de ce désagrément, il est vrai que j'ai sous-estimé cet individu. Mais au moins, la possibilité d’honorer votre part du marché vous est donnée. Voilà donc l'homme qui provoque ma colère. Mais il me semble que vous vous connaissez... Aussi, pour me faire pardonner mon imprudence, voilà ce que je vous propose. Je peux tout de suite nous débarrasser de ce triste personnage. Ou vous acceptez d'user de votre magie pour m'assurer que jamais plus il ne pourra nuire à mon existence.

C'était un marché plutôt honnête à vrai dire. Tobias était conscient des enjeux. Depuis leur rencontre, il avait été à de nombreuses reprises submergé par la haine que lui inspirait Whale. Il s'en voulait de ne pas s'être occupé de son cas définitivement. Il craignait sans cesse que le savant reprenne ses exactions au cœur de la forêt. Tout semblait les opposer. Le Chat ne voyait en James Whale qu'un poltron sérieusement dérangé qui représentait un véritable danger pour la population de son monde. Il ne pouvait pas vraiment décrire ce qu'il ressentait à l'égard de son ennemi, mais c'était viscéral. À l'instant où il avait compris ce dont était capable l'homme pour atteindre ses objectifs, Tobias avait su qu'il était de son devoir de tout faire pour contrecarrer ses plans. S'il voulait pouvoir continuer à se regarder dans une glace, il savait qu'il devait faire tout son possible pour arrêter les délires scientifiques de l'homme.

Toutefois, l'intervention de Rumpelstiltskin compliquait un peu les choses. Et si le Ténébreux avait pris Whale sous sa protection ? Le Chat devrait se rendre à l'évidence. Il était impuissant face à Rumpelstiltskin, c'était un fait. Ils avaient beau avoir signé un contrat, l'homme l'avait prévenu que Tobias ne pouvait utiliser son souhait pour nuire à ses intérêts. Mais il était surprenant que le Ténébreux puisse avoir un quelconque intérêt pour Whale. Ou alors, c'était peut-être ces étranges machines qui avaient intéressé le sorcier. Ainsi, si le savant venait à disparaître, Rumpelstiltskin pourrait se les approprier. Dans ce cas, tout serait pour le mieux. Mais Tobias savait qu'il ne fallait pas trop se bercer de faux espoirs. Pour le moment, il espérait juste être encore vivant à son prochain battement de cils.
avatar



Invité
L'heure de la vengeance a sonné. Acte 1
Dim 10 Mar 2013 - 15:49

 
    


FrankensteinRP Groupé

C e ne fut pas Rumpelstiltskin qui prit la parole en premier, il se la fit couper par la femme qui me toisa de haut et me compara à un minuscule rongeur. Elle voulait connaitre mon nom et comment j’étais arrivé ici.
Mon entreprise de savonnage de planche, notamment celle du chat botté pouvait continuer.
Mon nom ne vous dira pas grand-chose.

Je m’avançais néanmoins pour lui permettre de détailler mon visage à la lueur du miroir et lui baiser la main tout en faisant une courbette, la galanterie pouvait parfois ouvrir bien des portes chez la gente féminine.
Docteur James Whale, chercheur scientifique, et vous belle dame ?
La femme n’eut pas le temps de reprendre la parole, le ténébreux l’ayant prise. J’esquissais un sourire en me relevant et en me tournant vers le ténébreux alors qu’il prononçait mon nom, dévoilant ainsi qu’il me connaissait, j’espérais que cela calmerait peut être la dame.

Le ténébreux semblait des plus courroucé, et je le comprenais, j’espérais juste que cette ire serait tournée vers le botté et non vers moi. Je ris doucement.

De la magie ? Vraiment ?
Ne serait-ce pas plutôt de la science non maitrisée Rumpelstiltskin ?


Je tentais un peu de provocation pour montrer mon aisance à être ici.

Je suis ici pour deux raisons, l’une découlant de l’autre en fait.
Tout d’abord j’ai un compte à régler avec le lâche qui vient de partir, donc quand je l’ai vu, en pleine nuit, dans la forêt à tenter
« j’appuyais sur ce dernier mot » de marcher discrètement, la curiosité l’a emporté. Il est tellement facile à suivre, voyez même moi, un homme peu exercé à ce type de poursuite, j’ai réussi sans qu’il ne s’en rende compte.
J’avoue avoir été énormément surpris de vous voir comme son objectif final. Je ne le pensais pas apte à se fourvoyer dans une entreprise qui me semble douteuse. Lui le défenseur du plus faible, vraiment, êtes-vous sûr de votre choix ? Ma présence semble prouver le contraire, non ? J’espère qu’il ne vous réserve pas une autre surprise … cela doit être des plus désagréable de ne pouvoir compter ainsi sur ces collaborateurs.


Je laissais le silence prendre un peu sa place, puis je repris.
Du coup, mon intérêt à être ici s’est décuplé en vous découvrant mon cher Rumpelstiltskin. Vous êtes l’être le plus fascinant que j’ai rencontré dans ce monde. Je suis revenu pour expérimenter votre « magie » tenter de la comprendre, d’en définir les contours par la science.
Je vous propose donc mon expérience dans le domaine, je suis sûr que nous pourrions en tirer profit tous les deux … Nous sommes tous les deux experts dans notre domaine, je suis celui qui a réussi à vaincre la mort finalement ...


Je fus interrompu à ce moment là, je sentis la pointe d’une lame dans le dos et la voix honnie du botté résonna dans mes oreilles. Ainsi il était revenu sur ses pas, son intuition sûrement, il ne faut jamais sous estimé l’intuition de ces être primaires.
J’étais donc à sa merci, je n’avais plus le temps de prendre mon revolver dans ma poche.
Je restais impassible en regardant Rumpelstiltskin, attendant de voir s’il allait honorer sa part du marché en m’anéantissant ou bien me sauver d’une mort certaine.
J’abattais une dernière carte :

Faites le bon choix Rumpelstiltskin, voyez ou peut être votre intérêt.
Je restais suspendu à sa décision.
avatar

❥❥❥ Admin❥❥❥
❥ Auteur : Pepsy
❥ Statut : En Activité
❥ Messages : 365
❥ Rubis : 0
Espace vide
∂6 Monde : Fairytale
∂6 Identité : Rumpelstiltskin, La Bête, Le Crocodile
∂6 Clan : Clan du Mal
∂6 Profession : Prêteur sur gages et Marchand d'antiquités
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Charlotte
ஐ Avatar : Robert Carlyle

Voir le profil de l'utilisateur
L'heure de la vengeance a sonné. Acte 1
Dim 10 Mar 2013 - 21:22

 
    


RumpelstiltskinRP Groupé

B ien que le visiteur importun put ressemblé à un véritable gentleman, c'est avec un profond dégoût qu'elle retira sa main de son emprise. Même si la jeune femme à la beauté envoûtante put être habituée à suscité les regards, en de telles circonstances, elle n'avait pus imaginer devoir contrer les assauts virils d'un quelconque personnage. Étrangement, en compagnie de Rumpelstilskin, personne n’osait ce comporter de la sorte et à vrai-dire elle s'y était habituée. L'ombre menaçante du sorcier planait à ses côtés la tenant à l’abri de tout soucis. Tel un chien de garde qui la protégeais. Voir même mieux que cela. Néanmoins, le scientifique ne s'était pas laissé prendre au jeu, sans doute parce qu'il connaissait le dark-one bien mieux qu'elle même. Oui, elle le sentait si étrangement confiant voir alaise alors qu'il venait de se mettre en fâcheuse posture. Tout cela n'annonçait rien de bons. Ces connivences avec Rumple, cette manière de critiquer le jeune homme qui venait de s'éclipser... Oui, Whale, ou quelque soit son nom peut lui importait, était un homme arriviste. Il savait tirer profit de toutes situations. D'un regard en destination du "chef de clan", la jeune fée le compris immédiatement. Ils étaient perdu. Ils ne pouvaient compter désormais sans le docteur. Ce n'est pas sans un mélange de rage et de déception que Viviane, retenue un gémissement sec et méprisant entre ses lèvres pincés. Le Ténébreux lui intimait de rester calme, sans doute avait-il un projet en tête pour les débarrassés du mal-autrui. Du moins, elle l'espérait.

L'attitude pour le moins provocante ne parvient pas à détendre le sombre personnage. Après toutes ces années, on ne pouvait espéré qu'il en soit surpris, mais il ne prit pas la peine de répondre à ces attaques. Après tout, il le savait, cela n'amènerait à rien. Tout deux feraient échange de joute pendant des minutes qui se transformeraient en heures... Un petit jeu déstabilisant s'instaurerait entre eux au fils des jours, des semaines... Des mois durant sans que nul n'accepte de perdre la face. Oui il ne pouvait pas y avoir plus orgueilleux que Rumpelstiltskin, c'était un homme qui détestait perdre. Mais après tout ce temps où il avait apprit à le connaître, il y avait une chose qu'il détestait plus encore avec lui, c'était perdre son temps. Or, aujourd'hui plus que tout autre jour, le temps valait de l'or. Whale venait de soulever sans le vouloir un précieux argument, il est vrai que mis de côté leur confrontation au sujet de la magie, et le malaise qu'il ressentait devant cette homme contre nature, le Ténébreux avait maintes foi fait usage des connaissances du docteur. Il lui avait rendu par le passé un fier service dont qui plus ait, il n'avait jamais rien révélé à personne ! Le calme à cette constatation se redessinant peut à peut sur les traits du visage de notre ami, celui-ci se laissa à le regarder attentivement. Comme s'il pesait en lui le poids d'une future décision. Viviane lui adressa quelques regards pour le moins suspicieux, mais tandis que la vil créature se remémorait les qualités dont le précieux docteur avait pus lui faire démonstration par le passé, un léger sourire se dessina sur son visage... Whale s’interrompit, tandis que le félin revenait de montrer son museau...

L'orage était pourtant loin, faisant place à présent à de jolis rayons de soleils. Les feuilles des arbres avaient presque perdues toutes traces de leur lutte acharnée contre la pluie nocturne et pourtant l'air ambiant était baignée dans une atmosphère électrique. Le calme fragile de la situation menaçait de s’envoler à la moindre seconde... Le Ténébreux sentait la situation lui échapper, entre Viviane qui lui reprochait sans doute son acte de négligence, Eliott qui l'avait si facilement mis au pied du mur, et Whale qui venait profiter de la situation pour mettre en péril ses projets... ! Il y avait de quoi être agacé. Loin d'être d'une nature clémente, l'homme aurait sans nul doute fait preuve de sa puissance pour leur faire démonstration à tous de sa funeste réputation. Il était le Dark-One que diable ?! On ne jouait pas avec lui comme un chat avec une petite souris ! Il allait leur montrer le courroux de sa colère ! Et pourtant !, Il en fit autrement. Il préféra jouer la situation avec finesse. Il avait à la réflexion quelques avantages à tiré de ses contres-temps. Ainsi Eliott souhaitait se débarrasser du vil observateur de la science ? Où diable ses deux là avaient-il pus faire connaissance ? Au bout du conte cela importait peu. Ce qui comptait à présent c'est qu'une épineuse question était sur le point d'être résolue... Rumpl, y voyait la perspective d'évincer un ennemi trop prompt à remettre en cause sa puissance magique. Mais il avait cependant une certaine envie de voir les usages qu'il pourrait faire des dons particulier du scientifique. Il n'oubliait pas le plaisir qu'il avait eut autrefois à les regarder, et ne doutait pas qu'il en ait eut besoin à nouveau. Tandis que tous c'étaient tourné vers lui, attendant de voir une réaction, notre homme réfléchissait. Au cour de ses questions, le sorcier noir leva une main et vient l'appuyée sur son menton... Il le savait sa décision finale allait faire force de conséquence sur l'avenir... Il laissa échappé dans un murmure cependant très perceptible :

En définir les contours par la science... Qu'entendez vous par cela ?

Oui la question du cas du visiteur ne semblait pas si évidente que cela. Au moins l'un comme l'autre rattrapait leur arrogance par un sens de l'honnêteté. Une chance pour eux, que Rumpl apprécie ce trait de caractère... Mais la colère du Ténébreux était loin d'être oubliée et transperçait chacun de ses mots d'une menace incertaine. Il s'adressa cette fois ci à Eliott sans pour autant élever la voix. Tel un père qui fait la leçon à son fils, il s'évertuait à appuyer chaque mot d'une emprunte solennel et de sens.

Apprenez que c'est à moi qu'il incombe de pouvoir vous excusez botté. Néanmoins il est heureux de constater que vous avez su garder une part de votre instinct qui vous ait poussé à revenir vers nous... Mais je dois dire que vous m'avez fortement déçu, et qu'il serait pour vous beaucoup trop facile de faire appel à mes capacités pour vous débarrassé d'un problème dont vous m'avez vous même si gracieusement fait don ...

Un temps très suspendu s'installa durant quelques secondes, après lesquelles le Ténébreux esquissa un sourire parfaitement cruel envers les deux hommes qui lui faisait face. Il venait enfin de prendre une décision. Une décision qui à l'évidence n'allait convenir qu'à lui seul. Mais il n'en avait peur. Il ne leur laissait à tout les "trois" guerre le choix. Ils lui étaient tous liés par un pacte. Ou presque car le jeune James lui ne devait son attitude résignée car la pointe d'acier qui lui piquait le dos...

Heureusement pour vous, j'ai d'autres projets en tête afin de vous donner la chance d'amener à terme votre précédente mission. Après quoi, à notre retour, j'estimerai que vous ayez été "excusé".

Il sous entendit par là d'une manière pour le moins appuyé à Eliott qu'il honorerait sa part du contrat. Après tout, il n'avait jamais trahit ses engagements. Néanmoins affiché clairement ses intentions devant Whale risquait de compliquer définitivement toute collaboration entre eux. Quelque-part, le sorcier ne pouvait s'y résoudre, sa soif de connaissance et de puissance était trop forte. Il souhaitait profiter des talents du savant. Mais hélas Whale, bien qu’extrêmement bizarre, était loin d'être un imbécile, alors ainsi était-il préférable de le laisser dans le doute sur son cas. C'est pour cela donc, que notre ami s'empressa de changer de sujet, et tout en continuant de sourire semblât comme plaisanté avec lui :

Vous allez pouvoir expérimenter la chose (la magie) par vous même, Whale. J'accepte.

Enfin se retournant vers la fée, qui semblait très mécontente de cette idée, le sorcier repris la parole sans avoir laisser l’opportunité à quiconque de s'exprimer sur ses propos. Mais cette fois ci avec beaucoup plus de douceur voir presque d'intimité avec cette dernière. Il appréciait grandement la ferveur dont la demoiselle faisait preuve à son projet. Comme si, d'une certaine manière ils étaient siens. Notre ami y était tout à fait sensible. Mais il était à présent transporté par l’excitation d'aller voir de plus prêt l'autre monde qu'il attendait depuis si longtemps.

N'ayez crainte. La situation est sous contrôle à présent très chère. Je dois vous dire, que sans vous j'aurais crus mes projets anéanti par leurs bêtises. Mais je sais que je peux me fiez à vous, n'est-il pas ? Vous saurez bien assez maîtriser tout dérapage. Un chacun, cela devrait être envisageable ?!

Acheva-t-il dans un petit rire. Une attitude qui aurait presque pus paraître emprunte de tendresse. Il est vrai que la belle avait su s’attirer les faveurs du maître et cela se sentait à chacun des regards qui lui destinait. * Cette femme était tout aussi belle que fascinante de par son caractère.* Songea-t-il. Après quoi il lui pris doucement le poignet pour lui relever le miroir à hauteur du visage lui demandant avec tout autant de délicatesse de se remettre au travail.

Le passage vers Nerverland (le pays imaginaire de Peter Pan) n'était plus très loin...

Rumpelstiltskin retournait un dernier regard vers le paysage qui l'entourait pour ses derniers instants d'homme solitaire. Il allait bientôt retrouver son fils. Certes la route n'était pas encore achevée mais avec ses compagnons, elle lui serait facilité. Il était à nouveau rempli de se sentiment de puissance et de bien être, il adorait cet instant. Ce moment où avant de faire un mauvais coup, il se délectait d'avance du désarroi de ses adversaires. Il était comme ça depuis que le couteau avait croisé sa route. Éternel vainqueur de la bêtise humaine...Notre homme marqua un inspiration lente avant de sourire timidement. À vrai dire il n'avait pas l'habitude qu'on l'aide. Mais cette nouvelle opportunité, bien qu'elle soit plus contrainte que volontaire, était en elle même très appréciable. Savourant le sérieux avantage qui allait le mener tout droit à son but, notre homme s’intéressa à Viviane afin de voir où elle en était.

Se plonger dans une entière médiation fut bien long après tout les rebondissements qu'elle avait eut à subir. Sa frustration laissait place maintenant à une amertume. Elle avait plongé son regard sur le reflet mauve de l'objet, se refusant de décrocher un regard vers les autres... Les affaires du Ténébreux lui étaient au fond bien égale, se qui comptait au regard d'une personne aussi individualiste qu'elle, c'est sa part de revanche à ce projet. Elle ne voulait que voir les yeux apeurés de ses anciennes amies, elle ne vivait plus que pour cela... Dans sa rage, elle redoublait d'efforts pour venir se pencher sur les frontières de l'autre monde : les deux plus grosses étoiles du ciel. La deuxième, plus petite et plus difficile d'accès nécessitait encore plus d'efforts. Viviane devait parvenir à les éteindre... Rassurez vous, l'effet serait de courte duré, car après tout personne ne serait assez puissant pour les éteindre définitivement... Le ténébreux et elle avait mainte fois évoqué cette question. Le miroir leur permettait de visualiser les étoiles et de les éteindre pendant quelques minutes... Une fois le portail ouvert, la lumière violacée de l'objet en cuivre s'effacerait signalent ainsi que le passage vers l'autre monde était sans danger...
Cependant le miroir n'était pas réputé pour être un outil simple de manipulation. Sous ses apparances délicates et douces se cachait un pouvoir bien plus sombre.

Le miroir pourtant loin d'être indulgent avec elle, puisait en elle un peu plus de force à chacun des regards de la magicienne. Elle semblait comme captivé, comme si elle était en union avec l’ustensile. Son regard fiévreux dessinait une expression furieuse comme animée par des tourments intérieurs. Un feu mauve qui à la réflexion n’annonçait rien de bon... Quelque chose de très mauvais se passait en elle, et l'éteignait peu à peu... L'empêchant de détourner le regard, ni de se détacher de son sujet d'attention, la jeune femme se retrouva piégée par son pouvoir. Le miroir était néfaste... Il ne lui laissait rien...

Elle regarda au travers du miroir un ciel étoilé que seul ses yeux de fée étaient capable d’apercevoir. Usant de ses pouvoirs fait pour contrôler la nature, l'exclue de son peuple commettait la plus haute trahison. Elle éteignait les deux étoiles portail de leur monde. Des étrangers allaient pouvoir venir chez eux. Mais après avoir éteins la seconde étoile, les yeux de la fée se refermèrent brusquement. La jeune femme bascula de la racine où elle s'était assise et retomba en arrière sur le sol, inanimée. Le miroir roula de sa main sur le sol. Lentement. La lumière mauve avait disparue. Le portail était enfin ouvert, après tout ces efforts.. Ne sachant pas vraiment si tous cela était de bonne augure, nos trois compères d'un jour, se précipitèrent auprès d'elle.
avatar



Invité
L'heure de la vengeance a sonné. Acte 1
Sam 16 Mar 2013 - 16:22

 
    


ElliotRP Groupé

L e Chat Botté n'était pas homme à connaître la peur. En toutes circonstances il veillait à conserver son éternel optimisme et se savait préparé à affronter n'importe quel danger. Cependant, face au Ténébreux, ses convictions s'effondraient tel un château de cartes. Il avait enfin l'occasion d'en terminer définitivement avec le savant fou, mais il savait que ce geste pourrait avoir de terribles conséquences si Rumpelstiltskin ne l'approuvait pas avant. Et, durant quelques instants, tous ses espoirs d'obtenir sa fin heureuse l'abandonnèrent. Whale semblait bien décidé à négocier sa vie avec le puissant sorcier et ce dernier paraissait prêt à l'écouter. Mais Tobias savait pertinemment qu'il était le seul à blâmer dans cette histoire. S'il avait eu le courage pour tuer Whale à leur première rencontre, jamais il n'aurait eu à mettre le Ténébreux au pied du mur. Maintenant, il n'avait plus le choix. Le Chat était suspendu aux mots de Rumpelstiltskin, espérant de tout cœur qu'ils lui apporteraient enfin son salut. Il était de toute façon bien décidé à tenter l'impossible pour sauver sa peau. Et qu'importent les conditions du Ténébreux, il obéirait si cela permettait de racheter ses erreurs. Même si cela nécessitait qu'il dût abandonner ses griefs et sa haine à l'encontre de Whale. Il ne pourrait pas s'opposer à une décision de Rumpelstiltskin.

Cependant, les réprimandes que le Ténébreux lui adressait agir sur Tobias tel un vent glacial. Il était tétanisé et prenait chaque mot comme un coup de poing à l'estomac. Il n'était pas habitué à ce genre de traitement. Il n'avait jamais déçu personne. Même son propre père, qui aurait pourtant eu de bonnes raisons d'exprimer sa déception, ne lui avait toujours opposé que de l'indifférence. Pourtant, le jeune homme ne laissait rien paraître de son incompréhension face à cette situation. Il aurait trouvé bien plus normal que Rumpelstiltskin n'use de magie contre lui que de se faire réprimander comme un enfant maladroit. Mais il prenait tout cela avec une certaine humilité. Le Chat finit par baisser les yeux et laissa couler les mots sur lui. Il ne savait pas exactement comme réagir. Devait-il se justifier ? Il ne savait que dire pour que tout cela s'arrête. Il bouillonnait intérieurement, des centaines d'excuses se bousculaient dans sa tête, il voulait expliquer le pourquoi du comment. Mais il avait le sentiment que tout cela serait vain. Il restait muet, ressassant dans son esprit les événements qui l'avaient conduit à se faire gronder comme un gosse.

D'une certaine façon, il trouvait tout cela terriblement injuste et mourrait d'envie de le cracher à la face du Ténébreux, mais il se doutait bien que cela n'aurait fait qu’aggraver son cas. Tobias n'était plus un enfant, il avait vécu et vu tant de choses depuis qu'il avait quitté le moulin familial. Toutefois, il était incapable en cet instant d'exprimer autre chose qu'une moue vaguement boudeuse. Il tenta bien de chercher un quelconque réconfort auprès de la femme qui se tenait à l'écart, mais elle semblait passablement agacée par la situation. Elle n'avait même pas l'air de remarquer les regards désolés que lui adressait le jeune homme. Le Chat ne méritait pas un tel traitement, il en était persuadé. Rumpelstiltskin voulait un miroir et il le lui avait apporté. Cela ne suffisait donc pas ?

Toutefois, tout espoir n'était pas perdu. Le Ténébreux avait malgré tout l'air d'être disposé à pardonner. C'était un fait assez rare pour être souligné. Tobias en avait bien conscience. Le puissant sorcier lui donnait une dernière chance de se rendre utile. Cette fois, il ne devait surtout pas la gâcher. Sa survie était en jeu, le Chat le savait. Il mettrait tout son savoir et ses compétences en œuvre afin d'aider Rumpelstiltskin à mener à bien sa mystérieuse mission. Il accueillit cette nouvelle d'un sourire reconnaissant et se laissa aller à croiser le regard du Ténébreux. Il aurait voulu le remercier et lui promettre qu'il ne le décevrait plus, mais il était bien incapable d'exprimer le moindre son. Il avait l'impression que tout ce qu'il pourrait dire semblerait bien dérisoire aux yeux de l'homme. Aussi se contenta-t-il de presser un peu plus la pointe de sa lame contre l'échine de Whale.

Il n'allait pas le tuer, pas tout de suite en tout cas. Ça, il l'avait bien compris. Pour une raison inconnue, le scientifique entrait dans les projets du Ténébreux. Et ceci contrarier prodigieusement le Chat. C'était un être faible et lâche, il était inconcevable que Rumpelstiltskin puisse partager quoi que ce soit avec lui. Mais Tobias était prêt à contenir sa soif de vengeance si c'était ce que le Ténébreux désirait. Toutefois, il ne voulait surtout pas que Whale oublie que durant tout ce temps, il aurait les yeux braqués sur lui. S'ils étaient contraints à œuvrer ensemble, ce ne serait surtout pas une partie de plaisir pour la vilaine souris. Il devait le savoir. Tandis que le sorcier s'éloignait pour rejoindre la jeune femme, Tobias se pencha légèrement pour murmurer à l'oreille de sa proie.

Tu sais, tout cela n'est qu'une question de temps...

Car il le savait, il aurait sa récompense. Et à ce moment précis, Whale regretterait amèrement d'avoir eu envie de poser ses bagages dans la forêt enchantée. Mais pour l'instant, Tobias préférait se réjouir d'être inclus dans les plans de Rumpelstiltskin. Il espérait bien que ce qu'il aurait l'occasion de découvrir allait changer sa vie.

Et effectivement, ce qu'il vit alors le conforta dans l'idée qu'il s'était engagé de quelque chose de grand, quelque chose qui le dépassait. Rumpelstiltskin et la femme semblaient s'être mis à l'ouvrage. La jeune femme tenait le miroir et l'observait avec minutie. De toute évidence, c'était de la magie. Il ne pouvait en être autrement. Tobias sentait l'air vibrer autour d'eux. C'était une sensation quasiment imperceptible, un léger chatouillement fugace. Oui, c'était bien cela. De la magie, de la vraie. Rien à voir avec les tours de passe-passe que Whale lui avait agité sous le nez lors de leur rencontre. Dire qu'il avait lui-même pu tenir ce miroir entre ses mains. Le souvenir de ce qu'il y avait vu fit frissonner le Chat de plaisir. C'était terriblement exaltant de se retrouver en ces lieux en ce moment précis. C'était le genre d'occasion qui se présentait rarement dans la vie d'un homme. Tobias le savait.

Sans y prêter attention, il avait relâché la pression de son épée sur Whale. D'où il était, il ne pouvait pas vraiment voir ce qui se passait. Il aurait aimé pouvoir se rapprocher, assister de plus près aux événements, essayé de comprendre ce qui se déroulait sous ses yeux. Mais il n'en avait pas reçu l'autorisation. Et il n'avait certainement pas l'intention de déranger la femme et Rumpelstiltskin dans leur travail. Cependant, la finalité de tout cela lui échappait. Allaient-ils tous se rendre dans le monde qu'il avait vu de l'autre côté du miroir ? Si tel était le cas, le Chat était particulièrement excité par cette perspective. Il était plus qu'impatient de s'aventurer dans ce monde si différent. Il n'avait pas oublié le singe qu'il avait entraperçu dans le miroir. Quelle étrange créature que voilà ! Est-ce que Rumpelstiltskin le laisserait en ramener un ?

Le Chat avait un mal fou à rester en place. Il voulait se rapprocher, poser des questions, tout simplement s’émerveiller du spectacle qu'il avait sous les yeux. Il devait bien l'admettre, si cette idée l'avait dérangé tout à l'heure, maintenant il se sentait comme un enfant découvrant une belle surprise. Il avait lu et entendu tant de choses sur la magie. Ses yeux brillaient. Il s'était approché encore un peu plus. Il pouvait lire l'effort sur le visage de la jeune femme. Elle avait l'air animée par une rage dévastatrice. Il s'était toujours imaginé que pour ceux qui pratiquaient la magie c'était quelque chose de simple et naturel. Mais non, elle était comme dévorée de l'intérieur. Le miroir semblait se nourrir de son énergie. C'était assez effrayant. Et Rumpelstiltskin n'avait pas l'air d'y pouvoir quoi que ce soit.

Finalement, la jeune femme finit par clore ses yeux et s'effondra. Elle avait été terrassée par le miroir. C'était évident. Tobias se souvint alors l'avoir tenu entre ses mains. Il n'aurait jamais pu imaginer une chose pareille. Cet objet semblait si inoffensif. Et pourtant. Mais dans l'immédiat, le Chat ne savait que faire. Il avait relâché bien trop longtemps sa surveillance de Whale. Il savait que l'homme était fourbe. En se retournant, il lui adressa un regard noir. Le savant attendrait. Promptement, le jeune homme se rapprocha de Rumpelstiltskin et de la jeune femme. Elle était paisible, mais de toute évidence semblait partie très très loin. Il posa la main sur son front. Elle était en nage. Ses manipulations du miroir l'avaient vidé de toutes ses forces. Mais elle était bien vivante. Devait-il tenter quelque chose pour la sortir de sa léthargie ? En se tournant vers le Ténébreux, Tobias constata que l'homme était tout aussi surpris que lui de ce retournement de situations.

Que fait-on maintenant ? Est-ce qu'on ne devrait pas la réveiller ou quelque chose comme ça ?

Il posait la question avec une certaine inquiétude. La jeune femme ne lui avait pas paru plus désagréable que cela. Aussi n'avait-il aucune envie de la voir en fâcheuse posture. Mais si le Chat était familier des soins à porter aux animaux, ses connaissances en médecine humaine étaient plus que réduites. Et puis, il s'agissait de magie après tout. Il était dépassé par la tournure des événements. Mais il n'en oubliait pas pour autant la présence du scientifique. Il leva les yeux sur l'homme puis regarda Rumpelstiltskin.

En tout cas, je crois qu'il serait de bon ton d'intimer à Whale de ne pas la découper pour ses expériences, non ?

Cette petite pique à l'intention de la vilaine souris permit à Tobias de retrouver quelque peu ses esprits. Car ils avaient toujours une mission à accomplir. Mais cette fois, il attendrait sagement les ordres de Rumpelstiltskin avant d'agir. Il ne voulait pas commettre de nouveaux impairs.

Cependant, en regardant autour de lui, il ne put s'empêcher de remarquer le miroir qui traînait au sol. Il avait l'air beaucoup moins terrifiant maintenant. Il semblait éteint. Cela pouvait s'avérer dangereux, Tobias n'avait surtout pas envie de finir comme la jeune femme, mais ce fut plus fort que lui. D'un geste précis et délicat, il ramassa le miroir et tenta de comprendre ce qui s'était passé. Comment cette babiole allait-elle bien pouvoir les aider maintenant ? Il souleva le miroir et le passa devant les rayons de soleil qui perçaient l'épaisse canopée. Il l'observait avec curiosité, mais ne parvenait pas à découvrir son fonctionnement.

Est-ce qu'il est cassé maintenant ? Non parce que là, il ne fait plus de lumière. C'est normal ?

Sans plus soucier de la jeune femme inerte au sol, Tobias attendait une réponse en manipulant dans tous les sens le curieux objet. Il ne s'était pas attendu à de pareilles choses lorsqu'il l'avait volé, c'était certain.
avatar



Invité
L'heure de la vengeance a sonné. Acte 1
Lun 1 Avr 2013 - 18:29

 
    


FrankensteinRP Groupé

A près un temps de réflexion qui me paraissait infiniment long, le ténébreux se décida pour ne pas laisser faire le botté et me laisser venir dans l’aventure qui semblait se mettre en place.
Le sourire revint sur mes lèvres alors que le botté insista un peu plus à appuyer la lame contre mon échine.
Il devait être frustré et ses paroles le confirmèrent, oui il avait raison, ce n’était qu’une question de temps avant que je ne puisse me venger complètement de la correction dont il m’a gratifiée il y a quelques temps.
Je détournais l’épée qu’il pointait dans mon dos dans un demi-sourire est une grimace prometteuse, sans rien dire, ne voulant pas donner plus d’élément à Rumpelstiltskin.

Je détournais donc mon regard du botté, confiant qu’il ne tenterait rien sans l’aval du ténébreux et je regardais ce dernier.

Les contours ? Je pense mon cher que la magie dont vous parlez tous ici n’est qu’une manifestation d’énergie et qu’il suffit d’en comprendre l’équation pour la reproduire à volonté. Mais cela doit vous dépasser, laisser moi juste étudier et expérimenter « je jetais un œil noir au botté en disant cela », je ne demande pas plus.

Puis en m’approchant je regardais la femme. Elle était belle il est vrai mais les liens qui l’unissaient vraisemblablement au ténébreux m’interdisait d’avoir des pensées plus intimes la concernant et puis je n’étais pas vraiment en posture de séduction et puis elle était déjà absorbée par autre chose, fixant l’objet, un miroir, que le botté avait dérobé je ne sais où.

J’observais attentivement les manifestations d’énergie qui entourait le miroir et qui prenait leur source dans les yeux de la femme. Il se passait comme un échange d’énergie entre ces derniers, puisant dans les forces de la femme dont je voyais les forces décliner. Sa poitrine se soulevait plus qu’à l’ordinaire de plus en plus vite, signe que sa respiration s’accélérait, je ne pouvais le vérifier mais j’étais sûr que les battements de son cœur aussi. Cela ne semblait pas se passer comme prévu, le front du ténébreux se plissait.
Je maudissais de devoir me contenter de simples constats visuels. Il aurait été des plus intéressants d’avoir quelques électrodes ici et là sur la femme pour mesurer les tensions électriques, notamment celles de son cerveau.

J’avais les yeux rivés sur elle et les pensées dans ce qui manquait, je ne m’aperçus donc pas tout de suite que la femme était parterre inanimée. Les deux autres étaient déjà sur elle. Je m’approchais également, cherchant le pouls au niveau du poignet, il était très faible, elle n’était donc pas morte.
Je regardais s’il y avait d’autres symptômes intéressant à relever.
J’entrouvris les yeux en posant mon pouce sur les paupières, les soulevant légèrement, la pupille dilatée d’un seul œil témoignait qu’une intense douleur oculaire avait étreint la jeune femme avant qu’elle ne perde connaissance. Peut être une lumière fulgurante.
Je frottais mes mains l’une contre l’autre légèrement et je les passais au dessus de la chevelure de la femme, je ressentis les fourmillements reconnaissable de l’électricité.
Elle devait être entourée d’électricité statique.
C’était très intéressant et je ne remarquais rien d’autre.
Quand je relevais les yeux, je vis le botté qui jouait déjà avec le miroir entre les mains, j’espérais secrètement que ce dernier fit le même effet sur lui que sur la femme.

Je me relevais et je regardais le ténébreux, ce dernier avait un plis léger sur le front, était-ce un signe d’inquiétude ?

Elle reviendra à elle. Dis-je sans aucune certitude, mais si toutefois c’était le cas, j’y gagnerais en intérêt auprès de cet être et je sentais que c’était préférable qu’il m’ait à la bonne plutôt que l’autre.
Il se passe quoi maintenant ?
avatar

❥❥❥ Admin❥❥❥
❥ Auteur : Pepsy
❥ Statut : En Activité
❥ Messages : 365
❥ Rubis : 0
Espace vide
∂6 Monde : Fairytale
∂6 Identité : Rumpelstiltskin, La Bête, Le Crocodile
∂6 Clan : Clan du Mal
∂6 Profession : Prêteur sur gages et Marchand d'antiquités
Espace vide
ஐ ≠ Visages : Charlotte
ஐ Avatar : Robert Carlyle

Voir le profil de l'utilisateur
L'heure de la vengeance a sonné. Acte 1
Dim 14 Avr 2013 - 11:50

 
    


RumpelstiltskinRP Groupé

L 'homme constata que la lutte intérieure de la fée contre l'objet de magie noire était acharnée. Nettement plus violente qu'il ne l'avait cru. Il avait beau connaître sa complexité et sa puissance, il est toujours difficile d’anticiper les sentences d'un simple objet sur la nature humaine. Faible ! Bien évidemment lorsqu'il est sans magie, l'esprit vif et combatif de la jeune femme lui avait pourtant semblé à la hauteur du défit. Avait-il eut tord de fonder tout ces espoirs sur cet instant ? Allait-elle, elle aussi lui refuser l'aide dont il avait besoin ? Nen, elle ne pouvait pas reculer, il le lui interdirait. A la constatation du feu violant qui lui brûlait le regard, la magicien avait deviné que quelque chose clochait. Il se rapprocha, plaçant ses mains sur ses propres genoux afin de se mettre à sa hauteur. La regardant très attentivement. Fallait -il lui arracher le miroir des mains ? Devrait-il prendre le relais ? Au font de lui, l'homme soupira, il savait qu'il lui était impossible d'ouvrir le passage sans la fée. Nen, quoi que cela lui coûte, elle devait réussir ! Quelque soit les attentions délicates dont il avait jadis fait preuve à son égard, la créature observait à présent la souffrance de la fée avec une dureté impitoyable. Illustrant dans son attitude un moyen de pression sur cette dernière. Il portait bien plus à coeur ses projets que sa personne, aussi fascinante soit-elle. Aussi trahit-il un certaine inquiétude qu'elle lâche avant terme par un plissement de son front écaillé...

Lorsqu'à bout de souffle, la jeune femme bascula en arrière Rumpelstiltskin ne fit rien pour la retenir. A la fois dépassé par la situation et d'une certaine manière effrayé par la fatalité, il l'a regarda s'étendre sur le sol sans trahir une once de compassion. Il s'était même redressé, lentement gardant un masque immorale sur le visage. Peut être avait-il finit par s'habituer à la mort. Après tout, il en avait vu d'autre avant... La magie pouvait être capable de belles choses mais aussi des plus cruelles. Sa mort devait échouer dans l'équation, au bout du compte il y avait toujours un prix avec elle. Encore osait-il a présent espérer que son sacrifice n'ai été vain... Tandis que Eliott se rapprochait de la jeune femme, l'homme encapuchonné tourna sa tête vers le paysage environnent recherchant sensiblement quelque chose sans s'inquiéter plus longuement du corps à ses pieds. Mais il ne vit rien... C'est au font de lui avec une aigreur naissante que la vil créature envisageait l'échec de sa complice et les conséquences qui allait devoir à présent payer. Ce ne fut que la voit de l'homme à ses pieds qui l'extirpa de ses rapides recherches et le ramener à la juste réalité. L'attitude noble du jeune garçon venait illustré l'égoïsme du maître ou son absence de sensibilité. Avait-il un quelconque sentiment humain ou était-ce un être tout simplement diabolique ? Après tant d'attentions envers la pauvre femme ont aurait pus pensé que sa perte l'aurait choqué ou aurait transpercer quelques seconde son masque implacable... Mais non. L'ombre caverneuse de la faucheuse semblait rire sous sa propre capuche comme si d'une certaine manière tout cela avait été prémédité...

Il n'y a rien à faire...

Intima-t-il d'une voie sinistre à l'intention du chat. Se refusant de s'attarder davantage sur le cas de la pauvre femme. Mais alors qu'il allait s'en retourner à ses fouilles il aperçu le diabolique instrument juste derrière le jeune homme... Suivant son regard, il le vit à son tour et se dirigea vers lui. Lui aussi fasciné. Le miroir magique conservait après tout ses mauvais traitements son attrait captivant, un magnétisme irrésistible qui entraînait bien trop souvent les curieux vers la sottise. Beaucoup jadis s'était laissé piéger par ses reflets et n'avait jamais plus eut l'occasion de raconter ce qu'il avait vu... Le magicien avait eut beaucoup de mal à en savoir les secrets, et encore sans doute continuerait-il de le surprendre encore et encore. Ne voulant pas sous-estimer une fois encore ses effets sur ceux qui oserait poser leur regard sur sa feuille de verre polie, Rumpelstiltskin tandis une main en destination du jeune homme, voulant le retenir de se saisir de l'objet. Trop tard...

Mais alors que l'homme s’avançait vers lui, une autre silhouette apparu sur son chemin. C'était le scientifique, qui après avoir observé la jeune malade s'était relevée du sol, troublant les pensées tourmentée du Ténébreux. Son front semblait comme écrasé sous le poids de sa capuche qui lui descendait ainsi jusqu'au dessous de ces sourcils... Une allure très austère qui ne pouvait qu'être angoissante en des temps aussi troublé. Whale marqua un temps de réflexion, visiblement anxieux de devoir se confronter à son regard... Mais il lui annonça que la jeune femme était en bon état, ou du moins s'en sortirait pas trop mal... Bien évidemment l'homme ne savait pas s'il en était certain, le docteur prenait un net plaisir à rester imprévisible et à s'entourer d'un éternel air mystérieux. Tout comme il l'avait fait autrefois pour Milah... Mais bien que cela l'insupporte de devoir faire avec ce côté instable et incomplet, Rumpel avait appris au fil du temps à lui faire confiance. S'il connaissait une chose sur cet homme, c'est qu'il était presque aussi perfectionniste que lui. "Presque" car jamais personne ne saurait être à sa hauteur... Un semblant de sourire parvient à se glisser sur le côté de sa bouche, mais cela ressemblait plus à une moue sceptique... Cela demanderait à être vu avant de le croire véritablement, mais à terme cela devrait attendre. D'un geste impérieux il tandis le bras afin d'écarter quelque peu l'homme de sa route puis s'avança vers l'homme au miroir. Ce dernier était entrain de le manipuler en tout sens et ceci menaçait d'être très dangereux pour lui mais encore plus pour l'instrument. Tandis qu'il se rapprochait de lui, le jeune garçon fit état d'une nouvelle particularité de l'objet. Tout d'abord incrédule, le mage noir tendit la main pour s'emparer sans politesses de l’instrument avant de constater par lui même...

Son coup d’œil fut rapide. Il savait ce qu'il cherchait. Retournant de côté sur regard vers les deux hommes, il s'adressa à eux avec calme.

Nen il n'est pas cassé... Il est ouvert ... ! Il prononça ce dernier mot comme s'il venait d'avaler un bonbon à la cerise et qui s'envolait dans une dégustation envoûtante... Son regard exprimait une part de folie jusqu'alors inconnue des deux hommes si bien que ces derniers bien qu'ennemis échangèrent un regard décontenancé... Le magicien eut un petit rire malicieux avant de repousser son capuchon sur ses épaules...
Ce miroir voyez vous, va nous permettre de passer la frontière d'un autre monde. Je ne vais pas vous expliquer leur origines ni leurs nombres, car je n'ai pas le temps pour cela, mais sachez que c'est ailleurs que nous allons !... Profitant de cela pour s'agenouiller et poser religieusement l'instrument sur le sol face contre terre, il s’arrêtât un instant, fixant son attention sur l'objet... Lorsque la terre commença à se grainer très lentement sous l'objet, il poussa un petit gloussement de joie et se redressa d'un bon. Happé par l'émotion, il se mit à frétiller d'impatience en faisant des pas sur place et des petits claquement de doigts dans ses mains jointes... Il parla très vite, de plus en plus vite, on avait peine à comprendre ce qu'il racontait, si cela n'avait été le Ténébreux, on l'aurait sans doute pris pour un sénile. C'est alors que sous ce spectacle, le perplexe Docteur -dont il arrivait que le Ténébreux oublie les origines- émit une question. Il en fallait bien plus pour étonner cet homme de science. Mais Rumpel n'en avait pas peur... Bientôt, il serait épaté. Bientôt il serait dépassé par la puissance de la magie, et très vite alors l'ombre sournoise du sorcier aurait droit à sa victoire. Très vite !...
Maintenant très chers,... Vous venez avec moi ! En voyant que ces derniers semblaient réticent à la vue d'un trou qui se creusait encore et encore devant eux, le Ténébreux leur adressa un profond sourire malfaisant. Et... Dois-je vous rappelez que c'est vous qui vous êtes porter volontaires ? Un accord est un accord... Vous ne pouvez revenir sur cela. Cessant brusquement de sourire, il encra un regard pénétrant en destination de Eliott lui rappelant les closes de sa nouvelle mission : surveiller Whale. Tout deux devaient venir avec lui, il en était autrement...

Bien qu'il soit au font très dure de confronter son regard à cette forme familière qu'il avait tant détesté : ce trou, qui lui avait enlever son fils... C'est le premier qu'il sauta dans son antre. Fermant les yeux afin de retenir les larmes et la peur qui le transperçât pendant quelques secondes... Il n'aimait pas ce voyage. Un trou semblable lui avait autrefois ôté son fils, qui sait si aujourd'hui il ne lui enlèverait pas autre chose ? Le vieil homme prit par l'angoisse malgré une prestance digne des plus grands, refusait d'ouvrir les yeux vers la réalité. Il sentit sur son visage le frôlement légers d'une mèche de ses cheveux, une caresse fraîche qui remuait sa cape le long de ses jambes... Puis il entendit. Une multitude de chose. La bruit d'une cascade un peu plus loin, mais aussi de douces chansons d'origines inconnus... On aurait dit qu'ils discutaient ... Rouvrant délicatement les paupières, encore seul, notre ami désorienté, pris peut à peut connaissance de son nouvel environnement. Balayant de son regard la forêt dans laquelle il se trouvait, il en ressentit une étonnante familiarité avec ce qu'il connaissait. Mais avec toutefois un profond sentiment que c'était différant. Il ne pouvait l'expliquer, la lune était claire et ronde, comme chez lui, les arbres balayait le ciel de leur chevelures verdoyantes, le frémissement de leurs feuilles était tout aussi clair que là bas... Mais il y avait là, comme un "silence" nen pas exactement, plutôt cette sensation d’immobilité. Comme si le temps s'était suspendu et que vous étiez dans une autre réalité. Il était partagé, entre l’excitation et la crainte. Avancer ainsi seule sans Viviane dans un univers qui lui était inconnu, lui paraissait tout nouvellement comme risqué. Qui sait s'il parviendrait à ses fins ? Ses précédentes tentatives si minutieusement planifiées avaient frôlées l'échec comment pourrait-il y parvenir sans un plan pré-établit ?... S'il était temps que notre homme se mette à y songer, il lui était impossible de partager ses inquiétudes. Le Ténébreux ne pouvait JAMAIS flancher ! Il devait faire illusion et se ressaisir car les autres arrivaient déjà derrière lui.

Vous voilà donc ! Vous en avez mis du temps !
avatar



Invité
L'heure de la vengeance a sonné. Acte 1
Sam 11 Mai 2013 - 19:18

 
    


ElliotRP Groupé

L e contact du métal froid entre ses mains ne faisait pas oublier au Chat la puissance qu'il avait vu animer ce miroir sans éclat. Quel était donc son mystère ? Assurément, cela devait valoir son pesant d'or auprès des bons acheteurs. Peut-être n'avait-il pas pris la bonne décision en l'amenant au Ténébreux. S'il avait su les secrets du miroir bien plus tôt, il serait à présent assis sur des sacs de pierres précieuses. De quoi assurer ses arrières pour quelque temps. Aussi, quand Rumpelstiltskin lui arracha l'objet des mains, le premier réflexe de Tobias fut de chercher à récupérer son bien. Il était prêt à se redresser d'un bond et à pointer son épée contre la gorge de l'indélicat. Mais il reprit bien assez vite ses esprits pour éviter ce malencontreux faux pas qui aurait pu lui coûter cher. L'appât du gain lui avait presque fait oublier les dangers auxquels il s'était exposé en faisant un marché avec le Ténébreux. Sans rien laisser paraître de son moment d'égarement, le Chat se mit debout avec calme et épousseta avec nonchalance la poussière qui se trouvait sur ses genoux. Tout en ayant l'air le plus naturel possible et faisant mine de n'avoir que peu d'intérêt pour ce qui se déroulait autour de lui, il ne quittait pas du regard le puissant Rumpelstiltskin et épiait ses moindres gestes.

Bien que se tenant prêt à parer à tout imprévu, le Chat ne pouvait qu'avouer son étonnement et son incompréhension face à ce que venait d'annoncer le sorcier. Qu'entendait-il par « Il est ouvert » ? Comment une telle chose était-elle possible ? C'était certain, Tobias ne comprenait pas grand-chose à la magie. Et avec l'expérience, il avait même appris à s'en tenir le plus éloigné possible. C'est pourquoi les explications de Rumpelstiltskin ne faisaient qu'augmenter sa perplexité. Des frontières, des mondes, dans un miroir ? Vraiment ? C'était absurde. Si tel était le cas, pourquoi était-il si léger ? Il avait pu le tenir entre ses mains après tout. Assurément, le Chat Botté était décontenancé par tant d'informations nouvelles. Au fond de lui, il sentait que tout cela ne sentait pas bon, mais il n'avait pas envie de faire marche arrière, pas maintenant. Il avait bien trop de réponses à trouver.

Toutefois, lorsqu'il vit Rumpelstiltskin déposer au sol le précieux miroir, et la terre se fendre à son contact, Tobias regretta sa curiosité maladive. Promptement, il bondit d'un bon mètre à l'opposé du trou. Mais constatant que ce dernier continuait de grandir, le Chat continuait à s'éloigner à reculons, tout en ne lâchant pas du regard la faille qui se créait. C'était fascinant, mais également terrifiant. Il lui était impossible laquelle de ces émotions prenait le pas sur l'autre. Il regardait la brèche s’accroître et tout avaler sur son chemin. Il priait pour ne pas servir de repas à cette horrible chose qu'avaient créée le Ténébreux et son miroir. Car oui, soudainement, Tobias n'avait plus aucune envie de s'approprier un objet aussi obscur.

Tremblotant, le Chat écouta d'une oreille distraite les ordres du Ténébreux. C'est vrai, il s'était porté volontaire. Mais à ce moment, il n'avait aucune idée de ce qu'il aurait à faire. C'est-à-dire se jeter sans réfléchir dans un gouffre béant qui allait le mener on ne sait où. Tout ceci était insensé. Fascinant, excitant, mais insensé. Qui serait assez fou pour suivre sans réfléchir les imprécations d'un sorcier maléfique ? La raison lui ordonnait de prendre ses jambes à son cou, de fuir aussi vite que possible. En voyant disparaître Rumpelstiltskin dans le trou, Tobias se dit que c'était le moment ou jamais. Il savait très bien comment disparaître. Il saurait se faire invisible. Et qu'importe s'il devait affronter le courroux du Ténébreux. Tout plutôt que la perspective d'être avalé par un gouffre magique.

Mais ses tripes lui disaient le contraire. Elles lui hurlaient « Saute ! Maintenant ! ». C'était tout ce dont il avait toujours rêvé après tout. L'aventure et le mystère. Voyager dans un autre monde, c'était une première. Il ne connaissait personne ayant accompli une telle chose. Assurément cela lui apporterait une certaine gloire. Peut-être même la richesse. C'était évident qu'il trouverait quelque chose à rapporter de ce monde inconnu. Aussitôt, il se mit à sautiller sur place, pour se donner de l'aplomb. Il prit une grande inspiration et se tourna vers le scientifique. Il lui adressa un sourire moqueur suivi d'un clin d'oeil.

Whale, on se retrouve de l'autre côté !

Il agrémenta sa remarque d'un signe de la main et se mit à courir vers la faille. Il ne devait surtout pas réfléchir à ce qu'il était en train de faire. Il devait juste sauter.

Presque aussitôt, il regretta sa témérité. Il avait pourtant fait bien attention de sauter au centre de la faille, mais il se sentait tout de même compressé, cogné de tous côtés. Comme si une force invisible s'amusait à le serrer entre ses doigts. Il tentait bien de s'accrocher à quelque chose, une branche, une racine, mais rien ne se présentait à sa portée. Et cette lumière qui l'aveuglait. Cela lui donnait le tournis. Il ne pouvait résister. Il était attiré vers le bas à toute vitesse. Il sentait un vent fort frapper son visage, mais il n'aurait su dire d'où il venait étant donné qu'il s'était enfin décidé à fermer les yeux.Et puis, il y avait ses bruits étranges. Une sorte d'écho distordu que lui parvenait de toute part. C'était assourdissant. Si cela ne s'arrêtait pas bientôt, il était bon pour une migraine. Mais maintenant, ce n'était pas tant la crainte de maux de tête qui faisait palpitait son cœur que la peur d'être tombé dans un piège. Et si Rumpelstiltskin avait finalement décidé de se débarrasser de lui après son erreur avec Whale ? Il prit une grande inspiration et se mit à souhaiter de toutes ses forces une autre mort. Non, le Chat Botté ne pouvait pas disparaître enseveli vivant six pieds sous terre. C'était tout bonnement inconcevable. Cette affreuse mascarade allait s'arrêter, c'était obligé. Il fallait juste qu'il soit patient.

Tandis qu'il commençait à se repasser en mémoire les événements récents de sa vie, constatant avec un certain effarement qu'il n'avait finalement pas fait grand-chose de cette dernière, Tobias remarqua que l'atmosphère avait radicalement changé. Tout d'abord, il n'était plus en mouvement, mais bel et bien sur la terre ferme. Et puis, le bruit assourdissant avait cessé. Au lieu de cela il pouvait écouter une cascade au loin et douce mélodie. Presque avec crainte, le Chat ouvrit les yeux. Il redoutait que ce qu'il allait découvrir ne fût pas à la hauteur de ses espérances. Ce fut tout le contraire. Instantanément il fut ébloui par le paysage qui s'offrait à son regard. C'était si différent, et pourtant tellement réel. Légèrement courbaturé, il se releva. Tournant sur lui-même, il ne perdait pas une miette de ce qu'il découvrait. Les odeurs lui semblaient plus fortes, plus sucrées, plus puissantes que ce qu'il connaissait. Les couleurs aussi. Bien que dans la pénombre, il distinguait des plantes inconnues, des teintes fantaisistes. Et puis il y avait cette douce musique qui résonnait à ses oreilles. D'où pouvait-elle bien venir ? Il avait envie de le découvrir. Il voulait tout toucher, tout sentir. Il se sentait tel un enfant dans un magasin de sucreries.

L'évidence lui sauta alors aux yeux. Il avait déjà vu tout cela. À travers le miroir. Il n'avait pas rêvé, c'était bien réel. Rumpelstiltskin n'avait donc pas menti. Ils avaient bien voyagé dans un autre monde. Tout cela était tellement excitant. Il ne tenait plus en place. Il voulait à tout prix retrouver les étranges créatures découvertes à travers le miroir, ces sortes de singes. S'il pouvait en ramener rien qu'une seule, sa fortune était faite. Il pourrait faire payer petit et grand pour admirer cet animal si singulier. Il ne lui restait plus qu'à en capturer une. Et pour cela il devait commencer par comprendre l'environnement qui l'entourait.

Cependant, c'est ce moment que choisit le Ténébreux pour se rappeler à son bon souvenir. C'était une évidence que Tobias devrait négocier avec lui pour pouvoir ramener sa part du butin. Il allait devoir se montrer efficace dans sa mission afin de contenter le sorcier. Et alors pourrait-il espérer négocier. Il chercha autour de lui une trace de Whale. Le savant n'allait pas tarder, Tobias en était sûr. Il avait vu son regard et savait l'homme avide de connaissances et de découvertes. Mais en attendant, il devait régler un point avec Rumpelstiltskin. Qu'était-il donc venu faire dans ce curieux monde ? Avec assurance, le Chat se rapprocha du sorcier et lui adressa un sourire plein de malice.

Un endroit bien étrange que celui-ci. J'ai hâte que nous nous mettions en route vers notre prochaine destination. Car, j'ose imaginer que notre venue ici à un but bien précis. N'est-ce pas ?

Il ne s'attendait certainement pas à une réponse claire sur leurs objectifs, ce n'était pas dans les habitudes du Ténébreux de dévoiler aussi rapidement ses cartes. Mais Tobias espérait bien découvrir un petit peu plus les contours de leur bien énigmatique mission.



Contenu sponsorisé
L'heure de la vengeance a sonné. Acte 1


 
    


Sujets similaires

-
» L'Heure du Cavalier a sonné [Comte, Glen] [13/03/42]
» l'heure des explications a sonné ✗ feat. Khadija
» ANGLADE REMET LES PENDULES A L'HEURE
» Heure du début du draft?
» Dernier heure


L'heure de la vengeance a sonné. Acte 1
Page 1 sur 1
Vers
Mes Permissions